La CNDDR et la fédération des gangs: Jude Jean Pierre et Jean Rebel Dorcénat apportent des précisions

Publié le 2020-09-04 | lenouvelliste.com

Jude Jean Pierre, membre de la Commission nationale de désarmement, de démantèlement et de réinsertion (CNDDR), a apporté vendredi des précisions sur les déclarations de son collègue Jean Rebel Dorcénat insinuant que les gangs se sont fédérésà travers « G9 an Fanmi e alye » sur proposition de la dite commisssion. «Ce n’est pas la mission de la commission, a précisé Jude Jean Pierre. La commission n’a pas ce mandat, elle n’a pas cette mission. »

« À ma connaissance, la commission n’a jamais, même une fois, participé à la création du G9 », a insisté Jude Jean Pierre, qui intervenait sur radio Magik 9. La commission n’a pas la mission d’angéliser les gangs armés ni de les fédérer. Elle n’a pas non plus l’attribution de renforcer les groupes armés », a poursuivi le membre de la CNDDR, «prêt à jurer» que la commission n’avait aucun rôle dans la création du G9.

Jude Jean Pierre a souligné que la mission de la CNDDR est clairement définie dans l’arrêté présidentiel qui l'avait réactivé en 2019. «  C’est un organe technique de coordination qui permet à l’État d’avoir une politique publique en matière de désarmement, de démantèlement et de réinsertion », a fait savoir Jude Jean Pierre. Il soutient que la commission ne peut remplacer ni la police ni la justice, encore moins les institutions républicaines chargées d’entreprendre des actions sociales et économiques dans les quartiers.  

« La Commission nationale de désarmement, de démantèlement et de réinsertion prend ses distance par rapport à tous les groupes qui commettent des actes criminels et préjudiciables à la paix et à la sécurité dans le pays », a rappelé Jude Jean Pierre. Quant aux déclarations de Jean Rebel Dorcénat, le commissaire affirme qu’il revient à Jean Rebel Dorcénat lui-même de clarifier ses propos.  «  Nous sommes très fâchés contre les propos du commissaire », a déclaré Jude Jean Pierre, rappelant qu’en matière pénale la responsabilité est personnelle.  

Jude Jean Pierre se présente comme étant le porte-parole officiel de la commission. «  Nous avons à plusieurs reprises demandé au commissaire Jean Rebel Dorcéna de suspendre ses interventions intempestives dans les médias. On a tenu de nombreuses réunions sur cette affaire », a révélé Jude Jean Pierre qui a toujours plaidé en faveur de la sérénité au sein de la commission. Certaines choses n’ont pas à être déballées dans les médias, a-t-il ajouté.

Jean Rebel Dorcénat se défend et précise 

«  Je sais ce qui se passe. J’arrive enfin à comprendre certaines écritures », a réagi Jean Rebel Dorcénat qui, semble-t-il, ne supporte pas les désaveux de son collègue. Il a été très remonté contre certains membres de la commission qui ne font pas leur travail. «  Il y a des gens qui font leur travail mais il y en a d’autres qui n’ont pas encore répondu à une réunion », a lâché Jean Rebel Dorcénat, qui dit ne pas vouloir dévoiler certaines choses au cours de l’interview sur Magik 9. « Je préfère faire des réserves », a-t-il soutenu.       

Jean Rebel Dorcénat estime que ses propos sont mal interprétés. « Concernant les messieurs du « G 9 an fanmi e alye», il y a des membres de la commission qui les ont rencontrés  en groupe et de manière séparée. Ces messieurs, nous avions toujours eu des conversations avec eux. Tous séparément. Dans tous les quartiers. Nous leur avons demandé de conclure une entente entre eux, de ne plus faire feu les uns sur les autres pour que les quartiers puissent vivre et de manière qu’au niveau de la CNDDR nous puissions planifier la coordination et permettre à l’Etat de s’introduire dans les quartiers. Ces quartiers sont très vulnérables », a rappelé Jean Rebel Dorcénat, précisant que, certaines fois, il est obligé de se rendre dans ces quartiers très tard le soir. «  Seul le commissaire Abler Roudy Lalane ainsi que le coordonateur ont l’habitude de m’aider à assurer les coordinations chaque fois que je dois m’y rendre », a confié Jean Rebel Dorcénat, très critique envers ses collègues.   « Je comprends ce qui s’est passé. Tout le monde essaie de se dedouaner. Je n’ai jamais dit que j’avais demandé aux gangs de se fédérer », s'est défendu encore Jean Rebel Dorcéna.

Jean Rebel Dorcénat avait indiqué mercredi avoir demandé aux chefs de gangs de « s’entendre pour ne plus continuer à s’entretuer ». «  S’ils se fédèrent c’est encore mieux. Cela facilite notre travail. Ainsi nous n’avons plus à nous entretenir avec vingt ou trente hommes chaque jour. Nous pouvons rencontrer un seul qui lui-même peut servir de porte-parole », avait-il affirmé.

Danio Darius
Auteur


Réagir à cet article