Gonaïves : les autorités aux trousses des bandits

Publié le 2020-12-03 | lenouvelliste.com

La recrudescence des actes d’insécurité dans la ville des Gonaïves interpelle la conscience des autorités compétentes. Du 18 novembre au 1er décembre 2020, plusieurs opérations visant à pacifier les communautés ont été réalisées. Onze individus accusés de kidnapping et de vol à main armée, dont deux femmes, ont été apprehendés et quatre suspects tués, selon le dernier bilan de la police locale.  

Deux femmes sont kidnappées aux Gonaïves dans l’espace de dix jours. L’une a été libérée contre rançon et l’autre est toujours séquestrée. Enlevée le 28 novembre dernier, d’après ses proches, les malfrats conditionnent sa vie au versement de 75 000 dollars américains. Hier, une vidéo de la victime a été partagée sur les réseaux sociaux, attachée à une chaise, un sac noir voilant sa tête, ses mains et ses pieds ligotés comme un animal, ses vêtements sont sales. En sanglots, sans succès, elle se démène pour s'en défaire. Saisies de ce dossier, les autorités ont promis de tout metttre en œuvre pour libérer l’otage.  

Le porte-parole de la police dans l’Artibonite, Dieudonné François, a fait savoir que ses pairs sont plus que jamais déterminés à protéger et à servir la population qui a une peur bleue. Suite à diverses interventions, ces derniers jours, neuf hommes et deux femmes sont interpellés pour leur implication présumée dans cas d’enlèvement et de vol à main armée. Au cours de ces opérations, a souligné M. François, quatre présumés bandits ont été tués dans des échanges de tirs avec la police, six armes à feu et soixante-dix-neuf cartouches de différents calibres ont été saisies. 

Dans la lutte contre le banditisme, le commissaire du gouvernement de la juridiction, Me Sérard Gasius s’est montré beaucoup plus tranchant. En outre, l’arrestation et la neutralisation des bandits, il a menacé de détruire leurs bases. « Ces individus ont provoqué trop de larmes… Dans les prochaines opérations, des maisons seront incendiées », a déclaré le parquetier. Les bandits ne doivent trouver aucun refuge dans la juridiction, a-t-il renchéri.  

L’édile des Gonaïves, Donald Diogène, s’est dit préoccupé par la remontée des actes d’insécurité. « La situation est très inquiétante, a-t-il déploré. Personne n’est à l’abri. » Le maire lance un appel à la solidarité. Il s’est entretenu, jeudi matin, au palais de justice, avec le chef de la poursuite pénale en vue de définir un plan stratégique. 



Réagir à cet article