Propositions pour l'amélioration de la gestion des marchés publics en Haïti durant la pandémie de COVID-19

Publié le 2020-05-22 | Le Nouvelliste

"Nou vini nan mache pou n achte ak pou n vann, nou pap pote Korona nan mache, ni nou pap pote lakay nou", tel pourrait être le nouveau slogan des utilisateurs des marchés publics haïtiens , vendeurs, vendeuses  et acheteurs, acheteuses.

L'humanité fait face à une terrible pandémie appelée COVID-19, depuis décembre 2019. Cette pandémie, a démarré dans un marché public en Chine, plus précisément le marché des animaux sauvages de la ville de Wuhan de la province Hubei dans le centre du pays.

Cette maladie, due à un nouveau coronavirus, particulièrement létal, se transmet entre humains, essentiellement par  la salive, les gouttelettes, ( toux, éternuements) par contact rapproché avec des malades ( majoritairement asymptomatiques) porteurs de ce virus ( poignée de main, accolade, bisous  etc.). Elle  peut se transmettre également par contact avec des surfaces contaminées. Il est à noter que le virus survit aussi dans l'air.

Rapidement, les autorités chinoises, suivies par l'OMS et le monde entier, ont conclu que la meilleure méthode pour bloquer la transmission reste le confinement total afin d'éviter au maximum le contact entre les gens.

C'est ainsi que les écoles, les universités, les églises, les stades, les marchés publics et plus généralement toute institution ou activité sociale rassemblant plus de 10 personnes, non essentielle à notre survie, se sont vus interdits de fonctionnement.

Aucun regroupement de plus de 10 personnes, même pour les funérailles ne fut toléré. Et cela avec entre autres consignes, port de masque obligatoire en public, fréquence intensive de lavage des mains et distanciation sociale, etc.

Dans les pays, sous l'égide de régimes autoritaires, touchés, la police et l'armée, après la sensibilisation, utilisent la force si nécessaire pour faire respecter les consignes par la population.

Dans les pays dits démocratiques, tout un arsenal juridique s'est également mis en place pour faire respecter les mesures de confinement.

Cela  a permis de limiter les dégâts et de freiner la pandémie comme en Chine.

Ici chez nous, après deux cas de contamination au Coronavirus, le 19 mars 2020, le gouvernement a déclaré l'état d'urgence et  encouragé les gens à rester chez eux. Les écoles, universités, marchés publics, etc.,  toute entreprise ou institution non prioritaire etc. sont fermés. Un couvre-feu est déclaré.

Cet état d'urgence est respecté  plus ou moins selon la région du pays. Mais s'il est un cas particulièrement difficile à gérer, c'est celui des marchés publics.

La raison principale tient à notre mode vie, à notre mode d'organisation sociale, à nos difficultés économiques.

Nous vivons majoritairement dans l'informel. L'approvisionnement des marchés se fait généralement par une multitude de vendeuses indépendantes, qui vendent de petites quantités de nourriture... souvent le produit de leurs jardins.

En ville, les familles, elles, faute de moyens économiques adéquats, faute aussi de moyens de conservation , s'approvisionnent, au jour le jour. Il n'y a pas d'alternative.

Les marchés ont aussi des fonctions sociales secondaires importantes dont nous ne nous attarderons pas ici.

Nous entretenons également un rapport paradoxal avec les lieux de marché, qu'en d'autres circonstances, des anthropologues, des sociologues se doivent d'analyser. Les marchés, lieux où la paysannerie, comme les citadins se rencontrent pour, entre autres, rechercher la vie, sont dégradés rapidement et sont tenus dans un état d'insalubrité, de désordre et d'inconfort permanent.

Du coup, généralement les marchés sont bondés de personnes, "pil sou pil". On se frotte les uns contre les autres à tout moment. Les taxis-motos, les camions, les voitures se fraient leurs chemins à grands coup de klaxon, d'injures, blagues, de jeux de mots souvent grivois. Dans la chaleur, les excitations sont grandes et il n'est pas rare qu'éclate une bagarre pour une broutille.

Très souvent, dans les marchés bâtis, les vendeuses quittent l'espace aménagé pour s'agglutiner devant l'entrée, sur les monticules de fatras nauséabonds où grouillent les mouches et les vers, sur les trottoirs, le long de la rue ou parfois carrément sur la chaussée où elles sont en conflit permanent avec les passants, en danger permanent  avec les motos et les camions souvent en très mauvais état.

A cela, il faut ajouter que les marchés publics, généralement, n'ont ni toilettes publiques, ni électricité.

L'architecte, qui se serait donné du mal pour tracer un plan quelconque de marché, aurait du mal à s'y retrouver quelques mois après son inauguration.

Que faire ?

Dans le cadre de la lutte contre cette pandémie, dans le meilleur des cas, il faudrait, comme ailleurs, fermer les marchés publics. Mais il faudrait aussi, dans ce cas, donner une alternative  à la population qui doit s'approvisionner en nourriture et aux paysans qui ont besoin d'écouler leurs produits pour faire face à leurs besoins.

Faute d'alternative, interdire les marchés publics, reviendraient à condamner à la famine les citadins et à paupériser encore plus  la paysannerie.

Cette mesure , elle aussi, comme le Coronavirus, risque de faire beaucoup de dégâts.

De plus, l'Etat haïtien, pour de multiples raisons, n'a pas les moyens d'imposer une telle solution.

