L’incendie de l’église historique de Milot, un désastre

Publié le 2020-04-13 | lenouvelliste.com

Après l’incendie de notre ancienne cathédrale, en janvier 1991, lieu où le précurseur de l’indépendance, le général Toussaint Louverture, délivrait  ses proclamations, c’est aujourd’hui la choquante et décevante nouvelle de celui de l’historique église de Milot, la chapelle royale de Sans-Souci, construite sous le règne Henry Christophe. Quel désastre!

La protection des biens du patrimoine national a toujours été une affaire d’État. Les pouvoirs publics doivent s’y impliquer pleinement. Certes l’ISPAN est là, mais il est clair qu’une vraie prise en charge de l’État fait défaut sous cet angle. Pour une vigilance constante en ce domaine, une Commission nationale du patrimoine  (Le Moniteur du 20 juillet 1989) a été créée, malheureusement mise de côté. Cependant, je sais qu’un arrêté, publié en novembre 2012, avait créé une Commission interministérielle de gestion du parc national historique - Citadelle - Sans-Souci - Ramiers. Cette commission est présidée par le Premier ministre et, en son absence, par le ministre de la Culture. L’ISPAN en assure le secrétariat.

 L’incendie, tôt ce matin, de l’église de Milot ne doit pas passer comme un fait divers, à l’instar de celui de l’ancienne cathédrale de Port-au-Prince survenu en 1991. Malgré la situation préoccupante engendrée par la pandémie de Covid-19, il doit interpeller la conscience de chaque Haïtien. Si certains membres de la commission nationale du patrimoine nommés par arrêté ( Le Moniteur du 22 octobre 1989) ne sont plus, tels l’architecte Albert Mangonès, l’historien Georges Corvington, le conservateur Gérard Fombrun, ou l’ethnologue le  Dr Max Paul, ceux qui sont encore vivants sont invités à monter au créneau et à faire entendre leurs voix. Je veux citer Wilfrid Bertrand, Françoise Thybulle, Gérald Alexis, Michel Philippe Lerebours, Jean Coulanges, Dr Georges Michel. Ne restez pas silencieux! Joignez-vous aux architectes de monument du pays, Patrick Delatour, Patrick Durandis, Frédéric Mangonès, Daniel Élie, Harold Gaspard, Henry-Robert Jolibois, Jean Hérold Pérard, Gilbert Valmé, Eddie Lubin, ... à des généraux en service ou retraités de l’armée, elle aussi gardienne du patrimoine sacré du pays!

 Ensemble, formez une « task force » et mettez vos énergies à l’unisson pour une prise en charge réelle et effective de la protection du patrimoine culturel du pays! Vu l’état du monument après le sinistre, il est encore possible de le sauver, mais la reconstruction de cette chapelle dont le projet peut être pris en charge par les techniciens du pays (la matière grise ne fait pas défaut) doit être élevée à la dimension de la présidence de la République, comme ce fut le cas de la restauration de la chapelle de Milot sous le gouvernement du président Sténio Vincent ou du premier jet de mise hors d’eau de la citadelle Henry, sous le gouvernement du président Paul Magloire, et, enfin, comme c’est le cas aujourd’hui du Palais national. En France, le projet de reconstruction de la charpente et de la toiture de la cathédrale Notre-Dame est pris en charge directement par le président de la République.

 Dans ce cas, il s’agit non seulement de la collecte des fonds qui font besoin, mais surtout de l’encadrement et du support logistique nécessaires aux unités engagées dans le projet. Il faut donc un renforcement de l’ISPAN, avec un leadership au plus haut niveau, celui du président de la République. Et je parle d’expérience, pour avoir servi de courroie de transmission entre le président Jean-Claude Duvalier qui avait pris en main le dossier de la Citadelle et le directeur général de l’ISPAN  d’alors, l’architecte Albert Mangonès, lors des travaux de restauration de ce monument  qui ont abouti au classement par l’UNESCO, en 1982, du parc national historique (composé de la Citadelle Laferrière, du Site des Ramiers et du Palais Sans-Souci) au rang de « Patrimoine mondial » et de la Citadelle Henry à celui de « Patrimoine de l’Humanité ».

Patriotiquement,

Prosper Avril

Lieutenant-général retraité

Ancien président de la République.

13 avril 2020.

Auteur


Réagir à cet article