Les écoles rouvrent leurs portes

De nombreuses écoles de la région métropolitaine ont redémarré les cours le lundi 10 août 2020, près de cinq mois après l’adoption de l’état d’urgence sanitaire en Haïti. Les rues et les salles de classe n’étaient pas bondées d’élèves car cette reprise de l’année académique ne concernait que les élèves du Nouveau secondaire 4 et ceux de la neuvième année fondamentale. En outre, certaines institutions scolaires entendent réaliser une session d’examens, avant d’entamer l’année académique 2020-2021 en septembre.

Publié le 2020-08-10 | lenouvelliste.com

Les écoles ont ouvert leurs portes ce lundi, comme l’avait préalablement annoncé le ministère de l’Éducation nationale en juin dernier. Tels des enfants friands d’éducation, les élèves des lycées et des collèges de la région métropolitaine ont répondu à l’appel. Dans les rues, quelques dizaines d’élèves de différentes institutions scolaires ont été observés. Au lycée Toussaint Louverture, la majorité des élèves de la neuvième année (dénommé actuellement Nouveau secondaire 4) et de la philo étaient présents.

Pour contenir une éventuelle propagation du coronavirus qui avait provoqué la fermeture des écoles le 19 mars dernier, le lycée Toussaint a adopté un protocole sanitaire : port du masque obligatoire, installation de châteaux d’eau pour le lavage des mains. Si le ministère de l’Éducation nationale recommande 30 élèves par salle, les responsables dudit lycée y accueillent jusqu’à 60. « Les salles sont assez grandes pour respecter la distanciation physique », a fait savoir Rodrigue Duverger, directeur du lycée.

Pour la semaine du 17 août, le directeur du lycée affirme qu’ils sont déjà prêts à accueillir les autres élèves. « Nous avons déjà anticipé toutes les éventualités », a garanti M. Duverger, soulignant qu’il entend boucler le programme scolaire d’ici octobre.

Au lycée Fritz Pierre-Louis, les trois classes du NS4 et les deux autres de la neuvième année ont contenu chacune 30 élèves. Le censeur Charlotin Charles a fait savoir que les mesures hygiéniques sont appliquées au sein de l’établissement. Contre toute attente, seuls deux élèves occupent les bancs, au lieu de cinq comme auparavant. Pour limiter les rassemblements, la montée du drapeau est maintenant effectuée simplement par deux élèves.

Le lycée accorde des récréations de 10 à 15 minutes toutes les deux heures afin de permettre aux élèves de se décontracter.

À partir du 17 août, a-t-il ajouté, le lycée procédera à des roulements. Un groupe d’élèves devra suivre les cours du lundi au mercredi ; l’autre groupe le fera du jeudi au vendredi. La semaine prochaine, le deuxième groupe aura à suivre les cours entre lundi et mercredi. Ainsi de suite. Selon M. Charles, cette mesure a été décidée afin de pouvoir respecter dans les salles la distance d’au moins un mètre 50 entre les élèves.

Par ailleurs, le censeur Charlotin Charles a appelé les autorités du ministère de l’Éducation à soumettre au plus vite un programme minima, afin de permettre aux professeurs de ne dispenser que l’essentiel du programme aux élèves. « Le ministère doit assumer ses responsabilités », a-t-il dit.

Au collège Saint-Pierre, de même que dans des institutions telles Sainte-Rose de Lima, les élèves sont venus en civil. « 85% des élèves de la philo et de la neuvième année sont présents », a confié le révérend père Fritz Désiré. Pendant les mois au cours desquels l’instabilité politique avait pris le dessus, le collège a pu réaliser deux examens. Avec ces deux tests, les responsables du collège ont établi une moyenne de passage. De plus, des cours ont été dispensés via les plateformes mobiles WhatsApp et Moodle.

À présent, a soutenu le leader religieux, les élèves qui n’ont pas réussi devront subir un autre test. Pour Fritz Désiré, la crise qu’a traversée le pays au début de l’année a empêché surtout les élèves en provenance de l’entrée sud de Port-au-Prince d’assister au cours et même de composer, ce qui explique les échecs enregistrés.

Le collège Saint-Pierre met déjà le cap sur l’ouverture de l’année académique 2020-2021. Les responsables du collège ont des leçons du coronavirus. À cet effet, pour se préparer face à n’importe quelle crise, a renchéri Fritz Désiré, un virement s’opère vers les outils technologiques. Des formations sont déjà organisées au profit des professeurs qui auront à utiliser des plateformes numériques.



Réagir à cet article