Un projet de musée d'art à Jacmel

Publié le 2020-01-06 | Le Nouvelliste

Dans ces temps de grande crise, est-ce vraiment le moment de parler d'un projet de musée? On a beaucoup hésité avant d'en parler publiquement. On a fait plusieurs tentatives de présenter le projet, disons aux autorités, nous n'eûmes pas l'honneur d'être reçus.

Il y a fondamentalement deux choses dans ce pays que nous devons combattre. Le président Manigat l'a bien dit dans une de ses «Tikoze». Dans ce pays, ce qu'on a réussi à faire, c'est de marginaliser les hommes de bien, les hommes de savoir, c'est de les intimider. Il y a un complot contre l'intelligence. Il faut absolument que les intelligences se rassemblent pour pouvoir offrir à la communauté le meilleur d'elles-mêmes.

La deuxième chose, les dirigeants ont peur de toute nouveauté qu'ils ne maîtrisent pas, surtout s'ils ne voient pas leurs intérêts immédiats. Ils préfèrent boycotter la nouveauté.

Par ce projet, nous nous y employons à notre niveau.

Est-ce de cela que nous fûmes victimes?

Qu'à cela ne tienne, nous avons pris sur nous d'avancer sur le concept et le projet architectural.

Pourquoi un musée? Souvent, on entend dire que Jacmel est la capitale culturelle d'Haïti. Ce qui pour nous traduit une projection , une ambition, une vision positive partagée par les fils, les filles, les amants et les amis de Jacmel. De plus, Jacmel a donné naissance a de nombreux peintres parmi les plus célèbres d'Haïti. Citons, entre autres, Préfète Duffaut, Lazarre, Wilmino Domond pour les plus connus. Un autre artiste de renom, Ronald Mevs , a fait de Jacmel sa ville d'adoption. Même si la tradition de peindre perdure et se se perpétue à Jacmel, de génération en génération, il est bien difficile aux Jacméliens de connaître, d'approcher , d'admirer leurs œuvres .  Il nous faut donc un lieu sacré, un écrin pour les présenter, présenter les œuvres des plus grands artistes haïtiens non seulement aux visiteurs, au grand public, mais surtout à nos écoliers, à nos enfants.

Ce sera un acquis de plus à notre patrimoine et nous espérons que ledit musée, servira à augmenter, raffermir les vocations artistiques, augmentera également l'aura de Jacmel, en tant que destination touristique et ville agréable à vivre.

Un musée, oui, mais où et avec quel argent?

Nous avons passé en revue diverses possibilités et notre choix s'est arrêté sur un lieu unique dont l'aura , le passé ne peut que rehausser l'intérêt pour le musée.

Mieux encore, on envisage de faire d'une pierre deux coups. Magique, non? Sauver un patrimoine en danger imminent de disparition et la transformer en un nouveau patrimoine qui augmentera sa valeur: le vieux marché en fer de Jacmel.

Quoi, vous osez? Oui on ose  et ce qu'on propose est pour l'instant ce qu'il y a de mieux.

Présentons le vieux marché en fer:

Avant le marché, l'espace était «une savane» appelée place de l'église. Elle était entourée de maisons de commerce.

L'édification du marché en fer fut décidée par le conseil municipal de l'époque. L'histoire retient les noms de Emmanuel VOYARD et Dulciné JEAN-LOUIS. Alcibiade Pommayrac, qui n'a jamais brigué de mandat,  fut leur conseiller et est le concepteur de ce projet comme de beaucoup d'autres. Il s'est inspiré de la vogue des immeubles et bâtiments publics en fer de la fin du XIXe siècle: les halles, les gares, etc.

En tant qu'entrepreneur, il fut assisté par Clifford  Moravia, comme ingénieur et architecte.

Les parties métalliques furent réalisées à Bruges en Belgique; on ne sait pas avec certitude si les toitures d'origine étaient toutes en métal.             

Comment furent financés les travaux?

