Le Cap Haïtien, la Cité des Grands événements de l’Histoire d’Haïti

Dans le Cadre de la Commémoration du 350e  Anniversaire de la Fondation de la Ville du Cap et le Bicentenaire de la Mort du Roi Henri Christophe , MEDIC HAITI et l’Association Touristique des Palmes et de l’Ouest ( ATPO) comptent de publier une série d’articles sur l’Histoire du Cap et le Royaume du Roi Henri Christophe juste pour un devoir de Mémoire et l’apprentissage de cette tranche d’histoire régionale du Nord qui représente l’une plus belles pages de l’Histoire d’Haïtiet qui est le symbole de la Cité Christophienne. Nous publions le premier numéro de cette série d’articles.

Publié le 2020-08-17 | Le Nouvelliste

La Ville du Cap a été fondée par des Flibustiers français qui vivaient sur l’ile de la Tortue qui attaquaient et pillaient les Bateaux commerciaux anglais et espagnols durant le Commerce triangulaire du 17eSiècle.

 Les Flibustiers français, sur la direction de Bertrand d’Orgeron, entaient environ unedizaine , ils décidèrent d’aller sur la Basseterre pour vivre de nouvelles expériences pour gagner leurs vies . Ce fut, ils trouvèrent la Zone du Cap est très favorable à eux par sa température et son environnement terrien et maritime. Ainsi, ils décidèrent de jeter la base de la Première ville coloniale française dans le Nouveau monde, pour fonder la Ville du Cap. C’est vrai, avant les aventuriers français, l’église catholique existait dans le Nord, mais, c’était d’une manière sporadique. Ce fut, avec l’implantation du Siège du Gouvernement colonial français au Cap que la Religion catholique allait prendre corps définitive avec Notre Dame de l’Assomption comme patronne des habitants.

Il faut signaler qu’en Haïti, on a 3 types de villes :

Des Villes Précolombiennesfondées avant 1492, comme par exemple, la Ville de Léogâne, la Ville des Gonaïves, etc…

Des Villes Coloniales sont des Villes fondées durant les périodes coloniales Espagne et française. Comme par exemple la Ville de Port-au-Prince, la Ville du Cap.

On a aussi des Villes contemporaines, c’est-à-dire, des Villes fondéesaprès l’indépendance d’Haïti, comme par exemple Pétion Ville, Belladère, Carrefour, Delmas, etc….

Maintenant, si nous nous referons à la Ville du Cap haïtien qui est une Ville Colonialefondée en 1670 par des aventuriers français et qui bientôt allait devenir le Siege du Gouvernement français de la Colonie de Saint Domingue et la plus importante ville de cette Colonie et durant toute la Période coloniale d’Haïti, elle fut le théâtre des plus grands évènements historiques de la Colonie de Saint Domingue qui deviendra Haïti,à partir du Premier Janvier 1804.

Si nous relatons quelques des grands évènements par ordre chronologique, on verra que le Cap haïtienmérite bien, la Cité des Grands évènements de l’Histoire d’Haïti.

La nuit du 13 au 14 Août 1791, ce fut l’organisation de l’un des plus grands congres spirituels de toute l’histoire de l’humanité, connu sous le nom de Cérémonie Bois Caïman par transformation linguistique. Du fait à cette époque, on n’a pas eu à Saint Domingue ou au Haut du cap, un lieu qui s’appelait Bois Caïman. Le nom réel de l’Habitation, c’est dans les Bois ou dans les Forêts Chez IMAM , du surnom du Propriétaire de l’Habitation Caféière ou avait eu lieu la Cérémonie. Parce que le Propriétaire de l’Habitation était un Musulman qui s’appelait : « Prince Corse Fatiman », le Père de Mambo CécileFatiman.  Ce fut après l’indépendance que les historiens et journalistes enquêteurs ont pu faire mention « BwaKayiman » par confusion áBwa Kay IMAM ( Bois ou Foret chez IMAM). La Force spirituelle de la Cérémonie a traversé le temps, du fait que ce fut pour la première fois sur la terre qu’on a pu vivre la manifestation visible de la Présence des dieux sur terre après une invocation suite à une prière d’un Prêtre Vaudou, DuttyBoukman et la présence des dieux étaitmanifestée par des phénomènes naturelles : Les tonnerres, les éclaires filent, les arbres se déchainent et se déracinent, les vents soufflent avec fracas, les Rivières sont en crues, la terre tremble, la Pluie tombe démesurément, des gens sont en transe, ce fut extraordinaire.

En voici, le texte de la Prière d’invocation des dieux de l’Afrique au Cours de la Cérémonie du bois Caïman :

« Le dieu qui a créé la terre, qui a créé le soleil qui nous donne la lumière. Le dieu qui détient les Océans, qui assure le rugissement du tonnerre. Dieu qui a des oreilles pour entendre : toi qui es caché dans les nuages, qui nous montre d’où nous sommes, tu vois que le  Blanc nous a fait souffrir .

Le Dieu de l’homme blanc lui demande de commettre des crimes. Mais, le dieu qui est à l’intérieur de nous veut que nous fassions le bien. Notre dieu, qui est si bon, si juste, nous ordonne de nous venger de nos torts. C’est lui qui dirigera nos armes et nous apportera la victoire. C’est lui qui va nous aider.

Nous devrions tous rejeter l’image du Dieu de l’homme blanc  qui est si impitoyable. Ecoutez la voix de la liberté qui chante dans tous nos cœurs.»

