Anniversaire

Xaragua Magazine : une vitrine du grand Sud depuis tantôt 4 ans

Publié le 2020-07-30 | Le Nouvelliste

Quatre ans de cela, au début de l’année 2016, a germé dans la tête d’un citoyen originaire du département du Sud d’Haïti l’idée de doter le pays d’une nouvelle publication. Environ un mois plus tard, en février de la même année, l’idée se matérialise et Xaragua Magazine est né. Deux objectifs majeurs ont guidé les initiateurs dès la conception de ce projet. Le premier, favoriser une conversation entre gens de toutes générations confondues ayant le même intérêt pour la culture, l’art, la littérature ; le second, faire la promotion du grand Sud, raviver dans les mémoires ce qui a fait sa grandeur par le passé.

Si le nom et les objectifs de ce magazine vous donnent envie de le lire, pas besoin d’aller  par quatre chemins. Un clic sur Facebook vous donne accès à tout ce qui a été publié par l’équipe éditoriale jusqu’ici. Mais la surprise, c’est que pour célébrer leur nouveau printemps qui arrive le 31 juillet, le site officiel de Xaragua sera lancé. Les amants de lecture tranquille, sur une belle interface, seront servis. Ce site est l’aboutissement d’un travail acharné mené par une équipe de volontaires désireux de redonner sa gloire d’antan au grand Sud. Pour suivre le cheminement et comprendre cette passion, rien de mieux qu’un retour aux origines.

Xaragua tire son nom de l’un des cinq caciquats qui composaient Hispaniola. C’était le nom indien donné à la délimitation sud de l’île. Le magazine a vu le jour sur les réseaux sociaux sous l’impulsion de fils et filles du grand Sud voulant partager avec les lecteurs des textes et des images qui mettent leur région en valeur. « Dès sa création, Xaragua se voulait avant tout une conversation: une conversation entre groupes d’écrivains, jeunes et moins jeunes, désireux de prendre le temps d’échanger sur des problématiques et des sujets divers avec celles et ceux qui leur feraient l’honneur de lire leurs textes.

Cette conversation visait principalement à ramener à la mémoire des lecteurs tout ce qui a fait la grandeur de cette région, à donner à ces derniers la possibilité de revisiter sa mémoire pour la questionner, la comprendre et pour lui définir un avenir meilleur. » Voilà ce qu’on lit sur le site dans l’encadré.

À propos qui présente la vision derrière ce projet.

Sur la même page, des cases présentent les dates clés de la creation de ce magazine riche en couleurs. Février 2016: Xaragua magazine est créé. À cette époque, le magazine contait le Sud au passé à travers ses textes publiés en format image et texte sur les réseaux sociaux. 31 septembre 2016: sortie de la première version imprimée du magazine. Les textes sont publiés simultanément en format électronique et papier. 30 novembre 2016: sortie de la deuxième version imprimée. 31 décembre 2016: sortie d’une édition spéciale après le cyclone Mathieu. Juillet 2017: décision d’arrêter la publication à cause de la situation économique d’Haïti. 31 juillet 2019, c’est la relance après deux mois de réflexions.

Pour camper la vision, Xaragua peut compter sur l’appui d’une trentaine de collaborateurs bénévoles et volontaires. Ils sont auteurs, médecins, entrepreneurs, hommes et femmes de médias, étudiants, sudistes pour la plupart, évoluant en Haïti et à l’étranger. Avec la vision, l’équipe et le site, trois éléments manquent au cocktail explosif: les thèmes, leur fond et leur présentation. La première chose qui rend le magazine attractif, c’est d’abord sa présentation. Un point d’honneur est mis dans le travail graphique, l’harmonisation des couleurs, le choix des photos qui illustrent chaque article… Même la disposition des textes en permet une meilleure lecture.

