Trois mois après le pillage, BANJ rouvre ses portes

BANJ is back ! Vandalisée, pillée et incendiée, lors des violentes manifestations du 27 septembre et octobre 2019, la société BANJ a organisé dans la soirée du vendredi 20 décembre une cérémonie pour accueillir à nouveau ses clients dans ses locaux à Delmas 66.

Publié le 2019-12-23 | lenouvelliste.com

Salle remplie comme un œuf. Le beau monde de la communauté de BANJ : partenaires, amis et collaborateurs avaient vendredi soir fait le déplacement. Toutes les conditions étaient réunies pour un cocktail de réouverture réussi. Cette soirée avait, entre autres, pour but de souhaiter un bon retour aux clients dans un espace sécurisé par un mur de 4 mètres de hauteur et d'annoncer de nouveaux projets pour une communauté plus prospère, à la Maison du pragmatisme, 3 mois après avoir été saccagée et pillée.

Simple et élégant dans un beau costume, les cheveux bien rasés, Marc Alain Boucicault, en sa qualité de fondateur de BANJ, a, dans ses propos de circonstance, présenté l’entreprise comme une référence dans l’écosystème entrepreneurial haïtien. Ce nouvel espace est destiné à fournir des infrastructures et des outils nécessaires à toute star-tup désireuse d’accoite sa visibilité et de framchir une étape supérieure dans leur expérience entrepreneuriale.

Après l’élan de solidarité entreprise par Christine Souffrant au niveau international à travers un Gofundme pour soutenir BANJ après le drame, 420 personnes ont contribué. Ce qui a permis de récolter près de 33 000 dollars américains. Quelque 15 500 dollars du montant ont été redistribués aux responsables des autres entreprises attenantes à BANJ qui ont été pillées et/ou incendiées.

«BANJ est de retour, grâce à vous, on est fort, résilient et motivé. J'invite déjà le public à faire ses réservations et à organiser des activités non seulement pour revenir aux habitudes mais surtout pour supporter la jeune entreprise qui maintenant est un exemple concret de la capacité des jeunes à se relever après un choc et se fixer des objectifs, a indiqué Marc Alain Boucicault soulignant que son équipe est déjà prête et fière de recevoir ses clients». Animé par la volonté d'aller toujours de l'avant, le géniteur de Banj a annoncé  trois projets percutant : BanjDev pour créer des emplois directs pour les développeurs en Haïti; une formation pour 1000 personnes en design thinking, pour inviter sa communauté à réfléchir innovation et action et  ses partenaires du corporate innovation à créer de nouvelles opportunités d'affaires combinant la force des entreprises établies avec celle des startups et/ou sa communauté.

Invitée à prendre la parole au nom du Groupe SOGEBANK partenaire privilégié de BANJ, Mme Johane Nicolas a fait savoir que cette réouverture de BANJ après avoir subi les attaques de septembre dernier inspire confiance, constance, détermination et espoir. Espoir en un lendemain meilleur pour la jeunesse haïtienne. «Le Groupe SOGEBANK félicite le courage et la détermination de toute l’équipe. C’est pourquoi étant à vos côtés, la SOGEBANK a financé à hauteur de 20 000 dollars américains certains travaux de rénovation et permettra à l’équipe de BANJ d’utiliser à nouveau les locaux gratuitement pour deux nouvelles années», souligne-t-elle. Une nouvelle qui a été accueillie avec grand éclat.

Allen Bayard de l’entreprise ACCESS HAITI, un des partenaires, n'a pas caché sa joie de voir BANJ redémarrer ses activités. Celui-ci en a profité pour féliciter l’équipe. « Nous allons continuer davantage à renforcer notre collaboration avec BANJ dans le cadre de cette grande œuvre», ajoute-t-il.

Ce n’est pas Marise de Fancy’s, partenaire de BANJ, qui dira le contraire. Elle dit avoir été surprise en apprenant la nouvelle du saccage des locaux de BANJ. «C’est avec stupéfaction que j’ai appris la nouvelle. Aujourd’hui, je suis très heureuse de la réouverture de cette entreprise, car notre collaboration est fructueuse et enrichissante», s'est réjouie la femme d’affaires.

Conscient de l’importance de la jeunesse dans le processus de changement de la nation haïtienne, l’entrepreneur Max Larsen de Transversal a salué la résilience et les sacrifices consentis par Marc Alain Boucicault et son équipe afin de rouvrir BANJ. «Vous devez garder cette même énergie positive car vous constituez l’ossature pour parvenir à l’émergence d’une nouvelle société», indique l’entrepreneur.

L’architecte Krisna Chatelain s'est dit fier de sa collaboration avec l’équipe de BANJ et a fait montre d'un enthousiasme sans borne  avec la reprise de l’institution. C’est le même cas pour Stéphanie Lamarre, qui a rappelé l’importance de BANJ dans la communauté haïtienne. Un espace de motivation et d’énergie positive.

Quant à Jonathan Morency et Daphnée Charles, ces jeunes estiment que la réouverture de BANJ montre clairement qu’on peut faire face à des obstacles mais on ne doit pas baisser les bras. «Nous pouvons dire à haute et intelligible voix que BANJ est un espace de vibration, de catalyseur pouvant rendre l’impossible possible.»



Réagir à cet article