Cancer du sein, un combat à mener seule ou avec d’autres ?

Publié le 2020-10-21 | Le Nouvelliste

Qu’avais-tu ressenti exactement quand t’as décidé de te faire diagnostiquer pour le cancer du sein ? Je ne sais le nombre de fois que j’ai été soumise à cette question. Depuis 2014, le mois d’octobre est dédié à la sensibilisation au cancer du sein, mais à voir les chiffres et l’augmentation du nombre de cas de cancer du sein en Haiti et ailleurs, on a l’impression qu’il faudrait en parler tous les mois.

En tant que survivante du cancer du sein, j’estime que j’ai une sorte de redevance envers moi-même et envers ma communauté en ce qui concerne la sensibilisation à cette maladie. J’ose espérer que cet extrait présentant une partie de mon histoire avec cette maladie servira à sensibiliser à ce fléau qui ne cesse de faire rage.

Comment annoncer la nouvelle et obtenir le soutien de ses proches

Le mot cancer en lui-même a toujours provoqué de la peur chez plus d’un. Si dans les autres pays on peut en discuter sans aucune gêne, en Haïti, le sujet reste encore tabou. Certes, on ne considère pas le cancer au même niveau que le VIH/Sida, mais à entendre parler les gens, avoir le cancer c’est comme avoir une malédiction. De plus, quand on est atteint de cancer, dans l’esprit de beaucoup de personnes c’est comme si la vie s’arrêtait. « J’ai annoncé à une sœur de mon assemblée que les médecins m’ont révélé que j’ai le cancer du sein, elle était tellement sur le choc qu’elle a chanté mes funérailles sur place »[1] (Propos recueillis dans l’anonymat à travers un témoignage informel) a confié une survivante à une de mes amies. Personnellement, dans les différents échanges que j’ai eus avant et après mon traitement du cancer, il est clair que les gens ont beaucoup plus tendance à porter la personne victime à la désolation et à l’inacceptation de la maladie. Forte de ces considérations, j’avais pris les dispositions nécessaires pour réduire le plus possible l’impact qu’aurait pu avoir sur ma famille et mes proches ami/es l’annonce de la maladie.  Même au sein de ma famille, j’ai dû tenir compte du caractère de la personne, de sa personnalité et son tempérament avant de lui en parler. Bien entendu, il y a certaines personnes répondant à ces critères qui étaient au courant de mes premières démarches. Je n’ai pas eu vraiment de crainte à leur faire part de la douloureuse nouvelle.  

Ma stratégie était d’annoncer la maladie avec les alternatives de traitement et ma volonté de lutter contre. Je devais tout faire pour garder un comportement de combattante et de gagnante malgré toutes les inquiétudes et la crainte qui fusionnaient en moi. À chaque fois, je devais m’efforcer d’arborer à tout prix mon plus beau sourire, même si mon cœur se brisait au-dedans de moi quand j’ai vu pleurer mon mari et mon fils aîné. Je devais être une porteuse d’espoir. Et surtout, je n’avais absolument pas besoin de la pitié des gens. Visiblement, certains membres de ma famille n’ont pas voulu accepter la réalité. Il me revenait de leur faire comprendre que j’étais disposée à me battre pour rester en vie. Il était difficile pour moi de faire comprendre à certaines personnes qu’il fallait se préparer à toute éventualité, car ce n’était pas une bataille gagnée d’avance. Mon fils aîné m’a dit entre deux sanglots, qu’il n’était pas prêt à me perdre. J’ai dû rassembler toutes mes forces pour ne pas éclater moi-même avant de le prendre dans mes bras. Alors que je le berçais, je lui disais que j’avais besoin de ses forces pour ajouter aux miennes pour lutter contre la maladie ; et surtout que j’avais besoin qu’il grandisse pour devenir fort afin de me soutenir tout au long de cette lutte qui s’annonçait très difficile pour moi.

Je n’avais jamais eu assez de courage pour annoncer ouvertement la nouvelle à ma mère. Car nous sommes devenues très attachées l’une à l’autre surtout après la mort de mon père. Je craignais le choc que cela pouvait provoquer chez elle. J’ignore comment, et par quel moyen, mais elle avait fini par être au courant.   

David Bême[2] (Cancer du sein : un retentissement sur toute la famille

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/cancer_sein/sa_7969_cancer_sein_impact_famille.htm) a relaté qu'à partir des recherches effectuées sur un groupe de femmes atteintes du cancer du sein, la maladie a un retentissement sur toute la famille. L'entourage reste le premier rempart face à la maladie. Mais les malades montrent plus d'inquiétudes pour leurs proches que pour elles-mêmes.

