Covid-19 et santé bucco-dentaire : défis et perspectives pour la communauté haïtienne

Publié le 2020-05-26 | Le Nouvelliste

Le cabinet dentaire est une source potentielle de propagation du nouveau coronavirus humain. Une situation qui oblige la majorité des dentistes à se replier pour repenser le futur d’un métier tant utile à leur communauté.

Le nouveau coronavirus humain, appelé conventionnellement Sars-Cov-2, a déjà fait plus d’une centaine de milliers de morts et infecté plus deux millions de personnes environ dans le monde, selon un rapport récent de l’Organisation mondiale de la santé. Dans un rapport publié dans le journal en ligne Medscape, cette maladie infectieuse n’a pas épargné les professionnels de la santé qui se tenaient en première ligne dans la prise en charge des malades. Un coup dur pour la médecine dentaire, qui est une médecine de proximité et de contact, quand on pense aux formes de propagation du virus. D’un point de vue socio-économique, voire socio-sanitaire, les dentistes sont désormais parmi ceux qui ont subi l'impact négatif immédiat de la maladie. Globalement, beaucoup de cabinets dentaires dans le monde sont fermés tandis que d’autres offrent uniquement des services d’urgences. Quelques raisons majeures justifient cette situation.

Le risque de contamination au cabinet dentaire

Des recherches ont démontré que le virus peut se propager par contact direct à travers la muqueuse conjonctivale, nasale ou buccale avec des gouttelettes pathogènes propulsées par la toux et les éternuements. Une étude récente effectuée en Chine aurait démontré que la distance de transmission maximale de l'aérosol SARS-CoV-2 peut être de 4 m (13 pieds). Étant donné que les dentistes s’engagent la plupart du temps dans un entretien face à face avec leurs patients et travaillent dans leur bouche, ils sont exposés aux micro-organismes pathogènes qui peuvent se propager par gouttelettes comme le Sars-Cov-2. Il est à noter que la plupart de ces organismes colonisent les voies respiratoires supérieures des patients, particulièrement la cavité buccale, milieu d’intervention des dentistes.

De plus, une grande quantité d'aérosols et de gouttelettes mélangés au sang ou à la salive des patients peuvent être générés par des instruments dentaires tels que des pièces à grande et à basse vitesse utilisées dans la plupart des traitements de restauration et d'esthétique. Ces microparticules sont suffisamment petites pour rester dans l'air pendant une longue période de temps avant d'être inhalées. Bien que la situation devient alarmante face à la pandémie de la COVID-19, il n’existe jusqu'à date aucune évidence de transmission de Syndrome Respiratoire Aigu Sévère  au cabinet dentaire.

Il a également été signalé que les coronavirus humains (HCoV) peuvent rester sur des surfaces inertes en métal, en verre ou en plastique pendant plus de vingt-quatre heures.  Malheureusement, il existe aussi des preuves de la présence du coronavirus humain à température ambiante jusqu'à environ 9 jours et il persiste toujours à 50% d'humidité relative. Par conséquent, les gouttelettes sont une grande source de contamination d’un environnement comme ceux des cabinets dentaires.

Gestion de la source de l’infection

Plusieurs études auraient démontré qu’un individu peut être infecté par le virus sans pour autant présenter les symptômes pas avant environ 14 jours. Bien que d’autres études récentes aient prouvé la présence de Sars-Cov-2 dans la salive, les moyens de dépistage ne sont pas encore disponibles sur le marché. Il devient alors difficile pour le personnel bucco-dentaire de faire un triage efficace pour déterminer les patients qui constitueraient moins de danger pour le cabinet dentaire. D’autres pays comme les Etats-Unis, le Canada et la France ont déjà recours à la télé-dentisterie pour pallier ce problème. 

Protocole de prise en charge des patients durant la période de covid-19

Vu l’augmentation incessante du nombre de cas dans presque tous les pays du monde et les multiples moyens d’être infecté par le virus, les associations dentaires et les organes de promotion de la santé bucco-dentaire ont déjà tiré la sonnette d’alarme. Il est donc essentiel de sensibiliser les dentistes et autres personnels de soin bucco-dentaire dans leur communauté à changer de stratégie concernant leurs méthodes de protection et leurs protocoles de contrôle d’infection au cas où ils envisageraient de continuer à servir leur communauté.

Par conséquent, au cas où les professionnels de la médecine bucco-dentaire voudraient continuer à pratiquer en toute quiétude la profession, on devrait tenir compte des aspects suivants dans l’optique d’optimiser la disponibilité des équipements de protection individuel (E.P.I.).