Comme autre alternative, il faudrait agrandir les marchés. Cela reviendrait à multiplier les espaces de marché, au plus près de la population consommatrice. Il faudra alors trouver des espaces, les aménager, même sommairement et contrôler la fréquentation, le respect par tous des gestes barrières, etc.

Connaissant les faibles moyens (disons pour ce genre de choses) dont dispose l'Etat, connaissant la lourdeur de notre administration pour tout projet d'intérêt général, il nous faudra 10 ans au moins pour appliquer un tel plan et pendant ce temps la maladie aura le temps de nous décimer.

Il nous faut donc trouver une alternative:

la première chose à faire, c'est sensibiliser de façon efficace et vérifiée, la population sur les dangers liés à la pandémie, sur les risques encourus dans les marchés publics traditionnels. Il faut insister, insister. Il faut que la population comprenne enfin que cette pandémie  n'est ni une blague, ni une affaire politique . Pour cela, les autorités établies doivent aussi avoir la décence et le bon sens de s'éclipser et de laisser les gens crédibles apporter l'information à la population, sans brouiller le message par de la propagande mal assortie ou des actions démagogiques.

Il faut aussi arrêter les pratiques de racket et de brutalité exercées par les "agents" de la plupart des mairies sur les marchandes pour les remplacer par un système de gestion transparent, ouvert et participatif.

Dans un troisième temps, il faut que les vendeurs au marché fassent au minimum l'effort de se concerter pour désigner leurs représentants par secteur de vente.

Enfin, les autorités sanitaires et les représentants des mairies peuvent alors s'assoir avec les dits représentants afin d'établir un plan de gestion du marché en question durant la pandémie.

Fort de tout cela, Voici quelques pistes d'actions:

Vu que la population s'approvisionne pour la nourriture au jour le jour, on ne peut pas changer ça d'un trait,  mais on peut établir de nouvelles règles. La population peut s'approvisionner en nourritures et produits de première nécessité, tels les produits d'hygiène : savon, chlorox, fable.., 5 jours/semaine. Ensemble, la mairie, les autorités sanitaires et les représentants des marchandes choisiront les jours.

A       Dans le cas de marchés réguliers dans et autour d'un bâtiment:

1) Les rues/routes menant aux entrées de ces marchés doivent être fermés par des barrières métalliques, types barrières de police. Ne sont autorisés à y pénétrer en voiture que les riverains ayant des places dans un parking privé ou des camions de livraison. Interdiction aux motos d'y pénétrer.

2)  Contrôle du nombre de personnes à l'intérieur de l'espace, en rapport avec sa capacité

3) lavage des mains obligatoire et messages de sensibilisation à l'entrée du marché

4) port du masque obligatoire

5) respect de la distanciation sociale, tant entre les vendeurs, qu'entre les acheteurs, et entre vendeur et acheteur à l'aide de traçage au sol.

6) Toutes les marchandes doivent avoir à côté d'elles de quoi désinfecter leurs   mains

7) Installations de drums à ordures , pas trop loin des marchandes

8) Evacuation du marché aux environs de 3h PM afin de faciliter le nettoyage et son lavage à grande eau

7) Installation de prototype d'étales en bois, facilement reproduisible

8) Des agents de sécurité spéciaux seront formés , pour veiller à la sécurité des lieux, de jour comme de nuit, mais aussi pour aider au respect des normes sanitaires. Il faut trouver une forme de gestion de ces agents dans laquelle les marchandes auraient leur mot à dire, afin d'éviter toute forme de violence envers ces dernières.

9) Régulièrement des incendies éclatent dans les marchés. A défaut de garantir une prompte intervention des pompiers, il faut organiser le marché de façon à ce que tout départ de feu soit vite circonscrit.

8) Stationnement réglementé à l'extérieur du marché tant pour les motos-taxi, les camionnettes de transport, que les voitures privées, afin d'éviter embouteillages et accidents .

Les deux autres jours serviront à la vente et acquisition des autres produits qu'on retrouve traditionnellement au marché:

Ustensiles

Vêtements et chaussures

Produits cosmétiques

Produits ésotériques.  etc.

B: Dans le cas de marché totalement informel

Si par exemple, le marché se tient, le long d'une route, l'Etat de concert avec les municipalités et les Casecs, se doivent de trouver un terrain propice aux activités de marché afin de l'aménager.

Aménagement grossier: Il faut remblayer  et damer la surface de façon à la rendre moins fragile lors d'intempéries. Ce remblaiement sera surfacé par un béton de propreté, dans lequel on aurait pris le soin de laisser des trous, qui serviront d'emplacement de piquets pour les marchandes.

Addendum 1

Réglementation de la vente des médicaments:

Interdiction totale de vente des médicaments exigeant une prescription et respect des conditions de conditionnement de ceux autorisés en vente libre.

Addendum2:

Nous pensons qu'il est important dans cette conjoncture difficile que des conseils de nutrition et de conservation des aliments soient donnés à la population afin de les aider à faire le bon choix en terme d'alimentation.

De même, il faut des spots incitant les mères de famille de la campagne à rester chez elles, à vendre sur place, leurs produits à des grossistes plutôt que de descendre en ville.

Addendum 3:

Certains marchés, dans l'aire métropolitaine surtout, sont sous la coupe de gangs armés. Cet essai ne saurait prétendre les concerner. Leur assainissement mérite d'autres efforts au préalable.

Mirlande DAREUS  et Joël JEAN-BAPTISTE Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".