Sélection nationale haïtienne

Marc Collat dit tout de son passage à la tête des Grenadiers

Le bail de Marc Collat André Pita à la tête de la sélection nationale haïtienne de football ne sera pas reconduit. Après deux ans à la tête des Grenadiers, le natif des Iles est retourné en France où il attend de nouvelles sollicitations. Mais avant son départ, le Nouvelliste a fait avec lui un petit retour sur ce second passage à la tête de la selection nationale de football.

Publié le 2019-12-27 | Le Nouvelliste

Enock Néré : 10 octobre 2017. Presque trois saisons après la fin de votre bail à la tête des Grenadiers, on vous retrouve au Japon à la tête des Grenadiers, pour un match amical contre le Japon et c’est le point de départ d’une nouvelle aventure.

Marc Collat : Oui, pour 2 matches amicaux contre les Émirats Arabes unis et le Japon qui ont été les points de départ de cette nouvelle équipe. On a monté un groupe à partir de ces 2 matches amicaux et la fédération nous a permis de disputer plusieurs autres jusqu’à celui de l’Argentine et cela nous a permis de mettre en place un groupe soudé avec un état d’esprit qui permette aux nouveaux venus de se greffer aisément au groupe. Et les résultats sont venus avec.

E.N.: Des résultats qui ont conduit à une ascension en catégorie A de la Concacaf Nations League, à une demi-finale de Gold Cup mais aussi à une relégation en catégorie B. Selon vous, c’est mitigé ?

Marc Collat : On a fini 3e de la Gold Cup, mais au regard de la configuration de la zone, Haïti n’est pas 3e de la zone Concacaf. Avant cette Gold Cup, on a eu le temps de bien  préparer la compétition et de bien monter notre équipe. Les joueurs revenaient de leur compétition et en Haïti la compétition nationale venait d’achever sa première phase. On disposait de joueurs plus on moins en forme. Malheureusement, la League des Nations est arrivée un peu trop vite pour nous après.

À Curaçao, on dispose de 8 joueurs qui ne jouaient pas encore dans leurs clubs et cela nous a tués. Nous encaissons un but et en dépit des occasions créées, nous ne parvenons pas à égaliser. À Port-au-Prince, nous perdons rapidement Ricardo Adé sur une expulsion un peu sévère, ce qui nous a fortement pénalisé et ne nous a pas permis de faire la différence. Fatalité, contexte sociopolitique oblige, on a dû recevoir le Costa Rica aux Bahamas avant de partir pour le Costa Rica. Et là, nous sommes passés à un but de la qualification. Un but au Costa Rica et nous sommes en demi-finales de la League des Nations, mais ce but n’est pas venu et cela nous pénalise. Car les règles de la Concacaf  font que nous ne sommes pas parvenus avec nos 3 points à nous qualifier directement pour la Gold Cup. Mais je suis sûr qu'il s'agisse contre la Guadeloupe ou autre nous avons une formation capable d’aller chercher cette qualification pour la Gold Cup de 2021.

Par ailleurs, cette descente en League B que beaucoup perçoivent comme une catastrophe, l’Allemagne tout auréolée de son titre de champion du monde 2014 est en League B en Europe, la Croatie, finaliste de la Coupe du monde 2018, est en League B. La Jamaïque évoluait en League B et cela lui a permis de grappiller beaucoup de points Fifa utiles dans le contexte des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

E.N. : On vous a vu un peu partout avec les U-20 filles, les olympiques masculins, les A… que stipulait votre contrat ?

Marc Collat : Dans mon contrat, il était défini que je m’occupe uniquement des A. Les U-20 féminins, les U-20 masculins, les U-17 masculins que j’ai emmenés disputer un tournoi en France, tout le reste c’est du rab. Cependant, j’ai tout fait de bon cœur. Le sélectionneur doit être au service de la fédération, donc j’ai servi avec plaisir et de bon cœur.

E.N. : Entre les demi-finales de la Gold Cup, les U-20 vainqueurs du Canada et qualifiées pour la Coupe du monde, qu’est-ce qui vous a le plus marqué ?

Marc Collat : C’est difficile de choisir le moment qui m’a le plus marqué. Il y en a eu pas mal. Seulement, je crois que la qualification des filles en battant 1-0 un Canada qui les avait battues 0-4 quatre jours plus tôt a été un très grand moment. La Gold Cup 2019 avec une victoire 2-1 contre le Canada puis 3-2 contre le Canada après avoir été menées à la pause ont été des moments très forts.

E.N.: Marc Collat n’a-t-il pas eu des sollicitations après la Gold Cup en juillet ?

Marc Collat : J’ai été sollicité mais c’était pour aller au Moyen-Orient particulièrement au Qatar. Il y avait eu une sollicitation pour que je devienne directeur du centre de formation du stade rennais. Ce que j’ai fait durant 10 ans au Paris-Saint-Germain. Mais, comme j’étais encore sous contrat avec la FHF, je n’ai pas donné suite à ces sollicitations.

E.N. : Quelle est la destination de Marc Collat ?

Marc Collat : J’habite Reims. Il rit. Pour l’instant, je n’ai pas d’objectif particulier. Je n’ai pas de club ni de sélection à entraîner. Les dirigeants savent qu’ils peuvent faire appel à moi pour diriger une compétition ou une autre.