 La priorisation des soins urgents et/ou nécessaires sur les soins non-urgents ou électifs.

Soins urgents : L’association Dentaire Américaine (A.D.A.) définit les urgences dentaires comme étant « potentiellement mortelles et nécessitant un traitement immédiat pour arrêter les saignements tissulaires en cours [ou pour] soulager une douleur ou une infection grave ». Les urgences dentaires comprennent : Saignement incontrôlé ; cellulite ou infection bactérienne diffuse des tissus mous avec gonflement intra-oral ou extra-oral pouvant compromettre les voies respiratoires du patient ; et traumatisme impliquant des os du visage, pouvant nuire au carrefour aéro-digestif du patient.

Soins nécessaires :  Ce sont des interventions immédiates permettant de soulager la douleur ou de stopper le risque d’infection dentaire, par exemple un abcès dentaire, une fracture dentaire causant une douleur aiguë, une péricoronarite au niveau des dents de sagesse pour ne citer que cela.

Soins non-urgents : Ce sont des interventions parfois indolores qu’on peut faire à n’importe quel moment, notamment une visite de routine incluant des radiographies de contrôle, une prophylaxie simple, un traitement orthodontique simple, un traitement esthétique, pour ne citer que cela.

Réorganisation et contrôle du système administratif et de l’environnement

Dans le but d’optimiser la disponibilité des ressources, il serait important que chaque établissement se réorganise pour mieux gérer leur patient durant la période de la pandémie. Des mesures devraient inclure, entre autres :

Une analyse de la capacité de production en fonction du matériel de protection disponible.

Revoir le protocole de contrôle de l’infection pour l’adapter à la pandémie de covid19.

Une politique claire de sélection des patients notamment le triage par téléphone ou l’utilisation de la télé dentisterie, s’il y a lieu ;

 Une méthode de prise en charge claire au cas où l’on aurait un cas suspect de covid-19.

 Réduction du stress de l’équipe dans un environnement stressant

La création d'un environnement de travail moins stressant peut-être difficile, en particulier le retour au cabinet avec de nouvelles directives et normes. Le stress ne peut pas être complètement évité, mais nous pouvons développer des moyens pour réduire ou minimiser le stress dans la pratique surtout durant la période de Covid-19. De ce fait, selon Debra Engelhardt-Nash, expert en gestion du cabinet dentaire, quelques conseils importants pour créer un environnement qui encourage la réussite des employés tout en réduisant le stress au travail pourraient inclure, entre autres : conduire une séance de recalibration pour réviser la vision et les valeurs du cabinet ainsi que les objectifs à accomplir ; éviter les pensées négatives ; manifester de l’empathie ; préparer ensemble une liste de Q&A pour anticiper  les inquiétudes des patients.

Marge d’amélioration

Beaucoup de pays et d’organisations dentaires internationales comme les Etats-Unis, L’ADA, La Fédération Dentaire Internationale (F.D.A.), commencent déjà à supporter les dentistes de leur communauté et mettre en place des protocoles de prise en charge des patients au cabinet dentaire, spécialement pour les urgences dentaires. Avec plus de 1000 cas confirmés sur tout le territoire national, les défis que présentent la maladie et les difficultés qui existent déjà dans le secteur de la médecine dentaire, les dentistes haïtiens ne sont pas prêts à devenir des héros.

Si la décision de fermer les cabinets dentaires parait justifiée à cause de la pandémie de la Covid-19, cela n’empêche pas de penser à une stratégie adéquate permettant de prendre en compte la souffrance des personnes ayant besoin de soins dentaires urgents. Il faut aussi mentionner les liens bidirectionnels qu’entretiennent certaines maladies bucco-dentaires telles que les parodontites et les infections virales de la bouche avec certaines maladies chroniques et/ou infectieuses comme le diabète et le SIDA.  C'est pourquoi il est urgent que des acteurs concernés comme l’Association Dentaire Haïtienne (A.D.H.), les écoles de médecine dentaire en Haïti et le ministère de la Santé publique, pour ne citer que ceux-la, utilisent une approche multisectorielle pour l’élaboration d’un protocole standard afin d’assurer une meilleure gestion des patients et du personnel au cabinet dentaire.

Dr Elie Joseph

Chirurgien-dentiste

Spécialiste en Santé Publique

Professeur d’Université

Membre du Collège International de Dentistes

Email : elie.joseph@mymona.uwi.edu

Dr Elie Joseph Chirurgien-dentiste Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".