Le barreau orphelin de son bâtonnier

Publié le 2020-09-07 | Le Nouvelliste

Jamais le barreau n’avait vécu une telle tragédie. Jamais une aussi terrible catastrophe ne s’était abattue sur la corporation. Au matin du samedi 29 août 2020, le réveil a été brutal. Comme d’un mauvais rêve. L’émergence d’un horrible cauchemar. Pourtant, il fallait se faire à l’idée de l’assassinat de notre bâtonnier. Me Monferrier Dorval, bâtonnier fraîchement élu, est mort par balle dans la soirée du vendredi 28 août aux environs de 10h30 à l’entrée de son domicile dans le quartier de Pèlerin 5, Pétion-Ville.

Me Dorval revenait de son bureau à la ruelle Rivière où comme à son habitude il avait travaillé fort tard sur certains dossiers. En professionnel soucieux de prendre soin de sa clientèle, il peaufinait un dossier, se livrait à de patientes recherches, consultait les auteurs, les codes de lois, les ouvrages de doctrine et de jurisprudence. Non pas qu’il n’était pas entouré de jeunes confrères, non pas qu’il ne leur déléguait pas certaines tâches, mais il savait que pour élever le niveau, c’est-à-dire étoffer un dossier, préparer une plaidoirie pour convaincre, persuader le magistrat de siège, il fallait se donner à fond, s’impliquer, abattre une besogne monstre. D’où ses soirées de veille à son bureau. Malheureusement, ce vendredi soir en regagnant son logis, des assassins postés dans l’ombre, à la barrière d’entrée pour, sans se poser de questions, faire feu en sa direction et lui ôter la vie. Mais Me Dorval n’avait pas d’ennemis, du moins ne savait pas qu’il en avait. Effectivement, qui pouvait en vouloir à ce docteur en droit, professeur des universités qui a formé des générations d’étudiants depuis son retour d’Aix-en-Provence ? Il a enseigné à l’université Quisqueya, à l’ENAF, au ministère des Affaires étrangères, à la faculté des sciences humaines, à la faculté de droit et des sciences économiques… Un homme fait pour la transmission du savoir. Ancien élève de la section A du lycée Pétion, il était resté un latiniste. De là, sa maîtrise de la langue française et ses subtilités, puisque l’avantage est considérable quand on avait fait le latin.

En professionnel du droit, il avait fait ses premières armes au cabinet Louis Lamarre à la rue Américaine, une véritable école où l’avis de Me Boniface Alexandre comptait beaucoup. De là, il a acquis les ficelles du métier. Il fut consultant d’organismes de l’État. Spécialiste de questions constitutionnelles et administratives, il était consulté au Sénat et par ceux qui briguaient un poste électif ou tenaient le haut du pavé. Sauf qu’il avait la liberté du choix, pour sélectionner sa clientèle. D’ailleurs, il revendiquait farouchement son indépendance, refusant d’être instrumentalisé par aucun groupe, ni aucun puissant du jour.

Sur un plan purement personnel, il avait des qualités dont le dévouement, c’est-à-dire la pratique de l’altérité : toujours le sens du service. La discrétion, la réserve qui se traduisait dans une conversation par l’esquisse d’un sourire au coin des lèvres. Comme tout homme, il avait des défauts dont l’entêtement, comme le refus de l’assouplissement de sa position sur les conditions d’admission à l’école du barreau.

Revenons à sa disparition tragique : La veille, j’avais admiré sa prestation à « Métro News », chaîne 52, sur les remous que soulève la réforme constitutionnelle. J’étais fier de mon bâtonnier – qui défendait courageusement ses convictions sur une question sensible – mais j’étais loin de penser que les assassins circulant dans la ville allaient écourter son parcours terrestre. Au barreau, le ciel nous est tombé sur la tête au matin du samedi 29 août. La corporation est sous le choc. Jamais en 161 ans d’existence un bâtonnier en exercice n’avait trouvé la mort dans des conditions aussi tragiques. L’État faible est sans doute la cause de cette recrudescence de violence en cette période estivale. Les services de renseignement de la police ne sont-ils pas dotés de moyens suffisants pour déjouer à temps les projets macabres des groupes criminels ? L’État ne peut pas être si désorganisé pour être incapable d’entreprendre un travail de prévention policière pour la protection citoyenne. Quand des vies sont fauchées dans cette escalade de violence meurtrière, criante est l’incapacité de la police.

Il est à déplorer l’initiative irréfléchie de ces photographes de presse improvisés qui, s’amenant sur le lieu du drame, mitraillent de leurs caméras le corps ensanglanté et sans vie pour alimenter le voyeurisme morbide de consommateurs d’images non moins irresponsables. Le respect dû à la dignité humaine veut que le premier arrivé recouvre d’un manteau, d’un veston, d’un drap le corps inanimé, c’est d’ailleurs l’usage.

Nous pleurons la disparition d’une valeur sûre, d’une belle tête ; nous sommes meurtris par la perte soudaine du bâtonnier Dorval et ne pouvons sécher nos larmes.

 Jean-Claude Boyer

Samedi 29 août 2020

Jean-Claude Boyer Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".