Fort-Liberté, un joyau caché

Publié le 2021-01-14 | lenouvelliste.com

Par Djinno Voigt

Il m'arrive parfois de rêver de Fort-Liberté comme étant la plus belle et la plus importante ville d'Haïti. Certains peuvent qualifier mon rêve de folie ou d’illusion profonde, mais il n'est pas interdit d'être parfois chauvin. Quand on considère ses potentialités, Fort-Liberté pourrait devenir cette ville de rêve.
Non seulement c’est une ville historique, mais elle a les qualités d'une ville balnéaire où le tourisme peut prendre différentes formes. Cela pourrait augmenter l'assiette fiscale de la ville et aussi créer des emplois dans les domaines les plus divers. Pour ce faire, selon l’indice du bonheur Léger qui décrit les caractéristiques d’une ville, Fort-Liberté devrait avoir ce qui suit :

• des centres de récréation pour enfants et adultes, y compris des parcs, des espaces verts, un jardin botanique, etc.;
• un climat de sécurité assuré par la présence active de la police dans les lieux stratégiques et une police de proximité dans les quartiers;
• des soins de santé accessibles et efficaces;
• un système d’éducation à plusieurs niveaux;
• diverses activités culturelles et patriotiques, par exemple la célébration du 29 Novembre 1803, date de la première déclaration d’Indépendance d’Haiti ; visites de musées, des représentations théâtrales, des festivals, des visites guidées des sites historiques, des maisons coloniales, pour ne citer que cela;
• des services de base tels que l'électricité, l'accès à l'eau potable, l'assainissement;
• un bon niveau d'emploi;
• de bonnes infrastructures sportives et de loisirs, comme un stade d'une capacité de 5000 places.
• un réseau de transport efficace, par exemple, une gare routière, une piste d'atterrissage. Dans ce cas, la réhabilitation des pistes d'atterrissage de Dérac et de Phaéton s’avère nécessaire;
• de nombreux centres commerciaux, un marché public, pour ne citer que cela;
En ce qui concerne les parcs et espaces verts, nos devanciers avaient laissé une forêt communale. Mais, avec le temps et en raison de l’inaction de certains dirigeants, cette forêt a été détruite et livrée au pillage. Depuis lors, personne n'a pensé à la création d’une autre. En plus de la création d'un parc communal, il peut y avoir beaucoup d'espaces verts comme celui situé à Bord-de-Mer. À noter la tendance d'aujourd'hui est de construire des maisons n'importe où sans un plan réel d'urbanisme. La ville est presque dépourvue d'arbres ornementaux et les maisons de fleurs. On se souvient des années 70 et 80 où plusieurs maisons de la ville étaient ornées de jolies fleurs qui faisaient de Fort-Liberté la ville la plus pittoresque de la zone. Qui ne se souvient pas de la douce odeur de la fleur chevalier de nuit qui caressait le visage des passants?

Considérant toutes les structures déjà existantes de la ville, il suffit non seulement de les renforcer, mais encore de les moderniser. En outre, il est impératif de mettre en place des mesures pour préserver entre autres, les arbres, les fleurs, les rues, les maisons coloniales, les monuments historiques, et empêcher leur destruction. Pour ce faire, Fort-Liberté a besoin d'un leadership sérieux et éclairé ayant des objectifs clairs, pouvant mobiliser les ressources nécessaires pour la réalisation de certains travaux. La municipalité doit développer ses propres moyens pour la survie de la commune à travers une mise en œuvre d'un système fiscal. L'administration communale doit être moins dépendante du pouvoir central pour réaliser certains objectifs.
Il faut aussi redynamiser la ville en créant des activités pour les jeunes, les encourager à entreprendre des projets lucratifs subventionnés par la municipalité. Dans un esprit de convivialité, l'administration communale doit également créer un système d'échange économique et culturel avec les villes avoisinantes.
Fort-Liberté a les moyens de sortir de son enclavement, à condition qu'il y ait une volonté manifeste de la part des dirigeants pour faire progresser la ville.

En conclusion, je dirais que la modernisation d’une ville suppose une bonne planification mais aussi de l’imagination. Il faut s'employer à satisfaire les besoins d’une population de plus en plus diversifiée. Une ville n’est pas seulement un ensemble de pierres, de blocs, de ciment. Comme dirait Le Corbusier, il faut aussi de l’espace, de la lumière mais également de l’ordre. Les hommes en ont tout autant besoin que la nourriture et le logement. Bref, la ville doit avoir une âme.

Auteur


Réagir à cet article