Protestations/Manifestations

Des enfants en difficulté au service de pédiatrie de l'HUEH

Publié le 2020-09-10 | Le Nouvelliste

Certains enfants vus en salle de consultation et d'autres qui sont hospitalisés pour diverses pathologies sont en grande difficulté au service de pédiatrie de l'Hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti (HUEH) depuis plus d'une semaine. En effet, la mort du bâtonnier Monferrier Dorval a donné lieu à des mouvements de protestation des étudiants de la Faculté de droit et des sciences économiques de Port-au-Prince. Ces mouvements vieux d'au moins deux semaines sont réprimés par les forces de l'ordre, créant une situation de panique dans la zone.

Pour le Dr Ronald Éveillard, chef du service de pédiatrie à l'HUEH qui se trouve juste après la Faculté de droit, à l'angle des rues St-Honoré et Oswald Durand, le problème est d'abord un problème d'accès. «Le premier problème auquel la population est confrontée est un problème d'accès. Ceux qui doivent se rendre dans le service font face à d'énormes difficultés capables d'engendrer de fâcheuses conséquences», tance le Dr Eveillard.

En plus du problème d'accès qui persiste depuis plus d'une semaine, il y a aussi un problème plus pressant pour la santé des enfants, selon le chef de service de pédiatrie. «Quand on lance le gaz lacrymogène plusieurs services sont automatiquement touchés par cette situation à l'hôpital ; comme nous assurons la prise en charge des enfants dont certains ont des problèmes respiratoires et sont placés sous oxygène, nous sommes les premiers à en pâtir au service de pédiatrie», se désole le Dr Eveillard. 

Plus loin, il confie que son service a «une politique d'éloignement des enfants» puisque la rue Oswald Durand est souvent le théâtre de mouvements de protestation. Cependant, avance le Dr Ronald Eveillard, il est très difficile de prévoir quand la situation va tourner au rouge. Ces situations imprévisibles mettent en danger la vie des enfants hospitalisés puisque l'hôpital n'arrive pas à éloigner à temps ceux qui ont des problèmes respiratoires. 

Il est à noter que les services d'hospitalisation d'orthopédie, de chirurgie, de médecine interne et de dermatologie de l'HUEH se trouvent également dans le même périmètre. 

En plus des mouvements de protestation des étudiants, le mouvement des lycéens cette semaine a créé une situation de panique à la rue Oswald Durand et, une fois de plus, les autorités ont fait usage de gaz lacrymogène pour réprimer les protestataires. 

Au service de pédiatrie de l'HUEH, panique et inquiétude ont eu raison des parents qui ont lancé un S.O.S à l'endroit des autorités.
«On est venu à l'hôpital pour que nos enfants bénéficient de soins de santé, mais si nous autres, des adultes, avons autant de mal quand on lance du gaz lacrymogène, qu'en est-il de nos enfants?», se questionne l'air désespéré un parent au service de pédiatrie de l'HUEH. 

Sans rentrer dans les détails du conflit qui aurait poussé les forces de l'ordre à faire usage de gaz lacrymogène à proximité de l'hôpital général, le Dr Eveillard pense que la situation est délicate et mérite d'être prise en charge par les autorités compétentes.

Ses derniers articles

Réagir à cet article