La commission de crise du Secteur démocratique et populaire a remis son rapport

Publié le 2021-01-11 | Le Nouvelliste

Composée de l’ancien sénateur du Sud-Est Ricard Pierre, de l'ancien sénateur de l’Ouest Antonio Chéramy, et de l’ancien maire de Croix-des-Bouquets Rony Colin, la commission avait pour mission de recoller les morceaux au sein du secteur démocratique et populaire, de permettre aux acteurs de retourner à la table, d’apaiser la situation et faciliter la poursuite de la mobilisation populaire contre le régime en place. Créée en novembre 2020, la commission avait un délai de 60 jours pour remettre son rapport. Ce qui a été fait le 28 décembre dernier, dans le délai imparti.

Depuis sa mise en place, la commission a rencontré les membres du Secteur démocratique et populaire en vue de discuter des problèmes qui minent l’organisation. La commission reconnaît qu’au cours des six derniers mois des dissensions internes ont grandement terni l'image du Secteur démocratique et populaire. On se rappelle que des membres du forum se dénigraient à la radio.

En dépit de tout, la commission estime que le Secteur démocratique et populaire est resté un outil important dans la lutte pour débarrasser le pays du régime en place.  « Compte tenu des positions exprimées par toutes les personnes que nous avons rencontrées et interrogées, nous basant sur la volonté de la majorité des militants de défendre et sauvegarder le SDP, leur outil de combat pour renverser ce régime dictatorial et déraciner ce système criminel qui détruit le pays, on peut conclure que malgré toutes ses faiblesses mises à nu par les soubresauts de cette crise qui l'a menacé dans ses fondements, le Secteur démocratique et populaire(SDP) demeure un outil viable et peut encore se targuer d'être la principale force politique d'opposition du pays », précise la commission dans les conclusions du rapport. Ajoutant : « Des dispositions sont à prendre pour en finir totalement avec la crise qui n'est pas encore complètement résolue et permettre au SDP d'accompagner la population dans cette ultime phase de la lutte pour le départ de Jovenel Moïse le 7 février 2021 ».

La commission, rappelle l’ancien maire de Croix-des-Bouquets, a été créée pour tenter de trouver une certaine harmonie au sein du groupe. Rony Colin estime que la mission est accomplie dans la mesure où les tensions sont apaisées depuis sa création. Il salue les autres membres de la commission, Antonio Chéramy et Ricard Pierre, qui se sont mis disponibles pour aider à éteindre le feu au sein du Secteur démocratique et populaire.

Pour maintenir la cohésion au sein de cette branche de l’opposition, la commission a fait un ensemble de recommandations. « Maintenir en place le comité ad hoc jusqu'au 7 février 2021 en le renforçant de 4 nouveaux membres désignés, à raison de 2 personnes par chacun des groupes en conflit ; cesser toutes hostilités à partir de ces choix ; suspendre les attaques directes ou par personnes interposées ; s'assurer toujours de l'équilibre au niveau de toutes délégations du Secteur à l'intérieur de n'importe quelle structure ou lors de l'exécution de toute mission dont la réalisation exige l'envoi d'une délégation ; mettre en place un comité chargé de travailler et de garder un contact permanent avec les Avocats militants encadrant les membres du SDP engagés dans les mobilisations de rue ; mettre en place un Comité de 3 membres chargé de travailler avec les membres du secteur au niveau des collectivités territoriales », sont quelques-unes des recommandations.

Le Secteur démocratique et populaire, selon la commission, renouvelle sa volonté de contraindre le président Jovenel Moïse à respecter l’échéance constitutionnelle de son mandat qui prendra fin le 7 février 2021.

Ses derniers articles

Réagir à cet article