Mickael Guirand megri san egri

PUBLIÉ 2020-09-28


Le 7 mars dernier, Mickael Guirand était sur scène avec son groupe Vayb. Il ne savait pas alors que ce serait sa dernière performance avant très longtemps avec cette formation musicale qu’il a mise sur pied en 2017. Ce jour même, l’état d’urgence a été décrété à New York. Et cet État où Vayb est basé n’a pas tardé à devenir l’épicentre de la pandémie du nouveau coronavirus aux États-Unis. Pendant deux mois, l’ancien chanteur vedette du groupe Carimi est resté coincé à son domicile, sortant uniquement pour se ravitailler en produits de première nécessité. Et cela a eu des conséquences…

Les résultats de cet arrêt forcé n’ont de fait pas tardé à se montrer. L’artiste, qui avait déjà pris beaucoup de poids au cours des trois dernières années, en a gagné encore plus au cours du confinement. « J’ai commencé à développer des conditions de santé comme l’hypertension, le diabète et le cholestérol avec différents symptômes qui entravaient mon bien-être », révèle-t-il. « Au début du mois d’Avril, je pesais environ 330 livres. Le plus lourd que j’ai été de toute ma vie ! Sachant les différentes complications de la Covid-19 liées à l’âge, le surpoids et certaines maladies, mes proches me disaient tous les jours de faire attention. J’ai finalement pris la décision de commencer un régime alimentaire. Après deux semaines, j’ai été introduit à des produits qui m’ont beaucoup aidé, et depuis lors je n’ai plus arrêté... », poursuit le lead vocal de Vayb.

Il faut le reconnaître, Mickael Guirand est loin d’être de ces vedettes qu’on voit à la télé avec les fameux « six-packs ». Certains diraient même qu’il ne correspond pas tout à fait à l’image qu’on se ferait du front man. Il n’a pas moins su gagner le cœur de ses fans. « Jamais je n’ai reçu de connotations négatives par rapport à mon poids. Mes fans m’ont accepté pendant des décennies et m’ont vu combattre ma fluctuation de poids pendant des années. Je reçois beaucoup de support et de messages positifs ces jours-ci. Je pense que mes vrais fans comprennent qu’ils ont besoin de me voir en santé pour que je continue à leur offrir de la bonne musique », affirme-t-il.

Ces changements que le chanteur est en train d’apporter à sa vie devraient justement lui permettre d’améliorer ses prestations sur scène. « On dit toujours que je suis une bête de scène sans réaliser que depuis 2014, j’ai pris énormément de poids, ce qui m’a mis dans l’impossibilité de dégager l’énergie dont je suis capable, ni même vraiment d’offrir la qualité de spectacle visuel que je souhaite à mes fans en termes de dansee et mouvements que j’ai toujours possédés dans mon arsenal », pointe l’homme qui, que ce soit avec Carimi ou avec Vayb, détient à son actif plusieurs entrées sur scène réussies.

L’ancien chanteur de Carimi n’est pas à son premier régime amaigrissant. Au fil des années, le public a été aux premières loges pour le voir perdre 80 livres pour en reprendre 140 par la suite ! « J’ai passé toute ma vie à perdre et à reprendre du poids. Maintenir la perte de poids est pour moi la partie la plus difficile et aussi mon objectif le plus cher aujourd’hui. Je veux vraiment arriver autour des 200 livres pour le reste de mes jours », dit-il. Avec un groupe des plus actifs, toujours en tournée avec des horaires impossibles, Mickael Guirand reconnaît aussi que son métier ne l’a pas particulièrement aidé à garder la ligne. « Jamais à la maison ; impossible de planifier un repas ; toujours pressé et à la merci de promoteurs qui offrent des repas qui ne m’aident pas… Griyo, bannann, makaroni, diri... », se désole-t-il.

Mais sa détermination semble être à toute épreuve ce coup-ci. « Depuis avril je perds en moyenne 10 à 15 livres par mois et j’espère continuer à en perdre et surtout ne pas en reprendre. J’aborde chaque mois comme un nouveau combat et je ne panique pas. Pas la peine d’éliminer mes envies. Je me contente de les satisfaire avec modération, et continuer à avancer sur le bon chemin. J’organise maintenant des challenges pour encourager les gens à perdre aussi du poids et cela me motive également et m’aide dans mon parcours », explique-t-il, pragmatique. Et environ 6 mois plus tard, Mickael Guirand pèse aujourd’hui 275 livres et poursuit son périple vers une meilleure version de lui-même, supporté par sa famille, ses proches, ses fans et ses frères musiciens. 

Parallèlement, Vayb, son groupe, est l’une des rares formations musicales compas en vue qui ne s’est pas du tout manifestée au cours de cette période de Covid-19. Un concert live pour leur anniversaire avait été annoncé puis annulé. Mais les messieurs ne chôment pas entièrement. D’après leur meneur, ils seraient en studio, en train de préparer le prochain album qui avance lentement mais sûrement. Et leur maître à penser, qui a aussi occupé son temps libre en suivant des formations sur l’entrepreneuriat, travaille d’arrache-pied pour continuer à offrir le meilleur de lui-même à son public tout en maintenant sa santé au centre de ses préoccupations. « Avec l’âge, les complications maladives me mettent au pied du mur pour garder ce style de vie et je pense que quand le business va recommencer avec des spectacles réels, les fans vont pouvoir revoir Vayb et le Mickael tout feu tout flamme avec même beaucoup plus d’énergie », promet-il.

Et oui, une fois ce surpoids parti, envolé, fondu, attendez-vous à voir un autre Mickael sur le podium !



Réagir à cet article