8 Jours plus tard, soit le 22 Août 1791, on assista au premier soulèvementgénéral des esclaves dans une colonie du monde. Malheureusement, cette journée a été soldée par la mort du PrêtreBoukmanDutty, décapité et les Colons blancs allaient la Tête de Boukman sur la Place du Cap avec des Ecriteaux : « Tête de Boukman, Chef des Révoltés. ». C’était juste pour faire peur aux insurges e pourtant la mort du PrêtreBoukman allait rallumer les flammes du soulèvement, du fait que les noirs à la fin de la Cérémonie dite Cérémonie du Bois Caïman ont juré de vivre libre ou mourir.

Pour calmer la tension des nègres dans la Colonie de Saint Domingue, le Commissaire français, Sonthonax, le 29 Août 1793 n’avait pas d’autre choix pour sauvegarder la vie et les biens des Français dans la Colonie de Saint Domingue, la Plus riche Colonie Française du monde, le joyau de l’Empire colonialefrançaise, était oblige de proclamer la libertégénérale dans la Colonie de Saint Domingue, en voici, le contenu du Texte :

« Les Hommes naissent et meurent  libres et égaux en droits. Voilà, citoyens, l’Evangile de la France. Il est plus que temps qu’il soit proclame dans tous les Départements de la République.

Envoyés par la Nation, en qualité de Commissaires civils á Saint Domingue, notre mission était d’y faire exécuter  la loi 4 Avril, de la faire régner dans toute sa force, et d’y préparer graduellement , sans déchirement et sans secousse, l’affranchissement des esclaves……. »

Après la Promulgation de la Constitution Coloniale de Toussaint Louverture en 1801, la France de Napoléon Bonaparte se voit être sur la Route de perdre la plus riche Colonie Française du Nouveau Monde, décida d’envoyer une expédition militaire à Saint Domingue dirigée par son Beau-frère pour rétablir la Paix et l’esclavage sur l’ile d’Haïti. L’expédition comptait environ 20 000 soldats et Leclerc lui-même s’installait sur l’ile de la Tortue avant de prendre contact aux généraux de l’arméeindigène. De l’Ile de la tortue, il écrivait au Commandant du Cap, Henri Christophe d’accepter la pénétration des Soldats de l’ExpéditionFrançaise d’accoster le Port du Cap. Ce fut de la que Christophe allait faire sa déclaration, en réponse au Général Leclerc, en disant ceci :

«Henri Christophe, général de Brigade, Commandant l’Arrondissement du Cap,

Au Général en Chef Leclerc.

 Votre Aide de camp, général, m’a remis votre lettre de ce jour. J’ai eu l’honneur de vous faire savoir que je ne pouvais vous livrer les Forts et la place confiés à mon commandement, qu’au préalable, j’aie les ordres du Gouverneur Toussaint-Louverture, mon chef immédiat, de qui je tiens les pouvoirs dont je suis revêtu. Je veux bien croire que j’ai affaire á des Français, et que vous êtes le chef de l’armée appelée expéditionnaire ; mais j’attends les ordres du Gouverneur á qui j’ai dépêché un de mes aides-de-camp pour lui annoncer votre arrivée et celle de l’armée française ; et jusqu’à ce que sa réponse me soit parvenue, je ne puis vous permettre de débarquer. Si vous avez la force dont vous me menacez, je vous prêterai toute la résistance qui caractérise un général ; et si le sort des armes vous est favorable, vous n’entrerez dans la ville du Cap que lorsqu’elle sera réduite en cendres, et même sur ces cendres, je vous combattrai encore.

 Vous dites que le Gouvernement français a envoyé à Saint-Domingue des forces capables de soumettre des rebelles, si l’on doit y en trouver : c’est vous qui venez pour en créer parmi un peuple paisible et soumis à la France, d’après les intentions hostiles que vous manifestez ; et c’est nous fournir des arguments pour vous combattre que de nous parler de rébellion.

Quant aux troupes qui, dîtes-vous, débarquent en ce moment, je ne les considère que comme des châteaux de cartes que le vent doit renverser.

  Comment pouvez-vous me rendre responsable des évènements ?

Vous n’êtes point mon chef, je ne vous connais point, et par conséquent, je n’ai aucun compte à vous rendre, jusqu’à ce que le gouverneur vous ait reconnu.

  Pour la perte de votre estime, général, je vous assure que je ne désire pas la mériter au prix que vous y attachez, puisqu’il faudrait agir contre mon devoir pour l’obtenir. »

Malgré l’arrestation du Gouverneur général de l’Ile d’Haïti, le Premier des Noirs, Toussaint Louverture, lui-même qui a fait cette déclaration, lors de son arrestation, à bord le navire français, le Héros :

« En me renversant, on a abattu à Saint Domingue que le tronc de l’arbre de de la Liberté des Noirs. Mais, les racines se repousseront, parce qu’elles sont profondes et nombreuses. ». Dans cette déclaration, Toussaint à tout dit, c’est que rien ne pouvait empêcher la marche de la liberté et de l’indépendance d’Haïti.

Réellement, le 18 Novembre 1803, au Haut du Cap, àVerrières la plus forte arméefrançaise de l’Europe de Napoléon Bonaparte allait capituler face à l’arméeindigène de Saint Domingue. Et, le lendemain 19 Novembre le Général Rochambeau signait le retrait et l’évacuation de l’arméefrançaise sur l’Ile d’Haïti, pour d’Haïti la PremièreRépublique Nègre Indépendante du Monde et tout se passait au Cap et qui mérite durant l’année de Commémoration du 350e anniversaire de sa fondation le titre : « la Ville du Cap, la Cité des Grands évènements de l’Histoire d’Haïti ».

PDG MEDIC HAITI

PrésidentATPO( Association Touristique des Palmes et de l’Ouest)

Tels (509) 4183 9811 Email : medichaiti@gmail.com

 Ulysse Jean Chenet Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".