La vie des enfants en jeu, COVID menace d'annuler 30 ans de ''progrès remarquables ''

La COVID-19 menace d'annuler des décennies de progrès acharnés dans la réduction des décès d'enfants de moins de cinq ans, ont averti les agences des Nations Unies, appelant les pays à garantir que les services de santé vitaux pour les enfants et les femmes ne faiblissent pas au milieu de la crise mondiale.

Publié le 2020-09-10 | Le Nouvelliste

Le nombre de décès d'enfants de moins de cinq ans dans le monde a chuté à son plus bas niveau jamais enregistré en 2019 – soit 5,2 millions, contre 12,5 millions en 1990. Cependant, on craint que le nombre n'augmente en raison des perturbations services de santé maternelle et infantile induites par la COVID, indiquent de nouvelles estimations publiées mercredi.

Les services qui subissent des perturbations comprennent les bilans de santé, les vaccinations et les soins prénatals et postnatals. Les raisons incluent des contraintes de ressources et un malaise général à utiliser les services de santé en raison de la peur de contracter la COVID-19, selon les agences des Nations Unies.

Au cours des 30 dernières années, les services de santé destinés à prévenir ou à traiter les causes de mortalité infantile telles que la prématurité, l'insuffisance pondérale à la naissance, les complications à la naissance, la septicémie néonatale, la pneumonie, la diarrhée et le paludisme, ainsi que la vaccination, ont largement contribué à sauver des millions de vies, ont ajouté les agences.

Les estimations, contenues dans le rapport Niveaux et tendances de la mortalité infantile : rapport 2020  ont été publiées par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance ( UNICEF ), l'Organisation mondiale de la santé ( OMS ), le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies et le Groupe de la Banque mondiale.

Protégez les réalisations de COVID

Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS, a rappelé l'exploit et décrit les défis.

« Le fait qu'aujourd'hui plus d'enfants vivent pour fêter leur premier anniversaire qu'à n'importe quel moment de l'histoire est une véritable marque de ce qui peut être accompli lorsque le monde met la santé et le bien-être au centre de notre réponse », a-t-il déclaré.

 « Maintenant, nous ne devons pas laisser la pandémie de COVID-19 faire reculer des progrès remarquables pour nos enfants et les générations futures. Au contraire, il est temps d'utiliser ce que nous savons qui fonctionne pour sauver des vies et de continuer à investir dans des systèmes de santé plus solides et résilients. »

Enquêtes de l'UNICEF et de l'OMS

Des enquêtes menées par l'UNICEF et l'OMS dans 77 et 105 pays, respectivement, ont révélé qu'un grand nombre de pays signalaient des perturbations dans les services de santé essentiels pour prévenir les décès de nouveau-nés et d'enfants. 

L’ enquête de l’UNICEF a révélé que près de 68% des pays étaient confrontés à des perturbations dans les contrôles de santé des enfants et les services de vaccination; 63 pour cent ont eu des interruptions lors des examens prénatals; et 59% dans les soins postnatals.

Les conclusions de l’OMS ont montré que 52% des pays avaient des perturbations dans les services de santé pour les enfants malades; et 51% dans les services de prise en charge de la malnutrition - tout aussi important pour garantir une vie saine.

Parmi les défis figuraient les parents qui évitaient les centres de santé par peur de l'infection, les restrictions de transport, la suspension ou la fermeture des services et des installations, la diminution du nombre d'agents de santé ou le manque d'équipement de protection individuelle (EPI) et de plus grandes difficultés financières.

L'Afghanistan, la Bolivie, le Cameroun, la République centrafricaine, la Libye, Madagascar, le Pakistan, le Soudan et le Yémen sont parmi les pays les plus durement touchés.

Le monde est venu trop loin pour s'arrêter

La Directrice générale de l'UNICEF, Henrietta Fore, a appelé à des investissements urgents pour redémarrer les systèmes et services de santé perturbés.

« La communauté mondiale est allée trop loin dans l'élimination des décès d'enfants évitables pour permettre à la pandémie de COVID-19 de nous arrêter dans notre élan », a-t-elle déclaré, ajoutant :

« Lorsque les enfants se voient refuser l'accès aux services de santé parce que le système est débordé, et lorsque les femmes ont peur d'accoucher à l'hôpital par peur d'être infectées, elles peuvent aussi devenir des victimes du COVID-19.

Une action urgente est nécessaire

Les enquêtes ont également mis en évidence la nécessité d’agir d’urgence pour rétablir et améliorer les services d’accouchement et les soins prénatals et postnatals pour les mères et les bébés, notamment en ayant des agents de santé qualifiés pour les soigner à la naissance. Il est également important de travailler avec les parents pour apaiser leurs peurs et les rassurer.

Muhammad Ali Pate, directeur mondial de la santé, de la nutrition et de la population à la Banque mondiale, a souligné la nécessité de protéger les services vitaux et vitaux qui sont essentiels pour réduire la mortalité infantile.

« La pandémie COVID-19 a mis des années de progrès mondiaux pour mettre fin aux décès d'enfants évitables en grave danger… Il est essentiel de protéger les services vitaux qui ont été essentiels pour réduire la mortalité infantile. Nous continuerons à travailler avec les gouvernements et les partenaires pour renforcer les systèmes de santé afin de garantir aux mères et aux enfants les services dont ils ont besoin », a-t-il déclaré.

Remédier aux inégalités

John Wilmoth, directeur de la Division de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, a également attiré l'attention sur la lutte contre les inégalités au sein des sociétés qui ont un impact sur la santé. 

« Le rapport démontre les progrès en cours dans le monde dans la réduction de la mortalité infantile… Tout en soulignant les effets négatifs de la pandémie de COVID-19 sur les interventions qui sont essentielles pour la santé des enfants, il attire également l'attention sur la nécessité de corriger les vastes inégalités dans les perspectives pour la survie et la bonne santé, d'un enfant », a-t-il déclaré. 

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".