Cuba dénonce le renforcement de l'embargo américain, malgré la pandémie

Publié le 2020-10-22 | lenouvelliste.com

Le gouvernement cubain a dénoncé jeudi le renforcement de l'embargo américain, qu'il estime lui avoir coûté plus de 5 milliards de dollars en un an, malgré les circonstances exceptionnelles de la pandémie de coronavirus.

"Le gouvernement des Etats-Unis a renforcé de façon extrême et sans précédent l'embargo contre Cuba, en profitant des terribles conditions de la pandémie de Covid-19", a affirmé le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez.

Le chef de la diplomatie cubaine a critiqué "la cruauté" de tels agissements, avec notamment le blocage, selon lui, de plusieurs livraisons de matériel médical vers l'île.

Le ministre s'exprimait lors de la présentation à la presse du rapport annuel de Cuba auprès du secrétaire général de l'ONU sur les effets de l'embargo américain, en vigueur depuis 1962.

Entre avril 2019 et mars 2020, les autorités cubaines ont calculé que cet embargo a causé pour 5,57 milliards de dollars de dommages à l'économie de l'île socialiste.

"C'est la première fois que les dégâts causés par l'embargo dépassent les 5 milliards de dollars sur un an", a souligné le chef de la diplomatie cubaine.

En 58 ans d'embargo, ces dommages cumulés atteignent "le chiffre démesuré de 144,413 milliards de dollars. Pour une petite économie comme celle de Cuba, c'est une charge vraiment écrasante", a-t-il ajouté.

Le rapport cubain est destiné à l'Assemblée générale de l'ONU, où est soumise chaque année au vote une motion cubaine appelant à la levée de l'embargo, généralement approuvée à une très large majorité. En 2019, 187 pays avaient voté en faveur de cette résolution, trois contre et deux s'étaient abstenus.

Cette année, pandémie oblige, le vote a été reporté à mai 2021.

D'ici là, le gouvernement cubain sera attentif aux résultats de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre.

"Quel que soit le vainqueur des élections aux Etats-Unis, il devra affronter la réalité tangible que l'embargo et la politique américaine font du mal au peuple cubain, aux familles, aux Cubains résidents à l'étranger, qu'ils violent les droits de l'homme, compliquent les communications, les voyages, les visas et le regroupement familial", a dit le ministre.

Après un rapprochement historique en 2014 sous la présidence de Barack Obama, Cuba et les Etats-Unis ont vu leurs relations se tendre vivement depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, qui a multiplié les sanctions contre le gouvernement socialiste, qu'il accuse de soutenir militairement celui de Nicolas Maduro au Venezuela.

Auteur


Réagir à cet article