Covid-19, à cause des lacunes du ministère de la Santé, l’Hôpital Français d’Haïti, vieux de 100 ans, suspend ses services

Publié le 2020-04-02 | lenouvelliste.com

La nouvelle est tombée telle un coup de massue. Pendant que la menace du Covid-19 est plus que réelle, l’Hôpital Français d’Haïti, vieux de plus de 100 ans, en raison de manque d’équipements et de matériel de protection pour son personnel de santé, a annoncé qu’il se voit obligé de fermer ses services d’urgence et d’hospitalisation temporairement.

Cette décision, « douloureuse », révèle le directeur médical de l’hôpital, qui s’est confié au journal jeudi, a été prise après avoir vécu une situation de panique à l’hôpital la semaine dernière. Un patient de 70 ans qui s’était présenté à l’hôpital a été diagnostiqué d’une pneumonie. Les responsable de cette institution sanitaire, dans le souci de savoir s’il s’agissait d’une pneumonie ordinaire ou si elle était liée au coronavirus a appelé le laboratoire national pour venir dépister le patient.

« On a eu toutes les peines du monde à avoir ce test. Il a fallu 48 heures au personnel du laboratoire pour venir effectuer le test et jusqu’à présent, on ne dispose pas des résultats », a confié le Dr Jean Venèse Joseph, ajoutant que dans une telle situation, il était indispensable de déterminer si ce patient était infecté par le coronavirus ou non.

 « Il fallait voir la panique qui a régné à l’hôpital au sein du personnel soignant et chez les autres patients dans les salles avoisinantes. L’hôpital ne peut en aucun cas mettre la vie des gens en danger ; on ne peut pas exposer ainsi la vie des patients, du personnel soignant et du personnel de soutien », a-t-il précisé, regrettant que les autorités officielles ne soient jamais entrées en contact avec les dirigeants de son institution pour leur expliquer la marche à suivre.

En attendant de disposer du matériel nécessaire pour la protection des patients et des prestataires de services, « l’Hôpital Français d’Haïti, face à la menace que représente le Covid-19 pour les patients et son incapacité actuelle à y faire face, se voit dans la douloureuse obligation de fermer temporairement son service d’urgence et d’hospitalisation ».

C’est un hôpital de moins qui se voit contraint d’abandonner la lutte. Il dispose d’une capacité de 60 lits d’hospitalisation sans compter ceux des services d’urgence. Le directeur médical du centre déplore que les autorités n’aient pas opté pour une approche inclusive visant à utiliser toutes les structures de soins de santé du pays en constituant une grande équipe pour faire face à cette menace.

« Je pensais que le ministère allait constituer une équipe avec toutes les structures hospitalières disponibles et définir une stratégie. Chaque membre de l’équipe, dépendamment de son niveau, aura un rôle à jouer. Certains érigeraient des salles de quarantaine, d’autres des salles d’isolement et certains autres des salles de prise en charge pour les cas compliqués. Ainsi tout le monde saurait quoi faire », a recommandé le médecin, insistant sur le fait que toutes les structures de soins doivent être réunies en faisceau.

Le Dr Jean Venèse Joseph a fait comprendre qu’en Haïti, les hôpitaux privés font toujours face à des difficultés financières. Ce ne serait pas chose facile de se munir des équipements de protection individuelle pour le personnel de santé. Il affirme essayer de trouver les moyens pour obtenir les équipements et le matériel nécessaires au bénéfice du personnel de l’hôpital. « L’hôpital a préféré fermer en attendant qu’il soit apte à répondre aux besoins », a-t-il confié, annonçant que la clinique externe et le laboratoire et la radiologie continueront de fonctionner de 7 h a. m. à 2 h p. m.

Le risque pour que d’autres hôpitaux annoncent la suspension de leurs activités en raison du Covid-19 n’est pas à minimiser. L’ancienne ministre de la Santé publique, le Dr Josette Bijou, estime que « toutes les institutions de santé devraient recevoir un minimum de l’État suivant le protocole national défini pour pouvoir participer à la lutte contre le nouveau coronavirus ». Elle regrette aussi, vu le poids des hôpitaux privés dans le système de santé, qu’ils soient à but lucratif ou à but non lucratif, que leur importance ait été négligée. Les autorités sanitaires devraient tous les impliquer afin de juguler la pandémie. 

Pour sa part, le président de l’Association des hôpitaux privés d'Haïti, Dr Franck Généus, s’est alarmé de la situation des structures hospitalières privées qui vont devoir affronter la pandémie du nouveau coronavirus. Selon le Dr Généus, ces hôpitaux se débrouillent tous seuls sans savoir s’ils seront encadrés par l’État haïtien. « Les hôpitaux privés essaient de leur mieux, comme ils peuvent, avec les rares moyens dont ils disposent. Ils n’ont reçu aucun soutien », a-t-il décrit, prévoyant que certains d'entre eux vont connaître la banqueroute très rapidement.



Réagir à cet article