À cette époque, il y avait l'autonomie financière de fait des mairies. La mairie de Jacmel émit des bons de souscription auprès de ses citoyens, méthode qu'elle utilisa à maintes reprises pour financer ses infrastructures telles que le système d'adduction d'eau potable, la construction du  lycée Pinchinat, etc.

Le marché fut inauguré en 1895, soit un an avant le grand incendie qui réduit en centre la ville de Jacmel.

Sa situation actuelle.

Dans les quarante dernières années, la population de la ville de Jacmel a énormément augmenté, en même temps que la situation économique s'est dégradée. Ces deux phénomènes sociaux ont eu pour conséquence d'augmenter sérieusement le nombre d'opérateurs économique de base, c'est-à-dire de vendeurs de produits de base comme la nourriture, les fruits et légumes, etc.

Face à cette situation, le carré du Bel-Air avec  l'église St-Jacques et St-Philippe, devenue entre-temps cathédrale, le marché en fer,  la place Toussaint Louverture, s'est transformé en un vaste marché à ciel ouvert, où toute circulation même piétonne était extrêmement pénible.

Les autorités ont choisi de délocaliser le marché... et les problèmes aussi, mais ça, c'est une autre histoire. Et le marché en fer fut tour à tour un dépotoir pour toutes les ordures du carré du Bel-Air et même plus...une latrine, un repaire de bandits qui volent , violent etc. Il y a certes des tentatives de faire du pourtour du marché le lieu de réparation des téléphones mobiles. Mais ce n'est pas cela qui sauvera le patrimoine en lui-même.

La réponse de l'État est constante: les tôles rouges. Et pendant ce temps, toute l'infrastructure du marché se déglingue et devient  dangereux pour les passants.

La ville de Strasbourg,dans le cadre de sa coopération décentralisée avec Jacmel, n'a rien pu faire. Il paraît que l'État périodiquement inscrit a son budget une somme pour la restauration du marché en fer. Il y a eu aussi une idee de marché artisanal, mais personnellement je vois mal l'intérêt d'un acheteur quelconque de venir au marché artisanal, au lieu de visiter les échoppes de la rue Ste-Anne et d'ailleurs, où il aura la chance de voir l'artisan à l'oeuvre.

Le concept

Nous devons transformer le lieu, le moderniser pour le rendre apte à accueillir un musée dans les meilleurs conditions, mais tout en gardant son ADN, sa squelette de vieux marché en fer. Ailleurs, les anciennes gares sont souvent transformées en salle de concert, en galeries marchandes  etc, en musées aussi. À travers le musée, les fidèles gardiens du patrimoine devront reconnaître le marché en fer.

Le musée accueillera des expositions permanentes ainsi que des manifestations temporaires.

Ce sera un musée adapté à notre situation. Actuellement, la ville ne possède pas une salle de cinéma, une salle de projection, une salle de conférence. On utilise par défaut la salle d'apparat de la mairie qui avouons-le, mérite quelques travaux et décoration. Dans le projet, on prévoit une salle modifiable à cet effet.

Les avantages supplémentaires

Création d'une deuxième zone patrimoniale dans Jacmel comprenant:

la cathédrale St-Jacques et St-Philippe, Musée du Vieux-Marché en fer, l'ancien bureau de la DGI, l'ancien bureau du Plan Parrainage mais aussi nombre de maisons privées remarquables tant sur le plan architecture que par leur histoire : «la maison Simon Bolivar», la Pharmacie haïtienne, la maison d'Alcibiade Pommayrac, etc .

Sans perdre son marché en fer, Jacmel gagne un musée remarquable.

Comment financer ce projet

À mon avis, il faudra un partenariat tripartite, la mairie, l'État haïtien et la communauté haïtienne. L'État pourra inscrire dans son budget le coût d'une partie des travaux à faire, la mairie également et une souscription auprès des Jacméliens, où qu'ils se trouvent, des amis de Jacmel et de tous ceux qui se sentent concernés par la sauvegarde du patrimoine ou l'art et la culture plus largement.

Mes chers amis, rêvons , rêvons grand pour notre cité si nous voulons vraiment contribuer à renverser la tendance vers la déchéance.

Joël Jean-Baptiste  Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".