In memoriam Charles Manigat

Nicolas Charles Manigat: 5 novembre 1930- 8 février 2021

Publié le 2021-02-13 | Le Nouvelliste

“Et ceux- là seuls sont morts

qui n’ont rien laissé d’eux”

Sully Prudhomme dans “Le Zénith”

C’est ce constat du poète qui m’est venu, au prime abord, à l’esprit lorsqu’un texto d’un ami m’informa, de l’affligeante nouvelle du départ pour l’au-delà du Dr Charles Manigat survenue dans la neuvième décennie de son existence.

La disparition de cette figure d’élite de l’intelligentsia haïtienne, malgré le poids des ans, ne laissait guère toutefois présager l’imminence d’une telle éventualité. Charly s’attelait encore à ses principales obligations. Hélas, son tour venait de répondre présent à l’appel de la mort.

Mon humble hommage

Charly et moi, nous ne sommes pas de la même génération. De la même promotion que mes oncles Luc et Justin Colas, je n’ai pas eu le privilège d’être du cercle de ses amis intimes. Je ne puis m’enorgueillir d’avoir vécu des épisodes de sa trajectoire qui ont façonné sa stature et qui suscitent tant d’hommages. En revanche, je garde précieusement en mémoire, le souvenir d’une expérience enrichissante vécue en sa compagnie, lors d’une conférence organisée par ses soins et le professeur Jacques St Surin à l’Institut des Sciences Juridiques et du Développement Régional (INUJED) au cours de l’été 2003 dont je fus l’intervenant principal. Au cours de nos entretiens avant et après mon intervention, j’ai pu apprécier la perspicacité, l’entregent, les qualités de cœur et d’esprit, la maitrise des enjeux et défis de l’heure chez ce nordiste  authentique. Et j’ai été surtout émerveillé de l’éventail de projets qu’il envisageait et qui lui tenaient bien à cœur pour l’amélioration des êtres et des choses en Haïti.

J’estime opportun, pour ajouter à mon humble témoignage, de répandre à certains échos qui me sont parvenus et qui me permettent de cerner autant que possible les traits caractéristiques de la personnalité plurielle du Dr Manigat.

1) Le militant politique. Charly a toujours lutté contre l’arbitraire. Pour avoir été  très proche des démunis, il a fait la promotion de cette couche de la société alors qu’il était en classe de rhéto. Alors dirigeant de Eclair Sporting Club il a combattu les menées subversives de certains secteurs du Cap qui souhaitaient la disparition de ladite équipe de football. Il a même fait la prison pour ses idées, candidat au sénat, et ministre des Haïtiens Vivant à l’Etranger suite à l’appel de Mme Duvivier Pierre Louis, alors Premier ministre.

2) L’artisan du football moderne au Cap-Haïtien en tant que fondateur et dirigeant de Eclair Sporting Club dans les années 60. Ti Charles, comme on le surnommait à l’époque, a fait de Éclair un club de camaraderie, un essaim démocratique ou les valeurs primaient. 

3) Propagateur de lumières avec un leadership éclairé à INUJED de 1999 à nos jours. Après avoir révolutionné l’enseignement du droit à la Faculté de Droit du Cap, il fonde INUJED afin d’embrasser toutes les facettes du développement en mettant l’emphase sur le régional. INUJED ne tardera pas à devenir une institution de référence pour le grand Nord.

4) Réformateur de l’enseignement du droit au Cap-Haïtien. Grâce aux bons offices de Charles, l’école libre de droit du Cap-Haïtien est homologuée par l’université d’Etat d’Haïti et devient Faculté de Droit et des Sciences Economiques du Cap-Haïtien. 

5) Le dentiste de service.  A son retour au Cap, à la chute de la dictature, après avoir servi la communauté haïtienne de Brooklynn N.Y. dans sa clinique du Nostrand Avenue, il ouvre un nouveau cabinet médical  à l’ancienne résidence de Philoclès Auguste père de Ti Tonton Auguste à la rue Espagnole 11 et 12 L. Cette clinique dentaire était le centre odontologique  de toutes et tous avec ou sans paiement.

Voilà donc succinctement, l’homme dont nous pleurons aujourd’hui la disparition. Il s’en est allé avec l’auréole de ceux qui ont fait de leur vie un véritable sacerdoce dans l’optique du “ Souverain bien d’Aristote.” Il s’en est allé, hélas, sans assister à la floraison de ses semailles, à la concrétisation de ses chères espérances, pour lesquelles il a consacré tant d’années de son existence et consenti tant de sacrifices à sa personne.

 Aussi, pour n’avoir pas eu de son vivant pareille satisfaction, il me semble peu convenable d’appliquer à son endroit certaines formules traditionnelles.  Sa grande satisfaction sera de rejoindre Eva sa compagne de toujours, ses amis Jacques St Surin et Cary Hector. La balle est maintenant dans notre camp et il nous faut, successeurs de Charles, continuer son combat.

Quand nous aurons fait de son “cri de ralliement” le leitmotiv de de nos velléités citoyennes, quand nous aurons mis en faisceau nos aspirations verticales, nos compétences particulières et redonné au pays  et au peuple haïtien sa splendeur et son prestige d’antan; c’est alors et alors seulement qu’à ses restes mortelles, nous pourrons légitimement souhaiter le repos et la paix.  

Guy G. Lamothe

Beijing 12 février 2021

Guy G. Lamothe Auteur

Réagir à cet article