Seulement 5 institutions remplissent les critères d'une unité de soins intensifs

Face au Covid-19, chaque pays essaie d'évaluer et de réévaluer son système de santé afin de prendre les meilleures décisions. Certains pays optent pour une immunisation collective, d'autres prônent un confinement total. Certains mettent tout sur le préventif, d'autres se concentrent désormais sur le curatif. En Haïti, quelles sont les décisions à prendre par rapport à l'état de notre système de santé ?

Publié le 2020-03-24 | lenouvelliste.com

Pour les patients atteints de Covid-19 qui nécessiteront une hospitalisation, il y a en Haïti moins d’une centaine de respirateurs mécaniques et 124 lits de soins intensifs. Pire encore, seulement 5 institutions et environ une trentaine des 124 lits remplissent les critères d'une unité de soins intensifs de niveau 1, alors qu'aucun n’atteint les niveaux 2 et 3, révèle une étude réalisée à "Research and Education consortium for Acute Care in Haiti (REACH)" publiée en Juin 2019.

Le niveau 1 (intensité des soins la plus faible) est apte à offrir des soins permettant une stabilisation, un soutien et un suivi plus serré de patients dont la condition est grave et à risque de se détériorer. Dans le cas d'un patient nécessitant un suivi serré continu et/ou un soutien pour la défaillance d’un organe vital, il faut une unité de soins de niveau 2 que nous n'avons pas, selon cette étude.

Dans une entrevue accordée au Nouvelliste, le Dr Ronald Laroche a souligné que nos structures hospitalières peuvent prendre en charge la majorité des cas de Covid-19 qui se présentent généralement sous la forme d'une grippe. Cependant, il a souligné que le MSPP n'a pas encore communiqué ni sur le protocole à adopter ni sur les conditions de référence. 

Pour les 5% qui risquent de se retrouver dans un état critique, le Dr Laroche note qu'il nous manque même les bonbonnes d'oxygène pour pallier les éventuelles difficultés respiratoires. En gros, il reste au pays les moyens préventifs pour limiter le plus possible la contamination interhumaine. L'Etat doit accompagner la population en vue de faire respecter les mesures de confinement. Le respect des règles d'hygiène étant une responsabilité de l'État en cas de pandémie, des dispositions doivent être prises pour que ces règles soient respectées. 

Beaucoup de pays ont déjà perdu la bataille préventive à travers le monde. Malgré le dépassement des systèmes de santé, certains ont pu répondre et sauver beaucoup plus de personnes à risque qu'ils n'en laissent mourir... Dans le scénario d'une transmission massive en Haïti, la tendance risque d'être inversée. La prévention avec des moyens réels et les campagnes de sensibilisation restent notre meilleure chance de survie face à la pandémie.



Réagir à cet article