Nemours contre Sicot : souvenir du 8 avril 1964

8 avril 1964 - 8 avril 2018, cela fait exactement 54 ans que s'est disputé un match inédit entre les deux géants de la musique haïtienne: Nemours Jean-Baptiste et Wébert Sicot. Raoul Guillaume, musicien et compositeur à l'époque, nous a apporté des précisions sur ce fameux match réalisé au stade Sylvio Cator (score nul 1-1).

Publié le 2020-12-01 | lenouvelliste.com

Tout a commencé avec l'apparition du «Compas Direct» avec Nemours Jean-Baptiste et de Wébert Sicot, fondateur du «Cadence Rampa».

Ces deux groupes rivaux ont occupé la scène musicale pendant longtemps, c'était une véritable bataille entre leurs fans. Cette bataille, qui se poursuivait à la radio à longueur de journée, trouvait son paroxisme en période de carnaval; cela, au milieu des fans et personnes. L'autre répondait par une musique appropriée.

Il a fallu attendre le carnaval de 1964 pour voir cette bataille musicale atteindre son apogée. Ami de Nemours et de Sicot, Raoul Guillaume, comme à son habitude, suivait le cortège carnavalesque.

Pendant que le camion de l'un des deux groupes descendait par la rue St-Honoré, ce dernier à un certain moment se trouvait sur la galerie de François Guignard (Pè Guignard pour les intimes), président du club Esso et de l'Excelsior Club.

Devant l'intrépidité et la chaleur des partisans des groupes rivaux, il imagina les deux orchestres convertis en deux équipes de football.

«C'est alors que rentré chez moi, j'écrivis la musique du match de football Rampa-Compas. Je préparais le match imaginaire entre les deux orchestres. Quelques jours après, à la tête de mon groupe, je me rendis à Radio Haïti des Widmaïer pour faire l'enregistrement de la musique».

«En plus de l'orchestre, j'allais faire appel à Serge Ambroise qui avait l'habitude de radiodiffuser les vrais matches et c'est à Serge Ambroise que fut dévolu le rôle d'enregistrer ce match imaginaire. Étant l'ami des deux groupes, je terminai le match imaginaire par 1 à 1 pour donner satisfaction à tout le monde en général», dixit Raoul Guillaume.

Le match imaginaire a été interrompu par la pluie pendant que le score était à 1 à 1 et que le terrain devenait impraticable. Une fois l'enregistrement terminé, ce match fut diffusé par toutes les radios de la capitale.

Les discussions entre les partisans des deux groupes devinrent alors plus chaudes à tel point que Raoul Guillaume décida d'organiser un vrai match de football, dans un vrai stade, avec un vrai ballon, et il fut convenu qu'il serait l'arbitre du match avec pour juges de touche, Serge Marthély et René Dor.

Surprise générale ! Ce match, dont le score était de 1 but partout, fut brusquement interrompu par la pluie. Wébert Sicot lui-même avait ouvert le score pour Cadence Rampa et l'orchestre de Nemours égalisa par la suite par un musicien dont il ne se souvient pas du nom.

Le match s'est déroulé devant 19 800 spectateurs. L'entrée à cette rencontre inédite était payée et le match s'est joué sous le signe du fair-play.

«Pour que cela ne se perde pas, j'ai eu à écrire "Vive le football", ce qui a permis d'avoir une composition sur le football. Il y a eu même un disque publié par Nemours Jean-Baptiste avec, sur la pochette, la tenue du musicien en tenue de sport.

La musique à succès de Raoul Guillaume et son orchestre vantant les merveilles ainsi que l'aspect social du football qui, pour lui, est un jeu d'association entre les membres d'une même formation est à l'origine de cematch.

Retiré dans sa maison à Delmas 52, Raoul Guillaume, malgré le poids des ans, suit toujours de près la nouvelle génération de musiciens qu'il encourage à maintenir la flamme et à continuer à oeuvrer pour le bien de la musique haïtienne.

Les nostalgiques du bon vieux temps du «Compas direct» se remémorent toujours la chanson titrée «Joseph» (Raoul Guillaume en duo avec Daniel Thermidor) ainsi que d'autres morceaux à succès, dont «Michaëlle» qui a remporté le 1er prix du carnaval de Santiago de Cuba et qui, à travers toute l'Amérique du Sud, a connu un grand succès avec une interprétation par le groupe Conjunto Sonora Matancera et beaucoup d'orchestres haïtiens de l'époque.

Grand passionné de football, Raoul Guillaume, qui a reçu plusieurs distinctions tant en Haïti qu'à l'étranger, est né le 7 décembre de l'année 1922 et a fait ses études primaires et secondaires à l'Institution St-Louis de Gonzague. Son plat préféré est le maïs moulu à l'hareng saur, servi avec deux ou trois tranches d'avocat. Le tout arrosé bien sûr avec de la sauce de hareng.

Hormis son amour pour la musique, pour avoir été à la fois saxophoniste, chanteur, compositeur, interprète et professeur de musique, il a fait des études de comptabilité chez Joseph Pouyol à l'époque, si bien qu'il a passé la majeure partie de sa vie à professer comme comptable, et cela jusqu'à nos jours. Bleu ciel est sa couleur préférée.

Emmanuel Bellevue

manubellevue@yahoo.fr

Auteur


Réagir à cet article