Gonaïves : l’un des deux membres de la commission municipale jette l’éponge

Publié le 2020-10-06 | lenouvelliste.com

Confrontée aux éclaboussures depuis son investiture en juillet dernier, sans aucune surprise, le Dr Nativita Carmélie Saint-Hilien, mairesse adjointe des Gonaïves, a officiellement remis sa démission, lundi 5 octobre 2020. Dans la correspondance adressée à son collègue Patrice Gracia Brutus, elle laisse entrevoir la chicane qui rongeait cette équipe qui, entre autres, prônait la réconciliation aux yeux de la population. 

Le Dr Nativita Dr Saint-Hilien et Patrice Gracia Brutus sont issus d’horizons divers. Ils n’ont pas l’habitude travailler ensemble et ne sont pas de la même génération. La jeunesse de la mairesse, selon ses proches, ne jouait pas en sa faveur. À maintes reprises, d’après des sources concordantes, elle aurait été blâmée pour ses interventions dans le cadre du programme « Santé Dignité » qu’elle avait lancé. « J’ai initié des actions au nom de la municipalité... je comprends la frustration des Gonaïviens... mais je comprends aussi le boycottage, les coups bas... », a écrit la mairesse.

L’ex-mairesse n’a pas ménagé ses mots à l’égard du président de la commission municipale qui aurait refusé d’assainir la ville qui croupit dans un état déplorable. « ... En refusant d'accepter que l'assainissement d'une commune est l'une des priorités urgentes est un manque de respect à la santé et à la dignité de la population », a-t-elle tranché. La commune des Gonaïves, a renchéri Mme Saint-Hilien, dispose suffisamment de ressources pour contribuer à son propre développement. Selon elle, c’est un manque de volonté politique qui maintient la ville dans son état misérable. 

Le Dr Nativita C. Saint-Hilien a indiqué que sa courte expérience à la mairie des Gonaïves était enrichissante. En dépit des contraintes qu’elle dit évoquer dans ses arguties, elle a affirmé sa volonté de revenir à la tête de la municipalité en vue de poursuivre ses œuvres. A cet effet, en vue d’une meilleure approche de la gestion de la commune, elle plaide en faveur de la promulgation de lois conférant aux maires adjoints des tâches spécifiques. 

La commission municipale a été amputée d’un membre, Jean Henriquez Auguste, dès sa formation. Suite à la démission de Mme Saint-Hilien, il ne reste que Patrice Gracia Brutus. Ces deux agents intérimaires avaient été installés sur fond de protestation. Depuis leur arrivée, l’administration communale connait des crises incessantes. Des grèves à répétition, des tas d’immondices dans tous les coins... Dans les émissions de libre tribune, la population ne cesse de se questionner sur l’efficacité de cette équipe qui, selon elle, ignore la réalité du terrain.   



Réagir à cet article