La COVID-19 VS le paria du continent américain

Publié le 2020-08-11 | Le Nouvelliste

Inédits ! Tel est le qualificatif utilisé pour cataloguer les records atteints par cette fameuse équipe qu’est la Covid-19. Et oui ! C’est une grande équipe constituée, à côtéde la toute dernière famille du Coronavirus découvert en 2019, des comorbidités, des réalités culturelles, des spécificités démographiques, du climat, etc. En un laps de temps, cette équipe invitée s’est imposée comme leader incontesté du championnat des événements mondiaux. Elle se fiche du palmarès des grandes sélections du monde. Elle se rit des grands cylindrés du circuit international. Elle est allée faire des victoires sur de grands terrains. Elle a réussi à déstabiliser les moyens de défense des plus grandes équipes du monde, vider les lieux de vacances de rêve, fermer les stades, transformer les maisons en prison, interdire les voyages d’un bout du monde à un autre, fermer les écoles, universités et lieux de culte fonctionnant en présentiel, modifier les politiques publiques exprimées en termes économiques dans les budgets de bon nombre de pays, changer radicalement les us et les coutumes des humains, faire comprendre aux stars des grandes nations qu’elles ne sont pas les seigneurs de la planète, etc.

À la surprise générale, le hasard a décidé de placer cette impitoyable équipe sur le parcours d’une piètre sélection,le paria du continent américain. C’est une sélection avec un palmarès assez pauvre et qui a tourné le dos à la victoire depuis plusieurs décennies. Privée de toutes les infrastructures sportives de standard international, elle ne possède pas les ressources nécessaires à la préparation minimale de ses joueurs.

C’est dans un stade vieux de soixante-sept (67) ans et ne répondant pas aux normes internationalement reconnues en matièrede terrain de jeu que la Covid-19 dispute cette rencontre pour laquelle elle part largement favori selon tous les sondages. L’équipe receveuse,le paria du continent américain,est menée par un staff technique constitué de techniciens amateurs,inexpérimentés, privés de toute capacité imaginative et non préparés pour ce genre d’événements. Pour preuve, leurs choix tactiques pour ce match décisif avaient été servilement calqués sur ceux des coachs des grandes sélections du monde.

La cage de l’équipe receveuse est gardée par l’opium de Marx, un gardien cadenassé dans une passivité léthargique due au pessimisme des membres du staff technique, lui faisant croire à tort qu’il n’a d’autres choses à faire que d’assister ce fleuve de ballons qui va couler à haute intensité dans sa cage.

La défense est constituée de joueurs non compétitifs, mal équipés et incapables de stopper les attaques multipliées de la machine offensive de l’équipe visiteuse. 

Le milieu de terrain est géré par des joueurs peu habitués à jouer des matchs nocturnes. D’ailleurs, l’électricité est tellement rare dans ce coin de terre que tous les matchs se jouent sous le soleil. La ration d’électricité y est, en temps normal, de quatre (4) à cinq (5) heures par mois dans certaines régions. Les joueurs faisant partie du milieu de terrain sont pour la grande majorité éblouis par le fait que les supporteurs de l’équipe adverse regardent le match à distance par le truchement de la technologie.

Les attaquants de l’équipe receveuse qui devraient normalement trouver les stratégies pour catapulter le ballon dans les filets de l’équipe adverse ne prennent aucune initiative sérieuse en ce sens, tellement qu’ils sont enveloppés par une défense solidement quadrillée.

Dans les matchs disputés précédemment par la Covid-19, les supporteurs moururent en grand nombre dans les stades. Mais au-delà de tout ce qu’on pourrait imaginer, pour ce qu’il s’agit de cette rencontre,jusqu’à présent, les membres du service médical déployés dans le stade n’ont fait état que d’une minorité zwit de fans ayant trouvé la mort en dépit du fait qu’ils sont entassés comme des sardines dans le stade. Les religieux y voient avec raison la main du Dieu, créateur du ciel et de la terre !