Garder la discrétion comme stratégie de combat

Le mieux pour moi c’était de garder ma maladie dans le plus grand des secrets. Non par peur d’être stigmatisée. Tout simplement, je savais que je n’aurais pas assez de force pour fournir des informations aux personnes qui viendraient me questionner à tout bout de champ à ce sujet. Je m’étais dit que si quelqu’un l’apprenait sans que ce soit moi qui l’ai mis au courant, les foules de questions qui viendraient vers moi m’auraient fait perdre le contrôle de la situation et aggraveraient mon état de stress. Aussi, dès l’annonce du diagnostic, avais-je décidé de garder ma situation dans la plus grande discrétion possible. En tant que croyante, ce n’était pas une tâche tout à fait facile. Dans beaucoup d’assemblées en Haïti, c’est comme un devoir de partager ses maux et déboires avec les membres pour qu’en retour on puisse intercéder auprès de Dieu en notre faveur. Je crois effectivement dans la puissance de la prière. Mais en tant que travailleuse sociale, je sais aussi plus le problème est connu par un grand nombre, plus il sera difficile de le gérer. En divulguant notre situation, on peut aggraver le mal. Il y a des gens qui seront vraiment incapables de nous aider à faire face au problème, car au lieu de penser vraiment à intercéder en notre faveur, il peut y arriver qu’ils pensent plutôt que Dieu est en train de nous châtier ou punir pour un quelconque péché, comme si les gens qui n’ont pas le cancer sont sans péché. D’autant plus que, je n’avais pas besoin de la pitié des gens, ni de leur compassion, mais plutôt de leur appui pour booster ma force à mener la lutte contre la maladie.

Donc, je savais parfaitement bien que pour vaincre le cancer du sein, j’avais vraiment besoin d’être bien entourée et encadrée afin d’obtenir le soutien nécessaire pour faire face aux multiples déboires accompagnant la maladie. Je n’avais pas besoin de gens qui m’enterreraient vivante de par leur attitude.

Pour ainsi dire, je dois souligner que tout au cours de mon parcours avec le cancer du sein, le soutien de mes amis/es, celles et ceux qui étaient au courant était vraiment plus que précieux pour moi.

Il est vrai que l’on puisse se sentir mal à l’aise pour annoncer la nouvelle, mais je reconnais également qu’en faisant l’annonce, c’est comme si on avait ôté une partie du poids qui nous pèse. Pour plus d’une personne, l’annonce constitue en fait une étape-clé du combat contre la maladie. Le Dr Didier Bourgeois, chirurgien oncologue à l’Institut du sein[3], à Paris, défend ce principe : « Ne pas dire à tout le monde la même chose, mais dire quelque chose à chacun. »

En conséquence, il n’y a pas de règle ou de principe établi pour annoncer à ses proches qu’on a le cancer. Libre à chacun de l’annoncer comme il l’entend, suivant sa sensibilité, sa conception, se vécu. L’important est de procéder de la façon qui aidera le mieux à gérer ses émotions.

Quelques adresses et liens utiles

Hôpital Universitaire de Mirebalais Route Départementale 11, Chatulée

Innovating Health International Tabarre 48, Boulevard 15 octobre en face de la Sun auto. 4895 6148

innovatinghealthinternational@gmail.com  http://tinyurl.com/zn76aj2

Société Haïtienne d’Oncologie / Institut Haïtien d’Oncologie

3, Delmas 85 shonc97@yahoo.fr

Groupe de support Contre le Cancer (GSCC)

Rue de la grotte, Turgeau, gscchaiti@yahoo.fr

Hôpital Bernard Mevs

2, Village Solidarité, Boulevard Toussaint Louverture, Route de l’éroport

https://www.lebelage.ca/ma-sante/prevention/le-cancer-du-sein-vrai-ou-faux 

https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Cancer-comment-lannoncer-proches-2019-11-23-1201062248

https://www.topsante.com/medecine/cancers/cancer/cancer-comment-l-annoncer-a-vos-proches-9993

[1] Propos recueillis dans l’anonymat à travers un témoignage informel

[2]Cancer du sein : un retentissement sur toute la famille

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/cancer_sein/sa_7969_cancer_sein_impact_famille.htm

[3] Coauteur d’On se revoit le mois prochain, Éd. Leduc. S, 128 

Natacha Gué

natachaguejoseph@gmail.com

Natacha Gué Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".