Haïti Gospel Jazz, l’innovation du PAP Jazz 2020

PUBLIÉ 2020-01-27
Depuis quelques années, le festival de jazz appelé « PapJazz » s’est installé en Haïti. Pour 2020, il s’est déroulé du 19 au 25 janvier à travers tout le pays et en divers lieux. Cette année, les organisateurs du PapJazz avaient décidé d’ouvrir une nouvelle fenêtre dénommée « Gospel Jazz ».  Une ouverture autant sur un autre style musical mais aussi sur le milieu évangélique qui a été dignement représenté par Taliana Lindor et Wiliadel Denervil le lundi 20 janvier à Quisqueya.


A l’Université Quisqueya, le décor était planté assez tôt pour recevoir le PapJazz le lundi 20 janvier. Les chanteuses Taliana Lindor et Wiliadel Denervil ainsi que les musiciens étaient présents depuis 2 h de l’après-midi en vue de procéder aux dernières vérifications. "L’événement est favorablement accueilli par nos pairs et nos fans du secteur, donc nous avons une grande responsabilité ce soir, a déclaré Taliana Lindor quelques heures avant sa prestation."

Habituées des grandes scènes évangéliques, Taliana Lindor et Wiliadel Denervil ont tenu la dragée haute. « Change gonna come », « For every mountain », « Jesus will » ont été les morceaux interprétés par Taliana Lindor. Wiliadel Dernervil a repris, pour sa part, « Mary », « Li kapab », “Never would have made it », « Smile ».  Et ensemble, elles ont chanté “Amazing grace”.

« The Gospel Jazz a été une initiative de Joël Widmaer, un des organisateurs, qui m’a contacté afin d’en être le directeur musical », a déclaré Gérald Kébreau. Les organisateurs ont choisi eux-mêmes les chanteuses également afin qu’elles y prennent part. Le « Gospel Jazz, c’est un mélange, une fusion de deux styles musicaux familiers mais différents ». « Cette fois, on avait choisi des chansons gospel auxquelles on a incorporé des arrangements du jazz », explique l’ancien bassiste de T-Vice.

Pour cette première, ce sont deux chanteuses évangéliques qui ont performé sous la direction musicale de Gérald Kébreau, bassiste accompagné de musiciens et choristes qui ont fait leurs débuts eux aussi à l’église. Il s’agissait de Robenson Désius à la guitare, Claudel Jean Baptiste et Nathanaël Cinéus aux claviers, Olivier Edlin à la batterie, Junie Guerrier, Therly Job et Eurecka Clairzimon comme choristes.

Pour les participants, cette première a été une expérience enrichissante. « J’ai eu la chance de me familiariser avec des morceaux de gospel que je ne connaissais pas auxquels j’ai pu ajouter des arrangements de jazz et du funk », raconte Gérald Kébreau. « Ce n’était pas la première fois que Wiliadel et moi jouions ensemble, cependant cette prestation a été différente parce qu’on a eu l’occasion de chanter du gospel, de représenter le secteur évangélique et cela a été une grande fierté », déclare pour sa part Taliana Lindor. Même son de cloche pour Wiliadel Denervil qui estime que l’expérience a été intéressante.

Si au lancement de l’initiative, une grande partie du milieu évangélique a été quelque peu réticent, la grande majorité des acteurs ont salué néanmoins la prestation des chanteuses qu’on avait déjà retrouvé sur des projets en commun comme le concert « Four in one » en juillet 2017.

En effet, les deux chanteuses ont brillé plusieurs fois sur des scènes évangéliques et leurs prestations sont très appréciées. Taliana Lindor a d’ailleurs un single en rotation depuis fin 2019 titré « Soufle sou mwen » alors que Wiliadel Denervil peut compter sur « Sekou » paru durant la même année et un titre d’Artiste Féminin de l’année 2019 attribué successivement au Media Levanjil Awards et par l’émission Plateforme Bénie. Et pour leur dernière aventure au PapJazz, les deux talents ont assuré. Une façon de prouver aux organisateurs qu’ils avaient fait des choix judicieux.

Vanessa Dalzon



Réagir à cet article