Le match se déroule, à partir du deuxième quart d’heure, avec une possession de balle écrasante en faveur de l’équipe visiteuse, soit 90% contre 10%. Ce qui laissait présager que l’équipe receveuse allait encaisser un fleuve de buts. Cette domination est stérile, dans la mesure où l’équipe visiteuse n’a pas réussi jusqu’à cet instant précis à marquer un seul but. Tous les ballons considérés comme des occasions de but s’écrasent sur les battants de la cage gardée par l’opium de Marx ou repoussé sin extremis par ce dernier.

Nous sommes à la 85e minute de jeu,la toute dernière famille du Coronavirus découvert en 2019, vedette incontestée de l’équipe visiteuse, marque contre son propre camp. Un silence de cimetière entraînant une fièvre contagieuse règne dans le stade.En attendant que le corps arbitral, venu directement de Genève, aille revoir l’action à la VAR, les supporteurs de l’équipe receveuse restent confiants avec les feuilles d’assorossi (Momordicacharantia.L) qu’ils tiennent en leurs mains, en dépit des messages dissuasifs en rapport avec cette plante véhiculés dans le stade.

Et oui ! le but est accordé à l’équipe receveuse. Les minutes s’égrènent et passent vite. Ce qui ne permet pas à l’équipe visiteuse de concrétiser les nombreuses actions qu’elle a entreprises et continue d’entreprendre jusqu’à cette présente minute.Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’équipe visiteuse est menée au score.

Les chroniqueurs, incapables d’expliquer cette victoire imprévisible qui se profile à l’horizon, avancent toutes sortes d’arguments : la Covid-19 n’est pas au top de sa forme, les pronostics avancés relativement à ce match étaient biaisés, etc.  Un fait est certain : la Covid-19 est sur le point d’être mise en déroute par le paria du continent américain.

Nous nous approchons timidement vers la fin de la rencontre, déjà les membres du staff technique, par des postset des interventions frôlant l’indécence, font le tour des médias faisant croire aux plus naïfs que cette victoire-miracle est le résultat de leurs choix tactiques.

Cette victoire-miracle, si nous osons le croire, n’arrive malheureusement pas à sensibiliser les membres de l’équipe receveuse à la nécessité de se mettre ensemble pour constituer une véritable sélection nationale capable d’affronter les adversaires qui feront partie de son groupe aux prochains événements sportifs internationaux.

Les gérants des écoles de football,contraints de regarder le match en présentiel, n’ont pas encore compris la nécessité d’intégrer dans leurs pratiques les matchs nocturnes et initier leurs jeunes talents aux nouvelles technologies sportives, afin de les rendre compétitifs et accroître leur valeur marchande sur le marché des transferts.

Les attaquants n’ont pas encore compris la nécessité de diversifier leurs stratégies d’attaque, en vue de faire échec aux défenses solidement organisées.

L’opium de Marx, à côté de ses quelques claquettes isolées, est miraculeusement secouru par les battants de sa cage tout au long de la rencontre, mais il continue de se considérer idylliquement en grand gardien de but et refuse d’établir des relations de proximité avec les gardiens réservistes.

Ce match démontre, de façon claire, le déficit des fans en termes d’informations sur les mesures à respecter lors des matchs officiels, mais l’espace médiatique, au lieu de constituer une plate-forme en ce sens, continue d’être saturé par des émissions à caractère « politique »pour la grande majorité sans substance et créatrices de leaders-monstres spécialisés entre autres dans la fermentation de crises politiques socialement propulsives.

L’équipe receveuse est certes sur le point de remporter le match aller, quoiqu’avec de nombreux blessés dans ses rangs, mais les comportements et attitudes de ses joueurs laissent augurermal de l’issue du match retour. Dans la mesure où ils n’ont tiré aucune leçon du premier match et qu’ils continuentd’être des sportifs négligents. C’est gravissime !

Samuel GERMAIN

Chargé de cours d’introduction au droit et de philosophie du droit dans les universités

germainsamuel17@gmail.com

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".