Journée internationale des soins palliatifs

« Mes soins, mon confort » par le Dr Régine Roche

Publié le 2020-10-13 | Le Nouvelliste

A l’occasion du 10 octobre 2020, journée internationale des soins palliatifs, des réflexions diverses nous animent comme médecin impliquée dans l’accompagnement des patients atteints de maladie mortelle.

Les soins palliatifs améliorent la qualité de vie des patients, et de leur famille, confrontés aux problèmes associés à des maladies potentiellement mortelles, qu’ils soient d’ordre physique, psychosocial ou spirituel. Le terme palliatif tire son origine du latin « Pallium », qui signifie « se couvrir » ou « se protéger ». En 2014, l’OMS demandait aux associations locales de soins palliatifs de renforcer le plaidoyer pour garantir l’accès aux soins palliatifs à tous ceux qui le nécessitent et que ces soins soient inclus dans les soins de santé primaires (couverture sanitaire universelle). [1,2]

Le thème de la journée de cette année : « Mes soins, mon confort » signifie que les soins palliatifs consistent à offrir des soins et du confort aux personnes atteintes de maladie grave. Ce qui implique, pour les patients, de pouvoir accéder aux soins palliatifs à un stade précoce de la maladie pour bénéficier d’une gestion optimale de la douleur et des symptômes.[3]

Chaque année, dans le monde, 40 millions de personnes ont besoin de soins palliatifs ; 78% d’entre elles vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Mais, seulement 14% bénéficient réellement de soins palliatifs. À l’échelle mondiale, les besoins en soins palliatifs augmentent d’années en années, à cause de la prévalence croissante des maladies chroniques et du vieillissement des populations. Les soins palliatifs constituent donc une priorité́ de santé publique et l’un des éléments de la politique d'amélioration de la qualité́ des soins. L’OMS préconise La mise en place de programmes nationaux visant à promouvoir les soins palliatifs. L’un des volets de ces programmes concerne la disponibilité et l’accessibilité en antalgiques morphiniques.[4]

Garantir à un patient, atteint de maladie grave terminale, le confort et une bonne qualité de vie suppose de s’assurer d’un soulagement efficace de sa douleur et de ses symptômes ce qui passe très souvent par l’administration de dérivés morphiniques.

Nous constatons cependant que la disponibilité des analgésiques morphiniques n’est pas une priorité de santé des pays en voie de développement. En 2019, le rapport de l’OICS (Organe Internationale de Contrôle des Stupéfiants) montrait que ces pays (qui regroupent 80% de la population mondiale) consommaient seulement 14% de la morphine utilisée dans le monde alors que la moitié des patients cancéreux et 95% des nouveaux cas de VIH s’y concentraient.[5]

Plus précisément, Haïti, avec environ 8,000 nouveaux cas de cancer par an et une incidence du VIH de 1,7 %, avait une consommation de morphine de 6S-DDD (consommation journalière moyenne de morphine en grammes par rapport à la population) en 2017. A titre comparatif, la consommation de la République Dominicaine (avec 9860 nouveaux cas de cancer pour une population de 11 millions d’habitants et une incidence de VIH de 1,3%) était de 49 S-DDD au cours de la même année, soit près de dix fois plus.[6]

Les recherches publiées sur la douleur ont démontré qu’il n’y a pas de disparité de perception de la douleur quel que soit la race, la situation socioéconomique, l’alimentation etc… ; les patients haïtiens n’ont pas moins mal, ils sont cependant moins soulagés car n’ayant pas accès aux antalgiques appropriés.[7]

Nous pouvons tous être confrontés à une maladie grave incurable, que ce soit personnellement ou par l’un de nos proches ; et l’impact de l’inaccessibilité aux antalgiques opioïdes concerne toutes les couches de la population.

Un partenariat de l’organisation DSF (Douleurs Sans Frontière) avec le MSPP / DPM-MT (Ministère de la santé publique et de la population /Direction de la Pharmacie, du Médicament et de la Médecine Traditionnelle) a permis de faire une étude sur la disponibilité des opioïdes en 2013. Cette étude a montré que l’un des freins à cette disponibilité était le manque de formation des professionnels de santé à l’utilisation des morphiniques.[8]

Depuis 2013, grâce au dynamisme de l’équipe de l’Unité Douleur de l’HUEH, plusieurs séances de sensibilisation ont été organisées auprès des professionnels de santé ; un diplôme universitaire en prise en charge de la douleur a été initié. Nous avons maintenant plus de professionnels formés à l’utilisation correcte des morphiniques mais encore peu de médicaments sur le marché. Les besoins augmentent de plus en plus mais la disponibilité suit faiblement.

Un rapport de l’OICS publié en 2019 incite les gouvernements des pays pauvres à prendre des mesures pour alléger les souffrances et avancer vers la réalisation de l’objectif de développement durable no 3, à savoir promouvoir le bien-être de tous à tout âge. Nous exhortons les décideurs politiques à prendre en compte ces recommandations car il est indispensable d’améliorer l’accès à la morphine par voie orale pour traiter la douleur cancéreuse modérée à sévère, dont souffrent plus de 90% des malades en phase terminale ; au nom des principes éthiques de justice, de bienfaisance et de non-malfaisance.

Les soins palliatifs offrent des outils pour soutenir une personne éprouvée par la douleur, la souffrance, la détresse et l’incertitude ainsi que ses proches.

Le 10 octobre prochain, réfléchissons à la façon de prodiguer des soins et un confort de façon à protéger tous ceux qui souffrent d’une maladie grave, mortelle comme l’exprime si bien le logo de cette journée :

Des cœurs connectés forment la boucle à l’infini du lien entre la personne malade, et ses proches. Le cercle autour symbolise le système de santé, les membres de la communauté, les cliniciens et les décideurs.    

REFERENCES

World Health Assembly resolution WHA67.19

https://www.who.int/docs/default-source/primary-health/declaration/gcphc-declaration.pdf

https://www.thewhpca.org/world-hospice-and-palliative-care-day/resources-and-tools-2020

Assessing national capacity for the prevention and control of noncommunicable diseases: report of the 2019 global survey. Geneva: World Health Organization; 2020. Licence: CC BY-NC-SA 3.0 IGO.

The Report of the International Narcotics Control Board for 2019 (E/INCB/2019/1)

Plateforme numérique mondiale pour évaluer les souffrances liées aux maladies graves et les besoins en soins palliatifs de l’IAHPC et de la Commission Lancet (LCGAPR)en collaboration avec l’UMIA et le FUNSALUD

William Raffaeli, « Du symptôme douleur à la maladie douleur », Revue des sciences sociales [En ligne], 53 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2777 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2777

Bismuth, Benjamin Schaetzel, Rapport d’étude sur l’accès et l’utilisation des morphiniques de palier 3 en Haïti, DSF, juillet 2013 Azriel

--------------------------------------

Régine ROCHE, MD, MSc, Anesthésiologie- Réanimation, Algologie, Médecine Palliative

Présidente de la Société haïtienne de formation et de prise en charge de la Douleur (SOHAD)

reginerm@yahoo.fr

Régine ROCHE, MD, MSc, Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".