Septentrional

Un jeune vieillard qui a émerveillé le monde et enflammé la Toile

Publié le 2020-08-11 | Le Nouvelliste

Islam Louis Etienne  

Le confinement et le covid 19 ont permis de découvrir d’autres facettes très intéressantes  dans la vie  nationale .Le concert virtuel  est désormais une réalité. C’est une autre manière de vendre le pays, sa richesse  et sa culture ; une autre manière aussi  pour les artistes et les groupes musicaux  de survivre et de se faire apprécier pendant cette période de vache maigre.  

 Dans des spectacles riches en couleur, nos artistes  ont montré toute la mesure de leur talent en gardant tous les mélomanes (PARTISANS ET ADVERSAIRES) UNIS ET ATTENTIFS. On n’aurait pas été  pas aussi attentif dans une soirée dansante où l’objectif premier est de danser .Dans les concerts virtuels, on commente les moindres détails ; tout devient important. Le visuel en est l’élément déterminant  

 La musique a elle seule ne garantit pas un  spectacle réussi .Il faut beaucoup plus que cela. La réussite du  spectacle  passe par une conjugaison  de sons, de lumières, de couleurs, de décor et de mouvements gestuels ordonnés qui accompagnent une musique entraînante  et envoûtante. Le Conseil Supérieur de l’Orchestre Septentrional en a mis le parquet. Il a aussi laissé ses traces  ineffaçables comme organisateur  de spectacles somptueux  et de qualité.  

Il est évident qu’on n’aurait pas payé pour danser certains groupes, mais confinés, et paralysés par le covid 19, les choix ne sont pas multiples.  Les concerts virtuels représentent l’unique activité culturelle qui   nous apportent un regain de vitalité ( si on a l’électricité )  pour nous réveiller un petit peu , pour nous dire que tout n’est pas fini  et pour  afficher et nous apporter  un message d'espoir face à la pandémie. Ils nous font aussi  découvrir la magie de la technologie.  

 Il y a toute une industrie cachée   qui est mise en marche pour nous garantir ces différents spectacles de qualité .Ces concerts nous montrent que notre pays est aussi grand, fort  qu’uni et solidaire  surtout  pendant  la pandémie. Ces concerts virtuels nous  ont aussi permis de lier connaissance avec de nombreuses jeunes stars en gestation qui n’ont pas trouvé d’espace d’expression dans les médias.  

Septent au sommet de son art pour ses 72 printemps  

La culture a fait naître l’espoir  en se plaçant  au cœur  de nos péripéties, de nos tourments  et de nos angoisses .Elle a permis non seulement  de sensibiliser la population à la lutte contre la pandémie, mais aussi à se dire que, dans beaucoup de domaines, rien ne sera plus jamais comme avant.  

 Les organisateurs ont voulu une Haïti  élargie à sa diaspora en permettant à tout citoyen, quel que soit l’endroit où il se trouve sur la planète, de réagir et d’apporter sa contribution  à cette œuvre colossale qui constitue le concert virtuel de l’Orchestre Septentrional  pour son 72e printemps.  

Lorsque l’orage est passé, après une pluie fine qui a donné des sueurs froides aux organisateurs, le ciel, lavé des vapeurs , des poussières et des détritus qui ont  jonché les rues de la Capitale,  donne à voir des objets bien dessinés ayant retrouvé leurs couleurs et leur signification .Ils se sont  détachés dans un espace ouvert à tous les parcours.  

Tel pourrait apparaître aujourd’hui la scène en plein air qui a reçu l’événement. Les musiciens de Septent, les vrais acteurs de la soirée, motivés au possible et chauffés à blanc, avaient l’obligation de relever le défi et de faire mieux que les autres pour plaire à leur public et pour se conforter dans leur fauteuil de doyen de la musique haïtienne.  

 Ils ont  joué sans complexe  des chansons entières (anciennes et nouvelles) avec un punch line final invariable. Ils ont émerveillé le monde entier  qui a été séduit par leur jeunesse, leur habilité  et leur dextérité dans le maniement de leur instrument respectif.  

 Nhomme Jean Renaud a réveillé le maestro Jacques Jean (Jac alto) de son sommeil éternel pour faire sonner le saxophone à partir de ses narines. Ce geste a non seulement surpris mais encore étonné  plus d’un surtout parmi les initiés.  

 Phanex Dévy nous a charmés avec sa clarinette. Il a aussi fait mentir le maître de cérémonie avec son solo de saxophone dès l’entame du spectacle. Ulrick Pierre-Louis a du se fâcher et réagir avec violence, de voir son solo  attribué à un autre artiste.  

Le maître de cérémonie est celui qui informe et éduque en même temps. Il y a eu trop de creux, trop de vide, trop de rétention en fait d’informations sur les 72 ans d’existence  de Septent. On a aussi pensé au multi-instrumentiste  Guy Durosier et à ce percussionniste  de rêve Arthur François dans tambour frappé. Il y a toute une histoire derrière cette musique. Kesty a exécuté ce solo de tambour « by the book.»   

