Qu’est-ce que nos chefs d’entreprise doivent apprendre du management du risque ?

Publié le 2021-02-18 | Le Nouvelliste

L’économiste Jean-Monnet disait : « Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise. »

Les entreprises évoluent dans un environnement de plus en plus incertain et mouvant. Les anciens modèles organisationnels ne correspondent plus aux enjeux de taille actuels. L’entreprise doit faire face à l’émergence des risques de plus en plus nombreux et diversifiés. Selon U. Beck, A. Giddens et S. Lash (1994), « nous sommes rentrés dans l’ère du risque ».

Partout dans le monde, de nombreuses entreprises rendent hommage au management du risque, pendant ce temps la pandémie de Covid-19 montre les avantages et les désavantages commerciaux clairs du management du risque dans une perspective à l'échelle de l'entreprise.

Face à cet environnement de moins en moins prévisible et de plus en plus agressif, susceptible de compromettre l’atteinte des objectifs des entreprises, quelle est l’attitude des chefs d’entreprises à l’égard du management du risque ? Quel est le rôle du capital humain en conséquence ?

La crise de la Covid-19

Au moment où le coronavirus se répandait au-delà de la Chine, certaines organisations ont réagi rapidement aux nouvelles mesures sur la protection de leurs employés, leurs fournisseurs ou même leurs clients ; tandis que d'autres ont adopté une approche plus « d’observation ». La disparité de la vitesse des décisions provient probablement, du moins en partie, des différentes approches du management du risque en entreprise - et réaffirme l'analyse de la valeur ajoutée des méthodes, des processus et des actions de réponse pour protéger les avantages et les capitaux de l'entreprise.

Lorsqu’une crise survient dans une entreprise, qu’elle soit due à des causes internes ou externes, elle exige un management adapté de la part de la direction de l’entreprise.

Pour de nombreuses entreprises, le management du risque est devenu une activité de contrôle au cours de la dernière décennie alors que la pandémie de coronavirus montre clairement le besoin d'attention et de rigueur aux risques et aux opportunités qui se présentent.

La recherche Gartner (institution spécialisée en enquête et conseils auprès des entreprises) montre qu'un management agile, c’est-à-dire celui qui facilite des compétences d’adaptation, de réactivité et de flexibilité s'est produit beaucoup plus souvent lorsque l’entreprise avait des processus clairement définis et opérationnels. Cela veut dire que le management du risque était suffisamment ancré dans la culture de l’entreprise pour qu’elle déclenche des réponses semi-automatiques en termes de réaction quand une éventuelle crise apparait.

Pour la plupart d’entreprises, « le plus gros problème lié à une approche simplifiée et formelle du management du risque en entreprise n’apparaît souvent que trop tard », explique Matt Shinkman, vice-président de Gartner.

Management du risque efficace en entreprise

La recherche Gartner de 2019 montre que les programmes de management en entreprise les plus efficaces nécessitent : une approche agile « basée sur des impacts » est nettement recommandée pour créer des processus qui vont faire face à la crise ou des stratégies d’intervention efficaces en situations à hauts risques.

Le coronavirus est exactement le type de risque à évolution rapide avec des conséquences incertaines qui peuvent être ignorées au niveau des entreprises jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour que les procédures de gestion de crise traditionnelles soient revues et remplacées par un management du risque moderne.

COSO II report, 2004, « The enterprise Risk Management- Integrated Framework » nous explique que les chefs d’entreprises doivent comprendre que « le management du risque est pris en compte dans l’élaboration de la stratégie ainsi que dans toutes les activités de l’organisation. Il est conçu pour identifier les événements potentiels susceptibles d’affecter l’organisation et pour gérer les risques dans les limites de son appétence. Il vise à fournir une assurance raisonnable quant à l’atteinte des objectifs de l’organisation ».

Le management du risque dans les entreprises haïtiennes

Les troubles sociopolitiques et économiques, spécialement ceux des événements du 6 et 7 juillet 2017, des situations de « peyi lòk » qui s’en suivent jusqu’aujourd’hui sont exactement les types de risques dévastateurs auxquels font face les entreprises haïtiennes (peu importe leur taille) au-delà des risques divers tels que celui de la santé et de la sécurité présents à l’interne.

