Cuba: le départ de Raul Castro entériné au congrès du PCC en avril 2021

Publié le 2020-12-02 | Le Nouvelliste

Le comité central du Parti communiste de Cuba (PCC, unique) a annoncé mardi que son 8e congrès aurait lieu du 16 au 19 avril 2021, avec au programme le départ du pouvoir d'une majorité de la génération de la révolution, dont Raul Castro.

"Ce sera le congrès de la continuité, exprimé à travers le passage progressif et ordonné des principales responsabilités du pays aux nouvelles générations", selon l'annonce du congrès lue par le deuxième secrétaire du PCC, José Ramon Machado Ventura, et publiée au journal officiel Granma.

Cette relève se réalisera "avec la certitude que la Révolution ne se circonscrit pas à ceux qui l'ont menée au triomphe, lors de ce glorieux 1er janvier (1959), mais intègre aussi la volonté et l'engagement de ceux qui l'ont fait sienne pendant toutes ces années et ceux qui poursuivront son oeuvre", ajoute le texte.

Le PCC est dirigé par deux figures historiques de la révolution socialiste, le général et ex-président (2008-2018) Raul Castro et José Ramon Machado Ventura, qui font partie d'une génération qui approche désormais les 90 ans.

Raul Castro, 89 ans, avait déjà annoncé que le congrès de 2021 marquerait le départ d'une grande partie de cette génération. 

Le président actuel Miguel Diaz-Canel, 60 ans et membre du très sélectif Bureau politique du PCC, pourrait prendre la suite.

L'annonce du congrès souligne la volonté de poursuivre les réformes économiques lancées en 2008 par Raul Castro, malgré les difficultés de l'île, affectée financièrement par la pandémie de coronavirus.

"La situation actuelle ne peut justifier un retard dans ces processus, au contraire, il est nécessaire de donner l'impulsion".

Dans un message directement adressé au balbutiant secteur privé, le PCC indique que "les liens entre le secteur d'Etat et non étatique de l'économie doivent continuer à se développer, dans le cadre de la stratégie économique définie".

Le parti souligne aussi que, dans ce pays où la 3G est arrivée fin 2018, "les réseaux sociaux et internet sont devenus un lieu permanent de confrontation idéologique, où doivent aussi prévaloir nos arguments face aux campagnes ennemies".

Internet a notamment été l'arme principale du mouvement d'artistes contestataires qui ont récemment défié le gouvernement cubain, poussant le ministère de la Culture à s'engager à dialoguer autour de la liberté d'expression.

Réagir à cet article