Jerry Tardieu dans l’enfer du Parlement

Publié le 2020-09-15 | Le Nouvelliste

Le Parlement est l’assemblée des sages, aime-t-on à dire. Des sages élus par le peuple pour légiférer et contrôler les actions de l’exécutif, particulièrement celles de la Primature. On les appelle "honorables". Afin qu’ils puissent s’adonner à leur dure et noble besogne à tête reposée, on leur octroie des privilèges : résidence officielle, subvention d’un million de gourdes par-ci par-là, véhicules et chauffeurs, gardes du corps, consultants, voyages à l’étranger aux frais de la République, etc. Drapés dans leurs costumes blancs ou noirs, ces messieurs et dames du Parlement personnifient tout ce qui est droit, irréprochable et incorruptible dans notre nature de peuple. Pour arriver au Parlement, ils sont été passés au peigne fin par un électorat qui prend son vote au sérieux, qui refuse de voter en échange de mille gourdes, par une société civile qui érige des garde-fous pour contrecarrer tout apatride qui voudrait intégrer le Parlement pour protéger ses intérêts mesquins. Voilà en quelques lignes le Parlement dont nous rêvons tous. Le dernier que nous avions eu, la 50e législature, est loin d’être celui de nos rêves. En fait, selon Jerry Tardieu, l’un des députés de la 50e, il a été un enfer.

« Dans l’enfer du Parlement » : Le titre du livre de Jerry Tardieu. Un titre orageux, qui nous interpelle, car on sait ce que signifie le mot enfer : lieu de tourments, de grande souffrance, résidence de démons, de malfaiteurs, etc. On attaque le livre pour découvrir les tourments subis par l’auteur des mains de ses collègues adeptes du mal absolu. On sait déjà que nos parlementaires ne sont pas des enfants de chœur, qu’ils ne lésinent pas devant leurs intérêts, qu’ils n’ont aucune loyauté au parti politique qu’ils représentent, qu’ils marchandent leur vote aux plus offrants. Il y a, bien sûr, des exceptions. Que l’on compte sur les doigts de la main.

Dans les deux premiers chapitres, l’auteur nous rappelle son parcours d’entrepreneur et d’homme politique, ses mentors (prof Leslie F. Mannigat et le président René Préval), et les étapes de sa campagne électorale. Troisième chapitre, enfin on est en plein dans l’enfer. On renifle déjà l’odeur de soufre que dégagent nos parlementaires. L’auteur parle de ses propositions de loi sur la Police nationale d’Haïti (PNH), sur le crédit-bail, sur la nationalité haïtienne, et sur la microfinance. Il emploie les termes « enterrée », « mise en veilleuse », « bousillée » et « écartée » respectivement pour parler de ses propositions de loi. Mais rien de fantasmagorique.

Il arrive que l’auteur fût membre d’un « bloc politique minoritaire » à la Chambre basse, « Groupe des parlementaires à l’écoute du peuple » (GEPEP). Comme tel, il lui était très difficile de faire progresser ses propositions de loi, aussi nobles et pertinentes qu’elles puissent être. Ce qui arrive dans tous les Parlements. Le parti majoritaire détient toutes les cartes et ne laisse passer que ce qui convient à son parti. Tout membre d’un groupe minoritaire, pour promouvoir ses propositions de loi, doit travailler avec les membres du groupe majoritaire, négocier avec eux, « reach across the aisle », comme disent les Américains.

Les trois derniers chapitres du livre parlent du bilan de l’auteur, de son travail sur la réforme constitutionnelle, et de ses « idées pour demain ». Dans cette Chambre basse qu’il a perçue comme un enfer, il a été actif, productif, une lumière dans les ténèbres, en quelque sorte. L’une des exceptions. Nous saluons M. Tardieu pour cette initiative à présenter son parcours, ses idées et surtout son bilan. Son style clair et fluide permet au lecteur de comprendre son message et sa vision. Son livre inspirera, à coup sûr, ceux et celles qui veulent poursuivre une carrière politique.

Mario Malivert mariomalivert@yahoo.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".