La créatrice de mode Jenny Polanco, morte du coronavirus

PUBLIÉ 2020-03-24
Selon nos confrères du Listin Diario, la créatrice de mode Jenny Polanco a rendu l'âme en République dominicaine ce 24 mars des suites du coronavirus. Pour l'ensemble de ses frères et sœurs de métier haïtien, c'est une perte colossale pour la mode dans le bassin caribéen, mais aussi pour les relations haïtiano-domicaine puisqu’elle était une grande promotrice de l'unité entre les deux peuples de l'île.


Jenny Polanco était une grande amie de Ticket Magazine. Elle a d'ailleurs fait la une du journal le 25 octobre 2013. L'article intitulé « Jenny Polanco, notre dame de la mode dominicaine », retrace son parcours de grande ambassadrice de la mode de son pays et sa participation à la deuxième édition de la Haiti Fashion Week. Peu de temps après le jour de la mort de son compatriote Oscar de la Renta, elle a rendu hommage à ce dernier à notre micro tandis qu'on se retrouvait à Santo Domingo. On a en mémoire une femme chaleureuse qui ne verra pas s'accomplir l'unité parfaite entre les deux peuples de l'île comme elle l'a si souvent souhaité et travaillé pour. C'est un peu le même portrait que lui dressent les quelques designers qu’on a pu trouver pour lui rendre hommage.

Michel Châtaigne l'a rencontrée en fin de 2019 à RD. Il a visité un point de vente de Guahabel dominicain mis en branle par une association à laquelle appartient Jenny. Le but de cette visite, selon le célèbre coiffeur, c’était de prospecter sur les conditions  de repiquer ce point de vente en Haïti avec en support de la Caribbean Export. Pour Michel, c'est une perte énorme pour la mode dans le monde caribbéen et latin du fait de la notoriété de la défunte.


Tmel a vu un des clutchs de Jenny dans un magasin de République dominicaine et s'est mis à rêver de rencontrer la designer. Les étoiles ont voulu que Tmel participe peu de temps après à la Dominicana Moda. Et comme elle l'a souhaité, elle a croisé Jenny en chair et en os. Le contact est maintenu notamment grâce aux multiples visites de la créatrice haïtienne au magasin que son homologue dominicaine a ouvert à Pétion-Ville. Pour Tmel, c'est le départ d'une femme extraordinaire qui a fait poser deux top models Haïti en couverture du magazine de mode Blush avec ses créations. 


Pour Rhodie Lamour, ancienne de Fit qui a débuté sa carrière de mode en RD avant de s'établir à Montréal, Jenny n'est pas juste une star qu’elle adule c'est comme une proche qui va vraiment lui manquer. « C’est une femme qui faisait toujours appel à mon mari Jean Eric Massena qui est musicien. Elle l'engageait pour animer ces lancements de collections ou ouvertures de magasins. Elle et moi il n'y a pas longtemps on a été toutes les deux invitées à la journée de la diaspora haïtienne de République dominicaine », raconte-t-elle. Notre compatriote regrette non seulement la mort d’une grande star, mais aussi celle d'une femme qui engageait des artisans haïtiens pour la création de pièces destinées au marché de luxe européen. « Qu'adviendra-t-il de ces artisans ? », se questionne-t-elle.


Nous présentons nos sympathies à la famille de Jenny Polanco, ses clients de par le monde, entre autres, ceux de son magasin d’Haïti et tous ceux que ce deuil afflige. Nous souhaitons que notre Dame de la mode dominicaine continue à créer au ciel et à œuvrer pour l'harmonie entre les deux peuples de notre île. Allez en paix, Jenny ! 



Réagir à cet article