Rap Onorab attire la foule à la rue Nicolas

PUBLIÉ 2020-07-10
Difficile d'avancer un chiffre, mais on dira qu'un grand nombre de fervents partisans du Rap Kreyòl sont venus retirer en primeur ce vendredi 10 juillet leur exemplaire de « Rap onorab », le 8e album de Fantom. La rue Nicolas, haut lieu emblématique de son groupe Barikad, était bondée pour l’occasion.


Un podium est planté tout près de la maison où le rappeur signe les disques, mais il ne s'y produira pas. « Tu peux remarquer par toi-même que les gens accourent de partout pour venir se procurer un album en dur dont des centaines ont déjà été acquis en ligne », nous fait remarquer le rappeur. À la question à savoir s’il offrirait une performance sur l’estrade, il répond tout de go : « Je ne pourrai pas jouer dans cette rue dans le cadre d'un lancement d'un album. Je ne pourrais m'y produire que dans le cas où je devrais faire un adieu à la scène. »

Au dehors, la foule chauffée à blanc apprécie les acrobaties exécutées par une bande de clowns. Leur numéro de cracheur de feu, attise visiblement la ferveur des spectateurs. Tonymix, DJ peyi an, est en charge de l'animation ce soir. Il monte sur la scène et fait danser la foule assoiffée de plaisir. Entre ses mix, annparye.online, l'un des sponsors de la soirée, profite pour faire gagner du fric à des danseuses.

Certaines phrases du nouvel album sorti le mois dernier en ligne sont déjà sur les lèvres. En effet, « Se pa Fantom de l'opéra, se Fantom Zoey Dollaz » une phrase titrée du texte « Di yo » est repris à tue-tête. Souvent le MC demande de soulever les posters qui ont été offerts aussi bien que les maillots. L'atmosphère est très animée.

Quelques temps avant la fin, Fantom rejoint le podium, non pas pour se produire, mais pour dire au public de faire attention en rentrant. Naturellement il a eu droit à l'aller comme au retour à des applaudissements enfiévrés.

Pour la vente signature du huitième du Tapajè, le ciel gris, la pluie menaçante n'ont pas réussi à réduire l’ardeur de cette foule qui a, visiblement, pris son pied dans les mix concoctés par le disc-jockey à défaut de pouvoir apprécier une prestation live de l’Onorab.



Réagir à cet article