ODD

Haïti : éradiquer la pauvreté et la faim à l’horizon 2030, une bataille perdue d’avance ?

Publié le 2020-01-13 | Le Nouvelliste

Les calculs du Fonds monétaire international (FMI) établissent à $ 784 US le Produit intérieur brut (PIB) par habitant d’Haïti en 2019, soit le plus faible de la région. Pris isolément, cet indicateur de l’activité économique peut ne pas vouloir dire grand-chose pour le commun des mortels.

Avec 60% de sa population en situation de pauvreté et 25% en situation d’extrême pauvreté, cet indicateur en dit long sur la croisade d’Haïti pour éradiquer la pauvreté puisque le PIB par habitant reflète le niveau de vie de ses habitants, donc le niveau de développement du pays.

Aussi est-il pertinent de se demander, depuis l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) par l’ONU en septembre 2015, dans le cadre de l’Agenda 2030, si les choix économiques des autorités haïtiennes ont permis à Haïti, pays le plus pauvre du continent américain, de travailler à l’avancer sur la réduction de la pauvreté et de la faim.

À en juger par les performances d’Haïti dans les différents indices et classements en la matière, la réponse est loin d’être affirmative.

Depuis 2000, en matière de réduction de la faim et de la dénutrition, Haïti réalise des progrès en dents de scie, constate l’ONG allemande Welthungerhilfe dans son Indice mondial de la faim. Le taux de sous-alimentation d'Haïti en 2016-2018 (49,3%) est presque identique à celui de 2009-2011 (49,5%).

De plus, les estimations du bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) prévoient qu’en 2020, 4,6 millions d'Haïtiens, soit environ 40% de la population totale, auront besoin d'une aide humanitaire d'urgence, dont plus de 57% sont des femmes et 45,5% des enfants.

S’agissant de l’éradication de la pauvreté, le premier des 17 objectifs de développement durable, des données fournies par le P.D.G du Group Croissance, Kesner Pharel, indiquent qu’elle attend encore d’être traduite comme une priorité dans le budget national.

 Pour l’exercice 2018-19, 1,2 milliard de gourdes seulement ont été allouées à 3 projets visant à combattre la pauvreté.

Comment prétendre éradiquer la pauvreté quand la plus importante allocation de crédits budgétaires (127,3 gourdes) sur la base de 1000 gourdes de dépenses publiques va au MTPTC ?

Ainsi, les 124,8 gourdes consacrées à la dette publique (2e poste de dépense) font pâle figure comparées aux 19,02 gourdes concédées aux Affaires sociales, qui sont censées lutter contre la pauvreté, devancées par les 20,5 gourdes attribuées à la Chambre des députés.

« Injustice territoriale »

Alors que l’extrême pauvreté n’est que de 9% dans l’Ouest, les crédits budgétaires alloués à ce département s’élèvent à 684,14 gourdes sur la base de 1000 gourdes. Paradoxalement, les deux départements les plus touchés par l’extrême pauvreté -  (Nord-Est (44%) et Nord-Ouest (43%) - n’ont pas réussi à intercepter respectivement  6,5 gourdes et 12,5 gourdes.

De même que 201 gourdes de crédit d’investissement (sur la base de 1000 gourdes) ont été allouées au département de l’Ouest contre 12,1 gourdes pour le Nord-Est.

Par ailleurs, avec une croissance démographique beaucoup plus supérieure à la croissance économique, le fossé entre Haïti et la République dominicaine ($ 8 630 US de PIB par habitant) n’a jamais été aussi grand.

Le PIB par habitant de la République dominicaine est certes 10 fois supérieur à celui d’Haïti, mais cette dernière dispose d’une croissance démographique supérieure à sa voisine.

L'UNICEF compte 270 000 naissances annuellement en Haïti pour une population estimée en 2019 à 11,2 millions d’habitants contre 206 000 nouveau-nés dominicains annuels au sein d’une population de 10,7 millions d’habitants. Pire, 2% de ces nouveau-nés dominicains naissent sous le seuil de pauvreté contre 23% des bébés haïtiens.

Si Haïti a décidé de prioriser 9 ODD sur 17, loin de réprouver cette démarche, Kesner Pharel juge qu’elle ne donnera de résultats probants à condition que la bonne gouvernance et la reddition des comptes  deviennent systématiques.

« Il faut en finir avec le gaspillage de ressources, avec la corruption », a martelé l’économiste, déplorant l’explosion des dépenses courantes dans le budget au détriment des dépenses d’investissement.

Or,  le Trésor public n’a jamais injecté 20 milliards de gourdes dans le budget pour les dépenses d’investissement durant la décennie alors que les recettes internes n’ont cessé d’augmenter.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".