Phase 3 de la pandémie de Covid-19 : le MSPP plaide pour un meilleur comportement de la population

Publié le 2020-06-16 | lenouvelliste.com

«Nous sommes dans la phase 3 de la pandémie ; elle se caractérise par une augmentation de la transmission communautaire des cas de Covid-19 dans le pays», déclare le directeur général du MSPP, le Dr Lauré Adrien, dans une entrevue exclusive accordée au quotidien Le Nouvelliste.

Chaque phase de la pandémie implique de nouvelles dispositions et de nouvelles stratégies capables de réduire son impact. 

La phase 3 est la phase de la transmission communautaire. Il est donc difficile de rechercher les cas contacts. Toute personne peut potentiellement transmettre le virus, la prudence est la norme.
«Déjà dans le document de réponse du MSPP, nous avons essayé de préparer la population mentalement en indiquant clairement les éléments qui caractérisent chaque étape de la pandémie et les mesures appropriées», rappelle le directeur général du ministère de la Santé publique et de la Population.

Si la phase 3 se manifeste par une explosion de la transmission communautaire des cas, le Dr Lauré Adrien souligne qu'à cette phase la réponse doit être une réponse communautaire. 
«La réponse communautaire en santé publique ne dépend pas uniquement des autorités sanitaires, cela implique avant tout l'implication de la population. C'est l'étape où tout dépend du comportement que la population aura adopté.»

À ce stade, le ministère de la Santé publique et de la Population estime que la population n'adopte pas encore le comportement qu'il faut pour un meilleur rendement des réponses communautaires élaborées par le MSPP de concert avec tous les acteurs de la vie nationale.
«Il y a beaucoup de prétextes pour ne pas mettre en pratique les conseils des autorités sanitaires, déplore le Dr Lauré Adrien. Aujourd'hui, c'est une question de vie ou de mort. Peu importe votre divergence avec une autorité, le plus important est de savoir ce qu'elle vous dit ou ce qu'elle est en train de faire vous permettra de rester en vie. En aucun cas un citoyen ne doit viser à mettre en déroute les autorités du pays au mépris de la vie des autres», conseille le Dr Lauré Adrien, qui dit souhaiter une plus grande mobilisation de la société pour réduire l'impact de la pandémie. 

Dans la foulée, le Dr Adrien, coprésident de la Commission multisectorielle de la gestion de la Covid-19 en Haïti, pense que la cellule scientifique va devoir se pencher sur la "redéfinition des cas" tout en tenant compte des normes et connaissances actuelles.
«Aujourd'hui, tout le monde parle des cas guéris qui n'augmentent pas. Il faut rappeler qu'il existe actuellement un protocole pour parler de guéris qu'on doit respecter ; le MSPP ne peut décider de changer la définition un bon matin. Il revient à la cellule scientifique de se pencher sur la question.»

Plus loin, le directeur général du MSPP promet d'intensifier la sensibilisation, notamment dans les zones faiblement touchées par la pandémie, en vue de couper la chaîne de transmission communautaire.



Réagir à cet article