La campagne de bourses d’études en France 2020 est officiellement lancée

L'ambassadeur français en Haïti, Jose Gomez, a procédé au lancement officiel, mercredi 29 janvier 2020, à la Résidence de France, de la campagne de bourses d’études en France 2020 en présence de personnalités de l’enseignement, de la coopération ainsi que de partenaires de l'ambassade de France, à savoir l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), la Banque de la République d’Haïti (BRH) et la Fondation Sogebank.

Publié le 2020-02-05 | lenouvelliste.com

Ouvert jusqu’au 5 juin 2020, l’appel à candidatures pour les bourses d'études en France, mis en ligne ce vendredi 31 janvier, permettra à une nouvelle cohorte d’étudiants de s’envoler vers l’Hexagone pour des études en Master 2 et en doctorat pour l’année académique 2020/2021.

Pour obtenir toute l’information nécessaire afin de mieux définir leur projet d’études en France, ces jeunes étudiants haïtiens peuvent s’adresser aux responsables de l’espace Campus France, hébergé aux locaux de l’Institut Français en Haïti, qui vient d’être modernisé et rénové.

« La France ne souhaite en aucune façon contribuer à la fuite des cerveaux », a tenu à préciser l'ambassadeur Jose Gomez au moment de mettre dans leur contexte les partenariats noués ces dernières années avec des institutions comme la BRH, l’AUF et la Fondation Sogebank en vue de soutenir l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) dans sa quête de la qualité académique et son souci de contribuer au développement d’Haïti.

Plus de 1700 jeunes Haïtiens poursuivent des études supérieures en France. Chaque année, a communiqué le diplomate français accrédité en Haïti, ce sont environ 25 bourses d’études qui sont allouées par la France avec l’appui de ses partenaires, en particulier pour des diplômes de Master 2 et de doctorat.

En marge de la réception de lancement de la campagne de bourses d’études en France 2020, à laquelle étaient conviés des universitaires et d’anciens boursiers, l'ambassadeur Jose Gomez en a profité pour rendre hommage à trois anciens boursiers de doctorat qui viennent de terminer leur thèse et de rentrer en Haïti.

 Il s'agit d'Antonine Phigareau, Jasmine Cesars et Kendy Valmont, qui, après avoir soutenu leur thèse à l'Université des Antilles en décembre 2019, ont réintégré l'Ecole normale supérieure (ENS) de l'UEH.


« Je compte continuer dans l’enseignement des mathématiques au niveau supérieur. Promouvoir la recherche au niveau scientifique en Haïti, plus particulièrement à l'UEH. Pour cela, il faut au moins un laboratoire. Je compte monter une équipe pour travailler sur un tel projet », a confié au Nouvelliste Antonine Phigareau dont le sujet de thèse s’intitule : « Divisibilité des sommes d'exponentielles, des sommes mixtes et de leurs fonctions L. ».


Revenue en Haïti pour travailler et renforcer le corps professoral à l'ENS, Jasmine Cesars, détentrice d’un doctorat en mathématiques, a soutenu sa thèse intitulée « Inférence statistique et équation différentielle stochastique. Application en hydrologie ».

« Contrôle optimal stochastique avec application à la propagation de l'e-rumeur », c’est le titre de la thèse soutenue par Kendy Valmont, qui, dans ses travaux, a proposé des systèmes d'équations différentielles stochastiques permettant de modéliser l'e-rumeur.

« De plus, nous avons proposé une méthode permettant de contrôler l'e-rumeur », a-t-il révélé au journal avant de définir l’e-rumeur comme étant la propagation d'informations sur quelqu'un à travers un réseau, par exemple Facebook, Twitter, WhatsApp.

« C'est avec beaucoup d'enthousiasme que je retourne chez moi parce que le pays a besoin de nous pour sa reconstruction. La seule chose qui me fait peur dans ce pays c'est l'insécurité », a déclaré Kendy Valmont, détenteur depuis 2015, avec son master, du statut d’enseignant à l'ENS.

« Maintenant j'ai mon doctorat, je vais continuer dans l'enseignement. Et je vais voir comment continuer à faire de la recherche, même si c’est difficile en Haïti », a promis le jeune docteur en mathématiques.

Présent à cette cérémonie, l’ex-député de Pétion-Ville Jerry Tardieu s’est dit heureux d’être la cheville ouvrière de ce prestigieux programme Bourses Amitiés France-Haïti. « Je suis content que cette initiative soit pérenne », s’est réjoui le parlementaire de la 50e législature.





 



Réagir à cet article