Les chefs d’entreprises au pays ne doivent pas rester les bras croisés en espérant que les choses vont changer d'elles-mêmes. Ils doivent s’engager dans une démarche de management du risque efficace afin de faire face aux risques et aux opportunités qui se présentent. 

Sachez bien que c’est en augmentant votre niveau d’exigence personnel que vous parviendrez à dépasser la crise.

D’ailleurs, la recherche Gartner montre qu'une réponse agile (c’est-à-dire celle basée sur des compétences d’adaptation, de réactivité et de flexibilité) s'est produite beaucoup plus souvent lorsque des processus clairs existaient déjà pour signaler les problèmes.

« Le risque est comme le cholestérol, il en existe de bons et de mauvais », explique Shinkman.

« Le mauvais type se manifeste par des actes répréhensibles ou de mauvaises décisions, mais le bon type aide une organisation à prendre des paris de croissance plus importants et plus risqués - ce qui fait d’ailleurs la plus grande différence en termes de croissance rentable. »

« Bousculer son agenda, s'affranchir des règles en période de turbulences, l'agilité du manager est essentielle. Vous devez vous montrer vifs et pragmatiques pour s'ajuster - vous et votre équipe en temps réel aux aléas de la conjoncture et des directives ciblées. » Jean-Paul Lugan

Personne n’aime les crises, et pourtant c’est grâce à elles que l’on grandit !

Coûts d'opportunité du management du risque

Le management du risque efficace en entreprise est beaucoup plus qu'une simple prévention des risques tels que des situations socioéconomiques et politiques difficiles. Il permet à votre organisation de mieux prendre les risques et saisir les opportunités.

Une étude Gartner 2019 sur des initiatives stratégiques dans 388 organisations a montré un coût d'opportunité significatif lorsque les risques ne sont pas révélés et qu’il n’y a malheureusement aucun plan efficace pour les atténuer en temps opportun.

Selon l’étude, les initiatives stratégiques de l’entreprise ont été retardées d'un mois et 26 jours en moyenne au cours d’une année en raison d'une gestion intempestive des risques. Pour un lancement de produit dans une société à capitalisation boursière en moyenne de 5 milliards de dollars, cela représente un coût d'opportunité de 99 millions de dollars.

En fait, ignorer la mise en place d’un système de management du risque dans votre entreprise revient à dire tout simplement que les plans stratégiques de votre organisme vont tout le temps dérouter par des situations de crise intempestive. Sachez bien qu’un management efficace des risques est également corrélé à plusieurs autres résultats commerciaux importants.

« Le coronavirus a peut-être attiré l'attention des dirigeants sur le management du risque en entreprise, mais il est crucial qu'ils comprennent que les avantages commerciaux s'étendent bien au-delà d'éviter une crise », souligne Shinkman.

Dans la mise en place d’un système de management du risque, éviter ou gérer efficacement une crise est une très bonne chose mais profiter de ses opportunités est encore mieux.

Que nous a enseigné la crise en tant que chef d’entreprise ?

Une crise correspond souvent à une cure d’amaigrissement, on y trouve quelques intérêts qui, à bien y penser, peuvent faire du bien à l’entreprise. En pleine période de crise, on observe souvent chez les meilleurs managers une accélération du processus de prise de décision et un retour aux fondamentaux du management. L’amélioration du suivi des objectifs/indicateurs et un retour général à l’essentiel sont des actions visiblement constatées.

Dans cette situation de crise sociopolitique et sécuritaire de toutes sortes que nous sommes en train de vivre en Haïti, c’est aussi l’occasion d’une remise à niveau des résultats, des comportements et attitudes des chefs d’organismes (privés /publics) dans leur prise de décision d’amélioration et de développement durable de leurs organisations indépendamment de leurs tailles.

Pour faire du management du risque une priorité dans les entreprises haïtiennes, les décideurs ont besoin de comprendre le contexte de leurs organismes et de définir clairement l’engagement en matière de management du risque. Ils doivent non seulement attribuer les rôles et les responsabilités au sein de l’organisme mais surtout affecter les ressources nécessaires et la communication efficace axée vers l’implication. Ainsi, les organismes vont inévitablement accélérer leur productivité, leur résilience et leur compétitivité sur les marchés.

Marc Saint-Ange

Président de l’AHMAQ

Saintange7@gmail.com

Auteur

Réagir à cet article