Coupe du Monde Qatar 2022: Eliminatoires zone Concacaf premier tour

Christophe Taine toujours pressenti pour entrainer les Grenadiers

Deux mois avant l’entrée en lice de la sélection nationale haïtienne en éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022, la fédération haïtienne n’a pas encore nommé de sélectionneur pour conduire les rênes des Grenadiers. Ça urge de plus en plus d’autant qu’on doit disputer au Mexique la dernière phase des éliminatoires comptant pour les Jeux olympiques aussi .

Publié le 2021-01-13 | Le Nouvelliste

Christophe Taine devrait devenir le sélectionneur des Grenadiers si l’on croit le secrétaire- général de la Fédération haïtienne de football. « Christophe Taine est le nom de l’entraîneur sur qui on s’était entendu pour devenir le sélectionneur d’Haïti. Seulement après la décision de la Fifa, cela tarde un peu à se confirmer », a expliqué M. Carlo Marcelin sur une radio de la capitale.

Un homme qui pourtant n’a pas un passé glorieux ni en tant que joueur ni en tant qu’entraîneur. Né le 12 décembre 1973 à Caudry, cet ancien milieu offensif n’a joué que trois années comme professionnel et ne compte qu’une cinquantaine de rencontres environ en 2e division française avant d’évoluer en division inférieure et en amateur. Entraîneur depuis 2008, il n’a pas non plus dirigé une formation d’envergure et n’a donc pas grand-chose à offrir de brillant après avoir dirigé sept clubs successifs. Pourtant les dirigeants du football haïtien estiment qu’il est l’entraîneur qualifié pour diriger la sélection nationale.

Et le problème de terrain

« La pelouse du Stade Sylvio Cator devrait être installée avant la fin du mois de janvier », a informé le secrétaire-général de la fédération haïtienne. Une manière de dire que le Stade Sylvio Cator devrait être prêt pour accueillir Belize le 25 mars. En effet, si le Nicaragua accueille Sainte-Lucie le 24 mars en match d’ouverture comptant pour les éliminatoires dans le groupe E, Haïti doit faire son entrée en lice le 25 en accueillant Belize avant de se déplacer le 28 sur la pelouse de Sainte-Lucie. Naturellement, comme la première phase des éliminatoires doit se terminer en juin, Haïti devra jouer deux autres matches en juin prochain avec d’abord un déplacement sur la pelouse de Turk and Caicos le 5 juin avant de finir sur une réception du Nicaragua le 8 juin au stade Sylvio Cator. La première place de ce groupe E permet de rester dans la course sinon rien. Et gagner cette première étape passe par la possibilité pour Haïti de pouvoir recevoir des matches, autrement dit, il s'avère obligatoire que le stade Sylvio Cator, seul terrain habilité en Haïti à recevoir une telle compétition, soit prêt.

Des joueurs s’inquiètent

« Johny Placide et moi avons eu une longue conversation, Le capitaine de la sélection nationale haïtienne s’inquiétait de l’éventualité d’un hypothétique forfait des Grenadiers », a aussi déclaré le secrétaire-général vendredi. Devant la lenteur des responsables à entamer les préparations de la sélection nationale, Johnny se serait inquiété. La sélection nationale haïtienne n’a plus joué depuis sa relégation en League des Nations B à la fin de l’année dernière. Pire, il n’y a pas eu de rassemblement même pour disputer le moindre match de mise en application de quelque chose entre sélectionnés.

Ce qui pourrait être la bonne nouvelle, Wilde Donald Guerrier pourrait revenir sur sa décision de prendre sa retraite internationale à cause du fait que les responsables du football haïtien n’auraient pas respecté leur engagement vis-à-vis des joueurs qui disputaient la Gold Cup de 2019. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis et le natif de Port-Salut aurait choisi de finir sa carrière internationale après avoir disputé ses chances de disputer une phase finale de Coupe du monde.

Tout est ok pour les uniformes

Par contre tout est ok pour la question d’uniforme de la sélection nationale haïtienne de football en vue des éliminatoires de la Coupe du monde et des Jeux olympiques de Tokyo. « Le contrat avec Saeta court jusqu’après la Coupe du Monde de 2022, ce qui fait qu’il n’y a pas de problème d’habillements pour la sélection nationale » a fait savoir, Carlo Marcelin. Autant dire que si on n’a pas d’entraîneur ni même une ébauche de sélection, Haïti est équipée tant pour disputer les éliminatoires de la Coupe du monde et chercher une qualification pour la Gold Cup et pour disputer les éliminatoires des Jeux olympiques Masculin au Mexique.

Enock Néré
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article