Le Violette à nouveau en deuil

Publié le 2020-05-29 | Le Nouvelliste

Moins d'un mois après le décès de l'ancien chasseur de buts bleu et blanc Jean-Reynold Saint-Surin le 21 avril à Queens (NY), le sport national enregistre la disparition de l'ex-attaquant du Violette Marc-Antoine Georges, décédé à Nanuet (New-York) le dimanche 17 mai 2020 à l'âge de 78 ans et 10 mois. 

Né à Port-au-Prince le 19 juillet 1941, élevé dans le vaste quartier du Bas peu de chose, Marc-Antoine est un pur produit bleu et blanc. Formé dans les classes de base, il resta fidèle au Vieux Tigre jusqu'à la fin de sa carrière en 1968, l'année du cinquantenaire du Violette. En la circonstance, associé à Jean-Reynold Saint-Surin et Guy François au sein de la division offensive,  il se révéla determinant dans la bataille pour le titre en marquant des buts décisifs, notamment dans le derby national.

Au concert du championnat interscolaire de football, il a défendu les couleurs du lycée Toussaint Louverture en compagnie de Romane Paul notamment, ex-portier du fauve bleu et blanc. Il a largement profité de sa participation aux épreuves de jeunes avant d'atteindre le haut niveau. 

On l'appelait Ti Mak, mais il était un solide athlète qui se révéla dans les années 60 en Coupe Pradel. Contrairement à ses compagnons de cette période riche en vedettes,  dont Gabriel Fleury, Gérard Delpêche et Wilfrid Soray, Marc-Antoine n'était pas un artiste balle au pied. Mais il était suffisamment armé pour défendre son club dans les grandes batailles footballistiques de cette époque.

Il entretenait de bonnes relations dans le milieu du football où il n'avait que des amis. L'un de ses plus proches copains dans ce secteur c'est Eddy Joly, ex-défenseur du Racing Club Haïtien. Pour ce jaune et bleu qui a vu sa carrière brisée très tôt par une grave blessure, Marc-Antoine était un sage, un "justicier" qui n'hésitaut jamais à défendre ses camarades. C'est aussi le jugement du baron violettiste Ralph Kernizan.

J'en profite pour rappeler deux histoires, l'une sportive, l'autre révoltante, au sujet du parcours de Marc-Antoine Georges sur le boulevard du football haïtien. En 1965, quelques semaines après la clôture de la Coupe Pradel, le champion de la Jamaîque, Cavalier, débarqua en Haïti où il rencontra le Violette et le Racing au stade Sylvio Cator. 

Lors du premier match Violette--Cavalier, l'ailier droit violettiste Jean-Reynold Saint-Surin, en dépit de sa grande classe, ne parvenait pas à déborder le costaud latéral gauche de l'équipe jamaïcaine pour alimenter le tandem Calixte-Ti Nènè. Pour résoudre ce flagrant problème offensif, l'entraineur Manno Désince lança Marc-Antoine à la place de Saint-Surin. Résultat, Ti Mak remporta la bataille physique face à son adversaire direct pour jouer un grand rõle dans la victoire du Violette (3-2) en inscrivant 2 buts.

La 2e histoire est jusque-là indigeste. Nous sommes en 1965 dans le cadre d'un grand tournoi réunissant le Racing, le Victory, le Violette et l'Aigle Noir sur le terrain du Petit Séminaire. On enregistra un malheureux incident à l'occasion du derby Violette--Racing où une bagarre mettant aux prises le violettiste Joël Vorbe et le raciniste Jean-Marie Audin (alias Ceyo) se transforma en une bataille rangée. Ce qui entraina le très regrettable "combat de grosses frappes" Marc-Antoine--Obas. Bonsoir tristesse !

Le partie a été discontinuée. En quittant le terrain, Marc-Antoine a été sauvagement battu par des hommes armées qui ressemblaient à des fauves affamés. Une barbarie. Quel désastre !

Ce fut un acte bestiale et révoltant. Une très sale histoire. Si Ti Mak avait réagi, ces boureaux l'auraient certainement abattu. À la suite de cette sanglante agression qui resta impunie, Marc-Antoine se retira de la circulation pour mettre le stade et ses partenaires bleu et blanc en quarantaine pendant plus de deux (2) ans. Il retrouva la compétition lors de la saison 67-68 où il fut l'un des artisans de la conquête de la Coupe Pradel par le Vieux Tigre.


New-York le 20 mai 2020

Raymond Jean-Louis Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".