E.N. : Avec les U-20 à Bradenton, qu’est-ce qui vous a manqué pour aller à une phase finale de Coupe du monde dans cette catégorie ?

Marc Collat : On a manqué deux joueurs plus expérimentés et plus talentueux pour rivaliser avec les autres. On n’était pas loin du Costa Rica mais on était un peu au-dessous.

E.N. : Les U-23 ont-ils une chance pour Tokyo 2020 ?

Marc Collat : Les qualifications pour les Jeux olympiques restent des compétitions. On n’a que deux places et quand on la joue contre le Honduras, les USA, le Mexique, le Costa Rica, le Canada, ce n’est pas donné d’avance. Cependant on a une génération très talentueuse qui peut jouer un coup. Malheureusement, la date Fifa tombe exactement au début de la compétition et il peut y avoir un problème de préparation collective. Rien que pour cette équipe, si on m’appelle pour faire cette compétition, je viens car cette équipe peut créer la surprise.

E.N. : M. Collat, vous avez travaillé pendant longtemps au centre de formation du PSG, qu’est-ce qui a manqué aux U-20 filles en Bretagne et aux U-17 au Brésil pour pouvoir faire la différence en phase finale de Coupe du monde?

Marc Collat : La compétition de haut niveau tant chez les garçons que chez les filles. Les U17 par exemple sont partis pour le Brésil sans avoir eu la chance de disputer des matches importants après leur qualification, ce qui fait qu’ils arrivent en compétition trop peu expérimentés. Ils perdent toujours leur premier match dans la compétition et après tout se complique. C’est ce qui est arrivé et pour les U20 féminins et les U17 masculins au Brésil.

EN : Vous avez travaillé à deux reprises dans le football haïtien. Qu’est-ce qui manque à nos joueurs pour rivaliser au plus haut niveau ?

Marc Collat : Je me suis penché sur le problème du football haïtien et j’en déduis que les joueurs ne s’entraînent pas dans les conditions idéales et manquent l’encadrement nécessaire à leur évolution. Je ne veux pas lancer d’injures à ceux qui militent dans le métier d’entraîneur en Haïti et qui font sans doute de leur mieux mais il manque ces entraineurs de haut  niveau qui soient à même de faire progresser le niveau des équipes et du même coup les joueurs. Il faudrait en plus de ces stages d’entraîneurs de deux semaines, il faudrait qu’il y aît des entraîneurs qui partent se former ailleurs durant un ou deux ans pour acquérir un haut niveau de formation.

En Haïti, il y a de très bons joueurs, des joueurs remarquables. Faut-il qu’ils puissent se fondre dans un collectif et d’abord qu’il y ait ce collectif et ça c’est le plus dur.

E.N. : Marc Collat s’en va-t-il avec des regrets ?

Marc Collat : Oui, sur cette League des Nations Concacaf qui arrive trop tôt pour nous  et qu’on a disputé avec des joueurs pas au top tout simplement parce qu’ils n’étaient pas en compétition. Cela a freiné notre élan et nous est préjudiciable puisqu’il nous fait rater la qualification pour la Gold Cup et nous relègue en League B. Mais on va la jouer cette qualification en juin et je suis sûr qu’on va se qualifier.

Ensuite, concernant le changement des règles pour la qualification dans la zone Concacaf qui protège les grands et nous contraint de courir derrière une toute petite chance.

Enfin, j'ai le regret de ne pas avoir réussi à attirer dans la sélection des joueurs comme Jean Kevin Duverne ou Kevin Augustin Bellegarde. Leur arrivée permettrait à la sélection de franchir un palier mais c’est compliqué de les attirer, car ils jouent dans des clubs de haut niveau qui sont au-dessus et il nous faudrait changer d’optique pour les attirer. Les performances à venir de la sélection A seront conditionnées par l’apport de ces joueurs de haut niveau.

L’autre piste pour pouvoir améliorer la sélection A passe par les centres de formation, mais ça c’est plus en prévision de la Coupe du Monde de 2026.

E.N. : Dois-je dire à très bientôt ?

Marc Collat : Il faut laisser du temps au temps. Je comprends que la fédération ayant des difficultés financières soit amenée à réduire ses engagements. Mais ce que je souhaiterais le plus, c’est qu’elle ne prenne pas le risque d’engager de gens sans expérience afin que la sélection nationale haïtienne aille de progrès en progrès.

J’ai passé deux années extraordinaires en revenant travailler ici. Quand le président a voulu m’enrôler à nouveau, plusieurs éléments de son entourage étaient contre mais je crois que les résultats lui ont donné raison et ceci au-delà même de nos espérances. J’ai découvert Alciéus Bryan, Frantzy Pierrot, Steven Saba, il y a eu les demi-finales de la Gold Cup après qu’on est parvenu à remonter les scores après avoir été menés 3 fois à la mi-temps et offrir aux fans haïtiens un peu de bonheur. J’ai été heureux de passer ces deux saisons et je dis : jamais deux sans trois.

E.N.: Un souhait ?

Marc Collat : J’espère que le fait d’engager un sélectionneur pour les filles sera payant. On a le potentiel pour aller loin. J’espère que l’apport de ces entraîneurs permettra à Haïti de se qualifier pour la Coupe du monde U-20 de football féminin mais aussi pour les Jeux olympiques de Tokyo en football féminin.

Propos recueillis par Enock Néré

Enock Néré
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".