Rap kreyol, Konpa: existe-t-il un conflit de classe ou d’idéologie ?

Publié le 2020-06-01 | Le Nouvelliste

Depuis le début de 2020, une pandémie connue sous le nom de coronavirus paralyse certaines activités partout dans le monde entier. Dès lors, le concept à la mode ces derniers temps '' le confinement'' s'est imposé. La politique, l'économie et même le secteur culturel, ils sont subissent tous les effets de cette épidémie. Cependant, avec la puissance des réseaux sociaux, une branche de la culture haïtienne ne chôme pas. Et, il y a même une nouvelle tendance qui se développe qui est le ''live en direct''.

Le rappeur haïtien Fantom est le premier qui a lancé le défi. En début du mois de mai dernier, ''Papa rap la'' a pratiquement éclaboussé les réseaux sociaux avec un live en direct qui pour certains, était une réussite totale.         Et c’est là que tout a commencé, le nouveau débat konpa-rap kreyol.

À noter, avant sur son compte Twitter, Fantom a recadré son compagnon le rappeur ''Kolonel'' qui dans une petite vidéo avait considéré le live du rappeur de BC comme étant une victoire sur le konpa. Des propos qui n’avaient pas plu à ‘’Papa rap la’’. Mais avec un nouveau tweet de l'homme d'affaires Dimitri Vorbe sur le live de Toppy-X (rappeur du RockFam) qui allait mal apprécier par Fantom, fait depuis le nouveau débat sur les réseaux sociaux. L’homme d'affaires avait traité de ''frekan'' les rappeurs haïtiens, ce qui pourrait considérer comme la dernière goutte d'eau qui a susciter la colère de Fantom. Dès lors, ''Nèg kò vè a'' et ''Touman'' s'en prennent à la bourgeoisie haïtienne.

Dans une interview accordée à l'animateur Ghandi, Fantom a expliqué les humiliations que subit le rap kreyol par le secteur privé haïtien. '' Mwen sonje Yon fwa te gon sipò w te pwomèt mwen, lem vini ou dim o wi mesye Fantom chèk la poko prè'', martèle l’«Onorab Fantom» à l'homme d'affaires. Il rajoute que ce secteur privé haïtien a l'habitude de supporter avec des milliers de dollars d'autres artistes à l'étranger, pourtant ce même secteur rejette toujours de supporter le rap kreyol. '' Nou toujou ap di rap se zafé geto, se zafè bandi'', explique le ''Tapajè''. Ce que Dimitri Vorbe qualifiait de mensonge.

Par contre, il semblerait qu’une autre tendance de la musique haïtienne, le konpa, n’épprouve pas d’autant de difficultés pour trouver le support du secteur privé haïtien. Il y a même des groupes ''konpa'' que certains considéreraient comme des djazz cœurs de la bourgeoisie haïtienne. Nous pouvons citer par exemple Tropicana, Septentrionale, Tabou Konbo. On les mêmes nommés « djazz de prestiges ». Considérant l'aspect social de la question, certains parents acceptent que leurs enfants écoutent la musique konpa, mais ils les ont interdits d'écouter le rap kreyol. La question c'est pourquoi ? Existe-t-il une forme de discrimination vis-à-vis de cette tendance ? C'est parce que souvent les rappeurs viennent du ghetto ?

En Haïti, parfois dans les fêtes d'anniversaire ou autres grands événements, la présence des groupes konpa pour célébrer ces moments avec des performances sont parfois inévitables. Mais jamais la présence d'un groupe de rap kreyol, alors pourquoi ? Des questions qui n’ont pas encore de réponses.

Un autre aspect important dans ce débat. Regardons les activités carnavalesques. Les groupes konpa ont souvent beaucoup de sponsors du secteur privé des affaires avec plus d'une dizaine d'affiches de sponsoring. D'un autre côté, les affiches sont souvent maigres chez les rappeurs. Pourquoi ?

Prenons l’aspect médiatique de la question. Jusqu’à présent malgré la popularité de cette tendance, il y a des médias de la capitale qui ne roulent jamais un track de rap kreyol. Pourquoi alors ?  Cette tendance avait même mis de côté par les émissions radiophoniques. Il fallait attendre beaucoup de temps pour trouver une émission de rap kreyol, avec la fameuse émission ''rapwoche'' diffusée à une certaine période sur la radio planète Kreyol.

Il faut quand même mentionner, il n'y a pas vraiment chez les chanteurs konpa d’animosité envers le rap kreyol. Il y a même des performances en duo entre les artistes des deux tendances. Même au niveau de sponsoring, on trouve des rappeurs qui ont de grands sponsors dans le secteur privé. C'est peu quand même par rapport à la multitude de rappeurs évoluant en Haïti. On se demande même si ce n'est pas aussi une bataille idéologique. Oui, nous devons y penser.

Depuis son apparition, cette tendance était toujours considérée comme étant une forme d'opposition au système politico-économique. Les rappeurs critiquent souvent le système d'exploitation et d'oppression. En date, nous pouvons citer des rappeurs comme Blaze one, Fantom, K-libr, BIC, Defi, Ken-Fs et autres. Souvent ces rappeurs ont rappelé que leurs principaux supports sont les fanatiques et non le secteur privé haïtien. Cependant, il est vraiment rare de trouver un groupe de konpa qui critique la réalité socio-économique du pays.

Certains arguments font croire qu'il existe un conflit de classe sociale entre le konpa et le rap kreyol. Ou, peut-être, qu'on devrait parler même d'une lutte idéologique entre ces deux tendances. Toutefois, le débat reste ouvert afin de mieux comprendre le dégoût d'un côté pour l'un et l'appréciation de l'autre côté pour l'autre, juste pour comprendre cette dichotomie.

Nous nous demandons aussi pourquoi la classe économique supporte une tendance musicale et non l’autre. A rappeler, depuis l’indépendance, et même avant, il a toujours été question en Haïti des luttes des classes féroces pour le contrôle de la culture, de la politique et du système économique afin de contrôler l’économie. Toutefois, toute réaction de l’oligarchie après le fondement de cette société correspondait perpétuellement à des intérêts politiques et économiques. Alors, le rap reproche souvent à la classe dominante et l’élite politique d’être responsables de la paupérisation de la masse populaire.

Max Rosebert Shoewer LUBIN, licencié en communication sociale

Actuellement en master en Europe. petitmaxrosebertsh093@gmail.com

Max Rosebert Shoewer LUBIN, licencié en communication sociale petitmaxrosebertsh093@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".