Honneur et Mérite au professeur Patrice Dalencour

Publié le 2020-06-01 | Le Nouvelliste

Henri Piquion

Ce n’est que ce matin que j’ai lu la présentation faite par le Professeur Rhodner J. Orisma du Professeur Patrice Dalencour à qui l’Université d’État d’Haïti remettait une plaque Honneur et Mérite à l’occasion de la Journée Nationale de l’Enseignant. J’ai aussi lu les commentaires qui ont été publiés sur Facebook. Ces commentaires reprennent mot à mot ce qu’un jeune ami m’a dit il y a des années quand il a su que je connaissais Patrice Dalencour : « Il est le meilleur professeur que j’aie eu au Lycée Firmin. Calme, méthodique, ponctuel, maîtrisant sa matière, respectueux de lui-même et des élèves. Quand mes collègues me disent que je ne suis jamais en retard, je pense invariablement à monsieur Dalencour qui a toujours été d’une ponctualité remarquable. Il est mon modèle. » Cet ancien élève de Dalencour, Jean-Hubert Barthélémy, est aujourd’hui fonctionnaire dans l’administration publique du gouvernement fédéral au Canada où la ponctualité est une composante de la compétence. Après le discours de présentation du Professeur Orisma je m’en voudrais de ne raconter que des anecdotes, et j’en aurais. Je n’ajouterai que celle-ci : Le Docteur Charles Manigat m’a demandé un jour, il y a plus de 30 ans, de lui donner sans réfléchir le nom de quelqu’un que je nommerais Ministre de l’Éducation Nationale. Sans hésiter je lui ai répondu Patrice Dalencour. Puis j’ai réfléchi et je lui ai encore dit Patrice Dalencour. Plus de 30 ans après, je donnerais aujourd’hui la même réponse avant et après réflexion.

S’il devait y avoir un rapport professeur-élève ou professeur-étudiant entre Patrice et moi, chronologiquement je serais le professeur. Mais Patrice aurait appris de moi beaucoup moins que je n’ai appris de lui alors qu’il était jeune Ministre de l’Éducation Nationale et que j’étais membre de son cabinet. Il m’a appris ce que doit être un Ministre dans un pays comme le nôtre, et aussi ce qu’il ne doit pas être.

Un ministre est un patron, mais il n’est pas un « boss ». Il est plutôt un animateur qui donne à chacun de ses « collaborateurs », cabinet et fonctionnaires, le droit à la parole et aux suggestions. J’ai pu observer plus d’une fois que des suggestions bien présentées et défendues ont été retenues pour les suites.

Un ministre est un conciliateur qui harmonise sans préjugé ni parti pris les points de vue divergents ou contradictoires de ses collaborateurs. Combien y-a-t-il de ses « collaborateurs » qui sont devenus des amis pour avoir travaillé ensemble dans une ambiance non polluée.

Un ministre est un citoyen au titre de membre d’une communauté nationale comme tous les autres. Mais il est aussi, contrairement à tous les autres, gestionnaire des biens de cette communauté, réceptacle des ambitions primaires de cette communauté qu’il a le devoir de moduler en idéaux et de traduire en biens et en bien-être. Les réformes préparées par le Ministre Dalencour devaient toucher tous les aspects du monde de l’éducation à tous les niveaux, du préscolaire aux études supérieures et à la recherche; dans toutes ses formes, académique, professionnelle, technique, alphabétisation, éducation populaire; dans sa géographie discriminatoire, écoles des villes, écoles rurales; dans sa dimension socio-économique, écoles privées devenues borlettes, école publique héritière d’une belle histoire oubliée. La première ambition des Haïtiens est d’être des hommes et des femmes respectés gérant leurs vies et leur avenir. Le Ministre Patrice Dalencour a voulu traduire cette ambition en biens culturels, intellectuels et par conséquent matériels et en bien-être physique et psychologique. L’avenir du pays commence par l’école et se poursuivra dans l’école.

Un ministre est un défenseur de la souveraineté des pays comme le nôtre. Depuis le gouvernement de Jean-Claude Duvalier notre pays est en permanence en négociations (sic) avec toutes sortes d’organismes internationaux publics et privés dont la Banque Mondiale est le plus important. En matière d’éducation Haïti négocie (négociait) avec la Banque Interaméricaine de Développement, l’Union Européenne, la Coopération Française et la Banque Mondiale en plus des ONGs. Les représentants de ces organismes arrivent pour des vacances avec leurs devoirs déjà faits. Tout est prêt, il ne reste qu’à signer. Les négociations sont réduites à des rencontres entre gens de bonne société. En 1987 le Ministère de l’Éducation Nationale représentant l’État haïtien devait négocier avec la Banque Mondiale le « 4ème Projet d’Éducation GH-BM ». Le Ministre Dalencour a donné comme instruction cadre à la délégation du ministère, (dirigée, je crois, par Jean-Raoul Joseph) d’avoir comme guides les besoins réels du pays. Au-delà des détails anecdotiques, les négociations (de vraies cette fois) ne se sont pas déroulées selon les attentes de nos partenaires dont le chef de la délégation s’est senti obligé à dire que c’était la première fois qu’en Haïti on rejette le matériel qu’il propose. Il n’était pas d’humeur à féliciter les représentants du ministère, mais c’était tout un compliment.

Un ministre est parfois un technicien, mais il est en tant que ministre un homme politique qui a accepté d’aliéner partiellement et temporairement son droit à la libre opinion par solidarité avec le gouvernement dont  il est membre. Sa compétence technique peut lui permettre des écarts, mais son devoir de réserve limite de tels écarts à la salle du Conseil.

Un ministre est un homme dont les collaboratrices sont des collaboratrices. Point.

Dans tous les domaines, notre pays a donné de grands hommes et de grandes femmes, de très grands hommes. Dans les domaines de l’éducation et de la culture plus qu’ailleurs. Nous devons aux jeunes d’établir un jour la liste de ceux qui ont contribué au développement du système éducatif haïtien en commençant par l’Impératrice Claire-Heureuse. En des temps plus récents nous avons eu le bonheur de découvrir ou même de connaitre Élie Dubois Pradel Pompilus, Louis Mercier, Jean Claude et combien d’autres qu’il n’est pas nécessaire de nommer car j’en oublierais le  plus grand nombre. Je propose modestement que le nom de Patrice Dalencour soit retenu dans la liste de ceux qui ont voulu qu’Haïti soit libre car instruite.

Je remercie l’Université d’État d’Haïti et le Professeur Rhodner J. Orisma d’avoir présenté à la nation le Dalencour que nous avons connu. Je me joins à tous ceux qui ont félicité le Professeur Patrice Dalencour pour cet honneur bien mérité qu’il vient de recevoir. Je souhaite que les jeunes Haïtiens fassent de lui le modèle dont ils ont besoin pour devenir d’honnêtes hommes et d’honnêtes femmes.

Bravo Patrice.

Henri Piquion

30 mai 2020

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".