Partager sa solitude avec le poème

En ces temps de solitude, de la poésie pour nous ouvrir des fenêtres de respiration. Voici des haïkus de Matsuo Basho, ce maître japonais du XVIIe siècle. Basho vous inspirera.

Publié le 2020-03-25 | Le Nouvelliste

Une nuit au temple
la lune
au plus clair de mon visage


Devant l’éclair
sublime est celui
qui ne sait rien!


Ce jour si long
trop court encore
pour le chant de l’alouette!


Dans le champ de colza
les moineaux font mine
de contempler les fleurs


Vieil étang
au plongeon d’une grenouille
l’eau se brise


Au nectar d’orchidée
le papillon
parfume ses ailes


Sur le sentier de montagne
le soleil se lève
au parfum des pruniers


La cloche se tait
les fleurs en écho
parfument le soir!


Dans la fraîcheur
je m’établis
et je m’endors


Nuit d’été
le bruit de mes socques
fait vibrer le silence


Au fond de la jarre
sous la lune d’été
une pieuvre rêve



Herbes folles de l’été
où frémit encore
le rêve des guerriers!


Avant que je l’avale
l’eau de la source
a bruissé sur mes dents


Le cri des cigales
vrille la roche
quel silence!


Herbes d’iris
accrochés à mes pieds
lacets pour mes sandales!


Ce chemin
seule la pénombre d’automne
l’emprunte encore


Ce couchant d’automne
on dirait
le Pays des ombres


Toute la nuit
sous la lune ronde
à faire le tour de l’étang


Aux admirateurs de lune
les nuages parfois
offrent une pause


Cœur
blanchi par la pluie
carcasse battue par les vents!


Dans le goût mordant du radis
je sens
le vent d’automne


La rosée blanche
n’oublie jamais
son goût de solitude!


Cruauté cruauté
sous le casque
un criquet


Le saule s’effeuille
nous écoutons la cloche
le maître et moi


Sur le pont suspendu
nos vies s’enroulent
aux sarments de lierre


Poireaux lavés
poireaux tout blancs
comme ils ont froid!


Glaçant mon ventre
les rames frappent la vague
nuit de larmes


L’année prend fin
toujours le même chapeau
les mêmes sandales de paille!


Au point du jour
en tourbillons de brume
la voix de la cloche


Cruche brisée
par le gel de la nuit
je me lève en sursaut!


Viens
allons voir la neige
jusqu’à nous ensevelir!


Neige qui tombais sur nous deux
es-tu la même
cette année?


Malade en voyage
mon rêve court
la lande en friche


Mes larmes grésillent
en éteignant
les braises


Pétrifiée
sous mon cheval
mon ombre glacée!


La nuit tombe sur la mer
le cri des colverts
s’éclaircit


Dans ce jardin
un siècle
de feuilles mortes!

(In Haïku. Anthologie du poème court japonais,

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".