The Liberators, un sac de voyage pour les avant-gardistes

PUBLIÉ 2020-09-21
Lancé le 18 novembre 2019 par la femme d’affaires Guerline Emmanuel, le sac de voyage « The liberators » rend hommage aux femmes, dont Agbaraya Toya, Cécile Fatiman, Sanite Bélair..., qui ont contribué à l’édification de notre nation et pour donner des exemples aux avant-gardistes d’aujourd’hui. Avec des compartiments pour les effets, le laptop, la bourse, le passeport, il est présenté comme hyper-pratique pour assouvir nos pulsions « wanderlust ».


La vie de Guerline Emmanuel est faite de voyages. En ligne on la voit avec d’autres gens monter à Citadelle, marcher dans nos cités capotant nos chapeaux de paille et se mouiller à l’authenticité de notre pays.  En effet, la dame, dont le sens des affaires est signalé dans tout ce qui s’écrit sur elle, a monté avec son mari « Belle vue Tour », qui se dédie aux voyages en Haïti. Par conséquent madame est toujours dans un avion pour vivre sa passion. Reste qu’au fil des dix premières années de son entreprise, elle a toujours senti le manque d’un sac de voyage qui lui soit convenable. Elle a passé cinq ans à en chercher. « J’en ai essayé plusieurs, mais aucun ne me convenait, j’ai donc décidé d’en créer un », explique Guerline, éprise de ces théories pointues sur le pragmatisme.

L’Haïtienne, qui n’a de cesse de raconter notre histoire au travers de ses voyages thématiques proposés à ses clients, a pensé à se faire accompagner partout par les femmes qui ont contribué à la construction de notre République d'Haïti. « Je les désigne comme ‘’The liberators (les libératrices). Je voulais les avoir sur tout le sac », dit-elle. Guerline dispose justement les noms et prénoms des héroïnes sur le sac comme le logo s’éparpille sur un Louis Vuitton. On y voit Sanite Bélair, la lieutenante qui figure sur nos billets de 10 gourdes. Agbaraya Toya, mère nourricière de Jean-Jacques Dessalines, et Catherine Flon, celle qui a cousu le Bicolore... Elles sont 10 au total. « J’entends faire connaître ainsi leur contribution à tant de gens qui les ignorent. Je veux les proposer en exemple aux femmes d’aujourd’hui qui ont un esprit d’avant-garde », confie Guerline Emmanuel.

La femme d’affaires imbue de notre histoire a lancé le sac le 18 novembre 2019 qui a fait suite à une saison de précommande. Le succès ne s’est pas fait attendre, en plus des retours favorables. Beaucoup de femmes noires, pas que des Haïtiennes, se jettent dessus et le font connaître avec fierté. C’est le cas de la représentante du Massachusetts au Congrès américain Ayanna Pressley. C’est Conan Harris, le mari très admiratif de cette dernière, qui en fait état sur Facebook tout au début de l’année en cours : « Notre représentante au Congrès de retour à Washington pour son combat pour le Ma7 avec style et son sac “The liberators”, conçu par BVstylez (la marque de Guerline), un hommage à 10 femmes haïtiennes qui sont libératrices chacune à sa manière. #warriorinheels (guerrières sur talon) #beautiful (belle) ».

Une cliente dont le prénom est Chardline exulte du fait que son sac l’a aidée à compenser sa mésaventure au Ghana après qu’elle eut retrouvé sa valise revenue de la soute toute détruite. Black Wall Street voit dans “The liberators” un hommage à nos ancêtres… The liberators s’arrache au prix de 100 dollars sur le site de BVstylez, la marque initiée elle-même en 2018.



Réagir à cet article