Le taux de change, l’autre virus…

Publié le 2020-06-08 | Le Nouvelliste

Au moment où tous les projecteurs sont braqués sur la gestion de la Covid-19, la gourde poursuit sa chute vertigineuse. Il faut entre 113 et 115 gourdes pour se procurer un dollar américain sur le marché ce lundi 8 juin 2020. Le taux varie selon le montant, le lieu, la tête de l'acheteur ou l'humeur du vendeur.

En trente ans, le taux de change a augmenté de plus de 1 000 % ! En 1990, il fallait environ 8 gourdes pour un dollar. 10 ans plus tard, en 2000, on déboursait entre 19 et 20 gourdes contre un dollar de l’Oncle Sam. La gourde avait parfois chuté sous l’administration de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide après des événements politiques avant de se stabiliser. A la fin du mandat du feu président René Préval, le dollar américain s’échangeait contre 40 gourdes. De Michel Martelly, en passant par le président provisoire Jocelerme Privert, à Jovenel Moïse, la chute n’a jamais été aussi brutale et rapide qu’avant. La tendance est, semble-t-il, définitive. L'Etat haïtien, le ministère de l'Economie et des Finances et la Banque de la République d'Haïti ne font plus grand-chose pour changer la donne.

A chaque économiste son approche pour expliquer la situation : instabilité politique, déficit budgétaire, spéculation des banques commerciales, faiblesse de la production nationale, mauvais choix économique… Peu importe les explications, les irrégularités subsistent. Qu’il y ait activités économiques ou pas, la monnaie nationale ne cesse de chuter. Les mesures de la banque centrale d’injecter des millions de dollars sur le marché des changes n’ont eu que des effets palliatifs à très court terme et n’ont pas conduit aux résultats recherchés. Ces mesures conjoncturelles ont peut-être retardé de quelques jours la dégringolade que les autorités peinent à stabiliser, mais pas plus.

Dans cette économie « dollarisée », à chaque fois que la gourde se déprécie, c’est le pouvoir d’achat des gens qui s'amenuise, la qualité de vie qui baisse, surtout celle des millions de personnes qui s’enfoncent un peu plus dans la misère, en particulier celles qui ne dépendent pas des transferts d’argent de l’étranger ou du commerce indexé au dollar même quand les prix seraient indiqués en gourdes.

Ici, à côté du nouveau coronavirus, le taux de change constitue un vrai virus pour lequel il faudrait trouver un vaccin. Un vrai virus mortel (qui tue autant, sinon plus, que le coronavirus) pour des consommateurs qui travaillent en gourdes et qui sont obligés d’acheter en dollars. Les prix de beaucoup de biens et services sont fixés en dollars. Pour payer le loyer, acheter une voiture, faire ses courses… on paie en dollars ou l’équivalent en gourdes, et ceci au taux du jour. C’est devenu une situation normale sur laquelle les autorités ferment les yeux. A chaque fois que sa présence prend des proportions inquiétantes, l’Etat se retire.

A un niveau ou à un autre, la grande majorité de la population fait les frais de cette double circulation monétaire, de cette crise du taux de change. La réalité est que les autorités ont perdu le contrôle de la situation.

Après la gestion de la crise de la Covid-19, celle de la crise économique s’annonce plus corsée à maîtriser avant même celle des élections qui pointent aussi à l’horizon. Sans être alarmiste, les prochaines semaines seront encore plus difficiles pour la population avec le risque d’une insécurité alimentaire encore plus sévère. Le budget 2019-2020 finalement adopté à quelque quatre mois du prochain exercice fiscal ne rassure pas avec une inflation en moyenne de 22,6 % prévue. Comme le souligne l’économiste Thomas Lalime dans un article paru à la une de ce numéro du journal, « le gouvernement est lui aussi victime de la chute vertigineuse de la gourde. Il suffit de regarder les 145,6 milliards de gourdes du budget 2017-2018 qui représentait 2,2 milliards de dollars américains en juin 2018 ; tandis que les 198,7 milliards de gourdes du budget 2019-2020 représentent à peine 1,7 milliard de dollars au 5 juin 2020. Puisque la majorité des prix de l’économie haïtienne sont indexés au dollar américain, le gouvernement dispose de moins de marges de manœuvre en 2020 ».

Thomas Lalime note que depuis le 8 avril 2020, le financement monétaire du déficit budgétaire avait déjà atteint un montant de 29,4 milliards de gourdes, selon les données de la BRH en date du 13 avril 2020, à moins de 6 mois de la fin de l’année fiscale en cours. Selon l’économiste, ce niveau de financement monétaire record explique en grande partie la dépréciation accélérée de la gourde observée au cours des douze derniers mois. « On est passé d’un taux moyen de 66,46 gourdes pour un dollar américain en juin 2018 à un taux moyen d’acquisition de 113,96 gourdes pour un dollar américain publié par la BRH le 5 juin 2020, soit une chute de 71,47 % en moins de deux ans. »

La prochaine crise qui s’amène ne sera pas celle des élections. L’échéance du mandat présidentiel peut être l’élément déclencheur de la crise dans la crise. Le président Jovenel Moïse, de son côté, n’a pas pu tenir ses promesses. Le secteur agricole est à  l’agonie. Au moment où la  relance agricole revient dans l’opinion publique, le budget du ministère de l’Agriculture, spécialiste des « Petits périmètres irrigués (PPI), a diminué. Bien d’autres virus devront être combattus.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".