Jovenel Moïse fixe sa position sur le G9 an Fanmi ak alye et l'insécurité en général

De passage ce week-end dans le Nord, le président Jovenel Moïse a pris ses distances du G9 an fanmi ak alye, cette coalition de chefs de gangs de la région métropolitaine. Le président haïtien accuse certaines personnes sans les nommer qui auraient utilisé les services de ces bandits pour perpétrer des actes de violence pendant la période de « peyi lòk »

Danio Darius
Par Danio Darius
20 juil. 2020 | Lecture : 3 min.

Intervenant devant un parterre de journalistes de plusieurs médias dans le département du Nord samedi, le chef de l’État a rejeté les accusations faisant croire que les chefs de gangs qui se sont regroupés à l’intérieur de G9 an fanmi ak allye seraient à sa solde. « Moi qui viens de Trou-du-Nord où je travaillais et jouais au football, c’est moi qui contrôle tous ces bandits de Port-au-Prince? », s'est demandé Jovenel Moïse. Tous ceux qui veulent les présenter comme mes amis peuvent continuer à le faire si cela leur chante, a-t-il pou

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.