Le Premier ministre Jouthe ouvre la boîte de Pandore

Publié le 2020-03-13 | Le Nouvelliste

En acceptant de modifier les règlements généraux de la Police nationale d’Haïti, par arrêté du Premier ministre, sous la pression d’un groupe d’agents se réclamant de « Fantom 509 » à la suite d’une série d’actes répréhensibles commis lundi et mardi à travers les rues de la zone métropolitaine et dans les institutions publiques, Joseph Jouthe ouvre la boîte de Pandore. Depuis plus de deux semaines, l’Office de la protection du citoyen (OPC) avait offert ses bons offices pour jouer le rôle de médiateur dans la crise qui oppose les policiers qui revendiquent le droit de former un syndicat à la hiérarchie de l’institution policière. Sans mesurer la portée de ses déclarations intempestives, le Premier ministre, fraîchement investi dans ses fonctions, s’est vite positionné contre la formation de ce syndicat sans analyser la dimension de la crise qui est antérieure à ses fonctions de président du Conseil supérieur de la police nationale (CSPN).

Depuis la publication de cet arrêté, les policiers ont le champ libre pour entreprendre les démarches administratives nécessaires pour se regrouper en un syndicat afin de défendre leurs intérêts. Cependant la mauvaise gestion de ce dossier par les plus hautes autorités du pays peut contribuer à affaiblir davantage l’institution policière. Comment l’Inspection générale va-t-elle pouvoir exercer ses fonctions de police des polices à l’endroit des contrevenants au sein de l’institution ? Comment sera le rapport entre la hiérarchie de l’institution et le comité directeur du syndicat ? La chaîne de commandement à tous les échelons de l’institution policière sera-t-elle renforcée ou piétinée au gré des actes répréhensibles commis par les policiers qui se réclament de Fantom 509 ? D’autres groupes de policiers ne vont-ils pas exprimer leurs revendications en posant des actions semblables à celles de Fantom 509 ?

Dans un sens comme dans l’autre, les événements survenus cette semaine ont créé un tournant au sein de la Police nationale d’Haïti. Depuis sa création en 1995, l’institution n’a jamais été au bord de l’explosion comme c'était le cas les lundi 9 et mardi 10 mars 2020. Si le calme revient depuis l’annonce de l’arrêté du Premier ministre autorisant le droit syndical au sein de l’institution policière, rien n’indique la fin de la crise. Une fois cette crise jugulée complètement, il revient aux autorités policières de commanditer une série d’études sur les hostilités des policiers vis-à-vis des biens de l’État.

Il faut également des études sur les différentes facettes de l’institution policière. Les données sur les conditions de vie des policiers, le recrutement, les mutations dans les zones urbaines et rurales, la promotion, les avantages sociaux et les différents types de sanctions infligées aux agents représentent autant de sujets sur lesquels les plus hautes autorités doivent se pencher  pour redresser la Police nationale d’Haïti et  disposer de renseignements nécessaires afin d’assurer une saine gestion de cette institution. Au moins, chaque cinq ans, différentes études doivent être réalisées par des experts afin de permettre aux chercheurs et à la population de mieux comprendre le rôle de cette institution dont la mission est de protéger les vies et les biens.

Cette crise ne peut-elle pas se transformer en opportunité pour permettre aux plus hautes autorités de réorienter l’institution policière ?

Lemoine Bonneau

lbonneau@lenouvelliste.com

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".