Quand le calendrier électoral précède le décret électoral

Publié le 2021-01-07 | Le Nouvelliste

Après son entrée en fonction depuis plusieurs  mois sur fond de contestation, le Conseil électoral provisoire d’exception, qui n’a pas prêté le serment constitutionnel devant la Cour de cassation, a rendu public jeudi le calendrier électoral comportant les dates des différentes compétitions électorales pour l’année 2021. La présidente de l’institution, Guylande Mésadieu, a renouvelé son engagement et celui de ses collègues à conduire le processus avec intégrité. Les différents Conseils électoraux provisoires qui se sont succédé ont habituellement élaboré le projet de décret électoral avant de rendre public le calendrier relatif à l’organisation des différentes compétitions électorales. En matière de planification des élections, ce sont les opérations électorales inscrites dans le décret électoral qui permettent de définir le temps et la durée des activités. Sur la base de ces données, l’élaboration du calendrier électoral devient un exercice de routine.

 Les différentes composantes de l’opposition n’ont accordé aucune importance au calendrier soumis par le Conseil électoral provisoire d’exception, étant donné qu’un autre calendrier de mobilisation a été transmis à la presse le 4 janvier pour forcer le président Jovenel Moïse à quitter le pouvoir le 7 février prochain. Différentes journées de mobilisation dans les départements géographiques du pays, dialogue avec  des secteurs clés de la société civile, présentation à la nation de la proposition de sortie de crise sont entre autres les activités et initiatives retenues par l’opposition qui doivent aboutir au départ de Jovenel Moïse le 7 février 2021. Dans un sens comme dans l’autre, la date fatidique du 7 février 2021 sera déterminante pour l’avenir du processus électoral sous l’obédience de ce Conseil et la capacité de l’opposition de créer les voies et moyens d’une nouvelle transition susceptible de changer le cours de l’histoire pour des lendemains meilleurs.

Dans son discours en date du premier janvier 2021, le président de la République, Jovenel Moïse, a, sans ambages, annoncé les trois chantiers de l’année 2021. Le référendum sur la nouvelle constitution, les élections générales et l’électrification du pays 24h/24. Par un décret publié le mercredi 6 janvier en cours, l’exécutif confère au Conseil électoral provisoire la faculté d’organiser le référendum sur la nouvelle constitution. Cet acte posé par le président de la République prouve qu’il va poursuivre le chemin qui conduit à la réalisation de ses trois chantiers. De son côté, l’opposition n'y va pas de main morte dans le cadre de son calendrier de mobilisation.

Qui aura gain de cause dans cette bataille rangée qui s’annonce pour le 7 février prochain entre le pouvoir et l’opposition ? 

Ses derniers articles

Réagir à cet article