Quel bénéfice peut-on tirer de l’incendie d’un patrimoine ?

Publié le 2020-04-17 | Le Nouvelliste

Dans la journée du  dimanche 12 avril 2020, il n’y avait rien à signaler comme incident regrettable dans la commune de Milot. Il n’y avait pas d’activités culturelles ni récréatives. Aucun match de football non plus en ce temps de coronavirus. Toutes les confessions religieuses observent de façon rigoureuse les injonctions du gouvernement en matière de rassemblement pour éviter la propagation du virus corona. Dans la soirée du dimanche, il n’y avait pas d’électricité dans ladite commune. Le temps était beau. Il n’y avait pas de pluie. En cette nuit, il n’y avait pas de foudre qui s’était abattu sur le toit de la Chapelle royale de Milot ni dans son entourage. En un mot, il n’y avait rien qui pouvait provoquer l’incendie de  cette église classée patrimoine mondial par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

A travers le pays aussi bien que dans la diaspora, les Haïtiens sont indignés en apprenant cette nouvelle révoltante transmise tôt le lundi matin sur les réseaux sociaux. Pourquoi incendier cette chapelle royale, dédiée à l’Immaculée Conception, l’un des plus beaux fleurons de notre patrimoine architectural du XIX siècle ? Construite entre 1810 et 1813, cette chapelle vieille de 207 ans rentre dans l’environnement du parc national historique. A six mois de la célébration du bicentenaire de la mort du roi Henri Christophe, le 8 octobre prochain, comment le gouvernement va-t-il se comporter face à cette situation ? Va-t-on célébrer le Roi bâtisseur sans cette œuvre magistrale qu’est sa chapelle ? Sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels, les avis vont dans le sens de la réhabilitation de la chapelle avant la date du 8 octobre prochain. Cependant, le gouvernement va-t-il se lancer dans la reconstruction de la Chapelle royale avant de prendre les dispositions nécessaires pour sécuriser les autres monuments qui entrent dans le patrimoine du pays ?

 Les informations véhiculées dans la commune de Milot laissent croire que des individus non identifiés ont vandalisé, samedi soir, le patrimoine le plus prestigieux dont dispose Haïti, la Citadelle du roi Henri 1er . Seule une enquête peut déterminer si les malfrats qui ont vandalisé la Citadelle samedi soir sont aussi ceux-là qui ont incendié la Chapelle royale de Milot. Pourquoi ces individus veulent détruire ces monuments de notre parc national historique ? Y avait-il un conflit au sein de la commune entre des groupes d’individus ?  Selon toute vraisemblance, l’action publique devait déjà être mise en branle contre X sans tarder. Compte tenu de la faiblesse de l’Etat depuis belle lurette, il devient de plus en plus difficile de trouver des témoins pour des crimes commis par des bandits en présence de beaucoup de gens. Des maires, des membres des Conseils d’administration des sections communales (CASEC) ne veulent plus engager des poursuites judiciaires contre des malfrats coupables de vandalisme de biens publics. Il en est de même pour des ministres et directeurs généraux au niveau de l’administration centrale de l’Etat.

Quel que soit le degré d'ignorance d'un groupe d'hommes ou d'une collectivité sur l'importance des lieux historiques, rien ne peut justifier la raison de vandaliser les biens publics. Cependant, à l'ère de la communication, qu'est-ce qui empêche le gouvernement d'élaborer une politique de communication afin de vulgariser à travers les médias d'Etat, les radios communautaires et les réseaux sociaux les droits et les devoirs des citoyens, l'importance et le respect des biens publics et des lieux historiques ?  

Le gouvernement va-t-il rester les bras croisés face à la tendance des uns et des autres de vouloir incendier le patrimoine matériel du pays sans considération quelconque ?

Lemoine Bonneau

lbonneau@lenouvelliste.com

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".