Nos blessures

Publié le 2020-05-22 | Le Nouvelliste

Nous sommes tous blessés. Sans exception. Par la cumulation de ratages, d’ incompréhensions, l’incapacité de nous remettre du départ vers l’étranger, de parents et d’amis, partis pour se donner une chance d’exister. L’évidence que l’avenir est hypothéqué, compromis nous déconcerte, nous fragilise, nous fait remettre en question jusqu’à nos vies propres.

La vie est une charge, quand on a passé l’âge d’être romantique ou béatement optimiste. On s’en rend compte tous les jours. Lire, entendre, ce qui s’écrit et se dit sur les médias sociaux par le commun des compatriotes, dans les médias classiques par des leaders d’opinion, des porteurs de paroles intéressés, naïfs ou bêtes, nous fait basculer tout de suite dans des questionnements absurdes, des souhaits improbables, qui, à force d’êtres ruminés se transforment au mieux en mal de vivre, au pire en amertume.

Il y a très peu de parade, pas de lieu où s’abriter pour se préserver. La bêtise vient vous chercher peu importe où vous vous cachez, elle prend quelquefois la forme de la logique et de la raison, met un masque de bonté pour vous tromper; elle trouve sa légitimité par le nombre de gens qu’elle est capable de rameuter, elle vous assène sa vérité enrobée de bruits, de désordres malsains et toxiques.

Il est inutile de se demander « comment en est-on arrivé là ? » on immergerait dans un grand fleuve d’explications, les unes plus plausibles et plus évidentes que les autres. Nous sommes les frères et sœurs ennemis les plus proches, les plus soudés du monde, malgré nous, et, pendant longtemps encore. Nous mourrons des mêmes maux, de la connerie d’abord, ensuite de tremblement de terre, des phénomènes naturels, de pandémie, juste parce que c’est plus facile de se battre, de menacer de bruler, de tuer, de passer à l’acte et de ne pas pouvoir reconstruire ce qui a été détruit.

Les aunes au moyen desquelles nous mesurons mutuellement nos actes sont faussées. Les tribunaux que nous érigeons dans les médias pour les besoins de notre colère et de nos intérêts, se retourneront contre nous, dans la mesure ou la vie républicaine fait tourner les opinions, les conceptions et ne met jamais à l’abri de surprises.

La vie est une longue recherche de perfection et de bien-être. Quand, pour diverses raisons, des forces veulent freiner cette recherche, naissent alors, légitimement, des colères, des révoltes et c’est à partir d’elles qu’ont été écrites les plus belles pages de l’histoire de l’humanité, que sont nées les plus beaux refrains et c’est d’elles, en partie, que l’on extrait le courage, la détermination d’aller de l’avant, de croire que tout peut être transformé, refait différemment, au profit de tous. Mais il faut avoir la lucidité pour ne pas tout faire passer par la trappe comme si aucun jour n’avait compté, comme si la beauté n’avait jamais traversé les lieux et les regards. Les mauvaises leçons, les erreurs comportent autant d’enseignements que les victoires.

Il faut sauver des mémoires, des désirs, des réussites, des demi réussites et même quelques échecs. Tous les aspects de nos vies et de nos dérives peuvent nous servir à modeler ce futur que nous construisons à reculons, avec l’éternelle question qui porte nos dépits : il y a-t-il une seule bonne raison de continuer à avancer ?

Il était une fois un pays défait, né dans la douleur, incapable de trouver ses marques, qui n’a expérimenté que des malaises et dont la gestion et la perception n’ont provoqué que des blessures à la majorité : purulentes, infectieuses et dont la gangrène affecte aujourd’hui tout le monde. Il faut couper des membres, il faut maintenir en vie ce corps qui nous abrite. Le prix à payer est élevé.

Il sera une fois un pays, peut-être, où l’on aura découvert comment avoir moins le mal du passé, comment réparer les vivants, pour emprunter le joli titre de la romancière Maylis de Kérangal. Nous vivrons certes avec les cicatrices, mais elles seront une forme de mémoire, donc utile.

Emmelie Prophète Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".