Opposition : Il y a un temps pour détruire et un temps pour construire

Publié le 2020-02-06 | Le Nouvelliste

L’opposition haïtienne risque de s’attribuer le titre d’ennemi de la stabilité, de la paix et du développement du pays si elle insiste sur la demande de démission du Président Jovenel Moise. Son refus absolu d’accepter une sorte de compromis pour résoudre cette crise sordide qui a littéralement paralysé Haïti peut porter la population et les observateurs indépendants à questionner leur vrai motif.

Comment des leaders politiques conscients et rationnels peuvent-ils certainement décider en faveur de la prolongation du blocage qui a aggravé les conditions de la population !

Je le répète haut et fort : le problème d’Haïti n’est pas typiquement Jovenel Moise. Monsieur Moise est le symptôme d’un mal endémique résultant de la faillite et de la mauvaise gestion des institutions publiques, de l’incompétence et de l’inconscience des faux leaders qui ont gouverné le pays durant la transition démocratique.

Sans vouloir cautionner ses dérives administratives du Président, Il a hérité d’un pays moribond placé sous la tutelle de certains groupes qui ont fait main mise sur toutes les richesses du pays et ont manipulé tous les décideurs politiques, toutes les institutions publiques et toutes les forces de production en leur faveur.

Haïti souffre plutôt d’une déficience institutionnelle chronique que l’opposition elle-même a négligé de résoudre. Comment des sénateurs et ex-sénateurs, des députés et ex-députés, des ex-ministres et directeurs généraux peuvent-ils oser se plaindre contre le système quand ils sont les bénéficiaires et constructeurs du même système ?

Il parait de plus en plus clair que le mouvement de renverser l’administration de Jovenel Moise épouse la forme d’un agenda personnel et ressemble plutôt à une activité de« ôte-toi que je m’y mette ».

Les erreurs de Moise et son implication dans l’affaire de Petro Caribe (Rapport de la Cour Supérieure de Compte et du Contentieux Administratif) sont encore le fruit d’un construit étatique déficient, criminel et désuet. Pourquoi était-il permis de participer aux élections alors qu’il s’aventurait dans des activités frauduleuses selon ce même rapport ? Pourquoi a-t-on permis à un chef d’Etat de contrôler le système judiciaire à travers la révocation ou le maintien des chefs de parquet et des Juges d’instruction ? Quelle était l’institution publique qui aurait dû vérifier la construction ou la réparation de la route qui constituait l’objet du contrat entre l’Etat et la firme de que dirigeait le citoyen Jovenel (Agritans) ? Pourquoi le directeur de cette institution n’a-t-il pas été interpellé par la justice ?

Cette débâcle nous conduit encore à une seule réponse : déficience flagrante des institutions publiques haïtiennes qui devraient être le moteur de la gouvernance efficace du pays.

Si l’opposition entend freiner le déraillement du pays, qu’il converge ses efforts vers la réforme de l’Etat et des institutions publiques. Cette démarche devrait s’inscrire dans le cadre des négociations et de la plaidoirie pour une nouvelle Haïti.

Par exemple, il serait innovant d’enlever de l’exécutif le pouvoir de nommer et de limoger aisément les juges d’instruction et des commissaires de gouvernement. Cela relâcherait les mains de la justice de poursuivre les auteurs de la dilapidation des fonds de Petro Caribe. Donc, l’opposition, pour sa part, n’exhibe aucun signe de créativité et de modernité. Les membres de l’opposition sont plutôt en quête d’un moyen de tirer de bénéfices personnels. Si non, ils auraient opté pour une autre de gouvernance avec ou sans Jovenel Moise.

Le concept d’opposition s’applique négativement en Haïti. Et, cette déviation renforce la mauvaise gouvernance, la corruption, la criminalité, le sous-développement et le déchirement du tissu social du pays.

En Haïti, engagement civique, participation citoyenne et contre-pouvoir sont des outils sur lesquels s’appuient l’opposition pour créer le chaos et la mauvaise gouvernance. L’opposition au Président Jovenel Moise ne prône pas les réformes institutionnelles, la reddition des comptes, l’innovation et la modernisation du système administratif. Elle est plutôt fondée sur une philosophie archaïque dont le dessein ultime consiste à renverser l’ordre administratif et politique du pays pour des gains personnels.

Une vraie opposition cherche à promouvoir la bonne gestion, la stabilité, l’ordre, les progrès économiques, la satisfaction des besoins des classes défavorisées et le respect des lois. Cependant, l’opposition haïtienne cherche à déstabiliser, à créer une ambiance chaotique et à soutenir les structures vétustes qu’elle prétend détester.

En 2004, un an avant la fin du mandat d’Aristide, ce dernier était renversé par une opposition dépourvue d’une vision de gouvernance et d’un plan de gagner les prochaines élections. Deux ans après, Lavalas retournait au pouvoir avec Préval. Ensuit, un novice du nom de Michel Martelly était sorti gagnant de l’élection présidentielle de 2011. Constatant son échec, Evans Paul a abandonné le camp populaire pour rejoindre Martelly.

La cloche de la raison sonne dans les vallées, dans les plaines et sur les montagnes d’Haïti. Le pays nécessite d’une opposition éclairée, pragmatique, réfléchie, intelligente, positive et stratégique.

Commençons, sous l’autorité de notre bicolore, à rebâtir, à reformer, à refonder le pays sur les bases de la suprématie institutionnelle. Ainsi empêchera-t-on les enrichissements illicites, la dilapidation des fonds publics et la mauvaise gouvernance pour sécuriser la prospérité et le développement du pays.

Le temps de destruction doit prendre fin.

Monfort Alexis, Pasteur et Ecrivain

Specialiste en Administration Publique

Florida, USA

montfortalexis@gmail.com

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".