Mémoire perdue

Publié le 2020-05-25 | Le Nouvelliste

Depuis 17 octobre 1806, le plus vilain péché d’Haïti est son élite qu’elle supporte comme un vrai boulet de galère. A la mesure du temps, elle efface le passé pour s’embourber dans un présent sans avenir et suicidaire. Que reste-t-il de Dessalines ? Même pas un mémorial digne de ce nom ! les sites du bois Caïmans, de Vertières, de l’Arcahaie, de la Place d’Armes des Gonaïves, entre autres ? Rien que des écrans de fumée pour affubler un nationalisme cocardier proportionnel aux intérêts du moment.

Chaque génération détruit ce que l’autre a fait. Ensuite la mémoire construite avec le sang de la liberté passée au cimetière de l’histoire. Le peuple n’a de mémoire que celle cultivée par les élites. Et notre histoire est la gloire des nations civilisées qui ont adopté les vertus pour lesquelles nos armées ont livré des batailles. Et le monde libre d’aujourd’hui a forgé une partie de sa sculpture sur les bases et avec le métal forgé dans les moules de l’histoire des dieux à la couleur d’ébène.

Cette élite continue son sacrifice inutile, comme si la malédiction des colonialistes qui s’étaient jurés de faire de ce pays un échec, traverse encore la pensée inconsciente des hommes et des femmes pour qui la servitude des affamés et des exploités vaut la jouissance du pouvoir dont ils se croient en être les héritiers de plein droit.

Les peuples affamés et déçus de son élite, oublient vite tant le quotidien est pesant. Certaines histoires ne sont jamais dites comme si elles rappellent trop les rendez-vous ratés, les journées inachevées et les blessures mal cicatrisées. Cela devrait nous chatouiller l’esprit en regardant la tour Eiffel, fruit de l’exposition universel de mai 1889 à Paris.

Cette petite tranche d’histoire rapportée par Wikipédia devrait interpeller les élites politiques sur leurs bêtises, leurs inhumanités et surtout leurs responsabilités dans le naufrage d’une nation ayant accompli des prouesses au nom de l’humanité et des valeurs universelles.

Exposition Universelle (1889) le pavillon d'Haïti-Hawaï, tiré de Wikipédia

Le pavillon de Haïti-Hawaï est un ancien pavillon construit pour l’Exposition universelle de 1889 à Paris et situé aujourd’hui dans la commune française de La Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine. Construit pour la république d’Haïti, il fut cédé avant l’ouverture de l’Exposition au royaume d’Hawaï. Après l'Exposition, il a été démonté puis reconstruit et transformé en habitation privée.

Histoire

Le pavillon a été conçu par Mr Bon architecte1,2, pour la république d’Haïti qui souhaitait participer à l’Exposition universelle de Paris en 1889. Des troubles politiques ont obligé le gouvernement haïtien à s’en défaire dans les conditions suivantes : « Le gouvernement de Haïti avait tout d’abord décidé de participer officiellement à l’Exposition universelle de 1889 ; il avait désigné son commissaire général et toutes les dispositions étaient prises pour que cette participation fut aussi complète et brillante que possible. Le pavillon d’Haïti était achevé au Champ-de-Mars, et les objets destinés à le garnir et à y être exposés, réunis au Port-au-Prince et prêts à embarquer, lorsque survinrent les évènements qui amenèrent la chute du président Salomon et bouleversèrent pendant plus de 18 mois le pays. Le gouvernement donna l’ordre de se défaire du pavillon, lequel fut cédé au royaume d’Hawaï qui y installa son exposition »3.

Cette cession de dernière minute explique que de nombreux plans de l’exposition indiquent « Pavillon d’Haïti » au lieu de « Pavillon d’Hawaï » pour le pavillon carré entre le Pavillon du Guatemala et le Pavillon Indien. Le plan en couleur imprimé par Erhard Frères est lui bien à jour 4.

Le pavillon des îles Hawaï. Gravure tirée du Livre d'or de l'Exposition de 1889, page 279

Le changement d’affectation est réalisé à moindre frais en camouflant les éléments propres à la république d’Haïti (le cartouche « Haïti » et les bonnets phrygiens) et en remplaçant, sur le fronton en façade, les armes d’Haïti par celles d'Hawaï 2. Les gravures de l’époque, contrairement aux plans, indiquent correctement « Pavillon d’Hawaï » ou parfois « Pavillon des Iles Hawaï ».

A la fin de l’Exposition universelle, le pavillon est vendu à un particulier, Auguste Rémy Fauconnier, qui le fait remonter à La Garenne Colombes, 13 rue des Buissons (aujourd’hui rue Auguste Buisson) pour en faire son habitation. Le panneau en céramique nettoyé indique de nouveau « Haïti ». La toiture, joliment colorée en tuiles émaillées Montchanin et agrémentée de rives et frontons Muller Ivry, a été conservée.

La famille Fauconnier fait don du pavillon aux Petits frères des pauvres dans les années 1960 qui le revendra 3 ans plus tard. C'est dans ce contexte que le lien avec le pavillon d’Hawaï représenté dans les publications se perd. Le pavillon n'est par exemple pas listé dans "Les vestiges des Expositions Universelles à Paris et en Ile-de-France" 5 ni dans le livre de référence "Sur les traces des expositions universelles, Paris 1885-1937"6.

Ancien pavillon de Haïti-Hawaï, vu de la rue Auguste Buisson - La Garenne-Colombe

Son décor en céramique est remarqué lors d’un inventaire topographique en 1991 et une fiche est créée dans l’Inventaire général du patrimoine culturel d’Île-de-France, mais le lien avec le pavillon d'Hawaï n'est pas fait 7,8. Il est ensuite inscrit sur le plan local d'urbanisme comme bâtiment d’intérêt patrimonial 9, mais ne bénéficie pas de protection. L’origine du pavillon est redécouverte par Philippe Le Port et Françoise Mary en août 201810. Un article dans le Parisien du 2 Janvier 201911, repris par la presse et la radio nationale le fait connaître du grand public. Le pavillon a fait l'objet, avec la gare Lisch, le pavillon des Indes et le pavillon de la Norvège Suède d'une exposition au Musée Roybet-Fould de Novembre 2019 au 8 Mars 202012. Il a également été mis en valeur dans l'exposition mise en ligne par les archives départementales des Hauts-de-Seine le 23 Mars 202013.

Description

Le pavillon est dans un bel état de conservation, sa structure en bois de 1889 est pratiquement intacte 14 et il n'a pas fait l'objet de modifications depuis sa transformation en habitation en 1890. A cette époque, pour gagner de la surface, le remplissage de briques a été repoussé jusqu'aux poteaux extérieurs de la galerie véranda. La plupart de ces  poteaux ont été maintenus, sauf ceux  incompatibles avec le percement de quelques fenêtres. Le décalage vers l’arrière du premier étage, ainsi que son découpage particulier en pans de bois est d'origine. Les très belles céramiques de la façade du premier étage sont toujours à leur place. Le fronton proéminent, avec les armes d’Hawaï n’existe plus, mais on distingue encore son emplacement devant les deux fenêtres de la façade. Les éléments caractéristiques de toiture, rives, pinacles et tuiles émaillées ont disparu suite aux différentes réfections.

Raynand Pierre Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".