L’un des meilleurs archivistes de Septent de tous les temps, le collectionneur   Fritz Newbold et son directeur musical, le célèbre François Nikol Lévy, tous deux passés récemment  à l’Orient éternel, ont été cités à ce spectacle mémorable  comme des citoyens ordinaires et des anonymes.  

 C’étaient des dignitaires notoirement connus qui constituaient des figures de proue de la société, des personnalités de renom. Ils ont desservi la cause de Septent avec beaucoup d’à-propos, de détermination et de volonté, chacun en ce qui le concerne.  

 On ne devait à aucun moment  citer leurs noms dans aucun sentier construit « en cati mini» sans  décor, égards ni préalables. Il fallait, à défaut du maître de cérémonie, trouver un aigle pour parler de ces aigles. Ils méritaient beaucoup mieux que ce qu’on leur a offert.  

 C’étaient de perpétuels usagers des grandes autoroutes qui ont gagné notre estime et notre admiration. Ils ont été une nouvelle fois tués puis enterrés dans une grotte sans cercueil, sans épitaphe ni cérémonie par Girès.  

Septent a  modifié le paysage de la scène en y apportant  quelques nouveaux  éléments  intéressants qui attirent la curiosité des observateurs .Ils  ont donné une certaine étoffe et un coefficient exponentiel   à ce concert   virtuel qui dépasse l’entendement et qui une semaine plus tard défraie encore la chronique.  

Il est  devenu une référence et un régal pour les yeux comme l’habillement  des musiciens, le mariage des couleurs, la finesse de la synchronisation des jeux de lumière, le pouvoir des images et le déplacement ordonné et agencé des musiciens, un groove tonique qui a donné une saveur exquise à la musique .Félicitations à tous ces techniciens ; honneur et mérite au Conseil Supérieur et Respects aux musiciens de Septent  !  

Un roc, une armature en béton armé, Yvenel Étienne (Soré), mérite cependant  d’être signalé. Seul, il a dominé l’avant –scène de l’Orchestre en séparant d’entrée de jeu les eaux vives de celles qui stagnent. Plus loin, il s’est détaché en toute innocence comme  une terre gagnée sur la mer, c’est le territoire de l’excellence  formé par les terres arabes  arrachées des collines ou siège une eau limpide et claire.  

Ce paysage est aussi sonore et nous aurions aimé en montrer également les chorégraphies avec des associations extraordinaires et des arrangements somptueux. Rien n’a été laissé au hasard. La vision plus panoramique que nous voulions donner n’est que partielle, mais les critiques d’art  ont estimé qu’elles valaient le détour et la visite.  

  Ce paysage est réjouissant par sa diversité, les espaces ouverts qu’il découvre, l’animation qui s’y développe. Peut-être est-ce dû à la plus grande présence des artistes. Septent n’a pas fait le spectacle à lui tout seul. Dans ce paysage, il y a les promontoires d’où l’on peut jeter un regard sur les reliefs tourmentés en contrebas.  

On distingue un massif  (la troupe de danse qui a fait son job avec beaucoup d’élégance et de finesse)  un pic (le maître de cérémonie  qui ne maîtrise pas tout à fait son sujet et qui n’a pas été à la hauteur du doyen d’âge. Il faut connaître Septent pour le vendre !   

En ces temps incertains et difficiles, Septent, comme avant-gardiste de toujours, (même s’il a été évité lors  de la consécration des étoiles  du compas du Ministère de la Culture et de la Communication après 72 ans de frappe continue et permanente. Quelle aberration et  quel sacrilège !) , a dépassé le cadre et les limites d’un simple spectacle rangé comme un modèle dans les annales de concert virtuel. Le reste appartient à l’histoire !  

.On ne peut pas ignorer la présence, l’importance et l’apport de Septent dans la construction du patrimoine culturel immatériel  national. Cependant, il nous  enseigne que le moment  est venu encore une fois pour nous, Haïtiens, de montrer au monde entier  qui nous sommes et ce que nous pouvons faire ensemble sans distinction aucune ni sélection, pour construire et embellir notre pays et faire rêver notre peuple.  

 Les indigènes (les Haïtiens de l’intérieur) comme ceux de la diaspora, il est temps d'être unis comme un seul homme pour continuer à offrir d’autres spectacles aussi performants et aussi prisés dans tous les domaines de la vie nationale.  

 Que ce concert virtuel représente un moment solennel et un virage décisif  pour reconstruire notre solidarité et traiter les problèmes profonds et structurels qui touchent notre  nation et son économie ! A quand et dans quel domaine aura lieu le prochain spectacle d’une telle envergure ? Sa se yon kout pik !  

Bravo au  Conseil Supérieur ! Bravo à l’Orchestre  Septentrional ! Bonne fête Septent, Excelsior !  

Islam Louis Etienne  

1 août 2020  

   

   

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".