Les rédacteurs, quoique bénévoles, mettent non seulement du cœur à l’ouvrage mais aussi veillent beaucoup à la qualité de leurs textes. Les thématiques sont variées et traitées en profondeur. Bien que Xaragua soit un mensuel, des éditions spéciales sont parfois consacrées à certains sujets. Comme ce fut le cas après le cyclone Mathew en octobre 2016 ou quand le carnaval national a eu lieu aux Cayes en 2017. La santé, les soins de beauté, l’éducation, la culture, l’agriculture, les voyages, les articles d’opinions sont autant de points sur lesquels l’accent est mis pour joindre l’utilité de lire les informations au plaisir de se plonger dans cette passion.

Tout le talent et le temps qui sont mis au service de la publication le sont parce que l’équipe derrière Xaragua croit en l’homme qui a réussi à fédérer cette belle énergie. Cet homme, c’est Renaud Duvivier, le PDG. Cet entrepreneur, fils du Sud, n’a eu de cesse de prendre des initiatives, les unes plus innovantes que les autres, avec tous le même objectif : mettre le Sud sous les feux des projecteurs. Il explique comment l’idée de créer le magazine lui est venue : « J’avais besoin de vérifier une information qu’on m’avait donné sur le calvaire, à côté de la cathédrale des Cayes, question d’authentifier l’histoire.

Après maintes recherches à la mairie, l’évêché et la paroisse de la cathédrale, je n’avais pas réussi à connaître le fin mot de l’histoire. J’ai tout de suite pensé qu’il fallait documenter sur la ville, en constituer les archives en mettant un magazine sur pied. Alin Louis Hall et Alain D. Ménélas, deux de mes amis, m’y ont vivement encouragé ; je me suis donc lancé. » Au début, les Cayens étaient invités à témoigner de leur vécu dans la ville. Depuis, un petit bonhomme de chemin a bien été parcouru.

Avec J’adore le Sud Tour, son agence touristique, Renaud Duvivier, Roody pour les intimes, était l’un des premiers à proposer dès 2011 une tournée touristique qui couvre tous les hauts lieux du département du Sud. L'île-à-Vaches, Port-Morgan, Saut-Mathurine, Cascade Touyak, les 500 marches de la Vierge, la grotte Marie-Jeanne, le Jardin botanique à Bergeau devenaient tout à coup très accessibles.

Qu’il soit totalement passé au numérique après l’expérience papier ne change rien au fait que le magazine Xaragua a tout pour devenir un incontournable. Des rubriques originales comme Les enfants de Xaragua, Trezò latè, ou Konbit lasante, des capsules audiovisuelles qui seront sur le site, font de lui un magazine multi-formats, capable d’attirer un plus grand public. Sa plus grande force, toutefois, est aussi sa plus grande faiblesse. Tout pour le Sud. Les projecteurs étaient comme bloqués sur le département et ses atouts.

S’intéresser à ce qui se passe ailleurs dans le pays ou même dans les régions avoisinantes aurait pourtant été une plus-value. Même le second objectif qui était de mettre en conversation les gens de toutes générations confondues ayant le même intérêt pour la culture et ses corollaires était quelque peu négligé. Des rubriques comme “Qui est qui ?”, présentant majoritairement des personnalités du Sud, pourrait servir de vitrine à plus de gens. En s’ouvrant davantage, le partage ne serait que plus offrant et Xaragua gagnerait en popularité.

Cette opportunité, l’équipe de Xaragua l’a bien comprise depuis la relance en juillet 2019. Aujourd’hui, le mensuel compte 260 articles à son actif. Se focalisant uniquement sur le Sud au départ, le grand Sud peut aussi bénéficier de l’attention de ses rédacteurs. Des thématiques universelles y sont traitées, ouvrant l’horizon sur l’actualité dans le monde. Des articles ont été notamment consacrés aux dernies mouvements sociaux contre le racisme, à la lutte contre la Covid-19 et l’évolution de la pandémie.

Le 31 juillet ramènera à la fois la célébration de la relance du magazine et ses quatre ans d’existence. Un événement à la hauteur de l’espérance du public qui ne saurait en être exclu. Pour ce nouveau printemps, Xaragua Magazine lève son verre à la santé de ceux qui ne l’ont pas lâché et de ceux qui auront à le rejoindre sur la route.

Péguy Flore Pierre

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".